Eloge de l’incompétence et de la mollesse

En ce premier mai 2016, un an avant les prochaines présidentielles, constatons que la machine élyséenne à décérébrer par le mensonge permanent, la manipulation mentale, le tripatouillage des chiffres, l’arrosage méprisant, insolent et irresponsable des « sans dents » et autres « sous chiens », pour acheter leurs voix, avec de l’argent emprunté sur les marchés internationaux, que nos enfants et petits-enfants devront rembourser et traîner comme le rocher de Sisyphe pendant des décennies,  est déjà lancée à fond !

Puisque le « Boléro » de Ravel est désormais entré dans le domaine public, les médias ne cessent de vous le répéter sur son rythme hypnotique :  « tout va bien », « tout va bien », « tout va bien » ;  » BOZZO sera reélu ! ».

Bien sûr que la priorité nationale est la reélection du « Clown » au mépris des intérêts du pays et de son redressement : les fidèles « trotkistes-lambertistes »sont à leur place, les communautarismes LGBT et franc-maçons dûment chapitrés et en ordre de bataille, les cloches de Manuel Valls prêtes à faire retentir le tocsin, l’ultra-gauche violente en charge du recentrage présidentiel protégée et encouragée !

Allons camarades, encore un petit effort : la mise en examen de Nicolas Sarkozy ! et peut-être,  cerise sur le gâteau, un attentat providentiel bien ciblé ! Et là, dans le meilleur des mondes mafieux, tout serait définitivement scellé et l’idéal démocratique républicain à tout jamais assassiné.

« Tout va mieux, tout va mieux, tout va mieux »


48th-anniversary-of-first-tv-broadcasting-of-les-shadoks-6231897669632000-5669283816275968-ror


Du « chrysanthemum hominis » : lorsque la politique devient floralie de chrysanthèmes

chrysanthemeOn peut désormais résumer les grands principes de la philosophie politique d’un incapable légalement élu à la Présidence de la République, obsédé jusqu’à la névrose par l’idée fixe du renouvellement de son mandat, en quelques actions simples directement inspirées du Docteur GOBBELS, (qui servit si bien le Reich allemand), désormais mises en scène par le responsable du Bureau de la Propagande et de la Manipulation mentale, le brillant énarque Gaspard GANTZER :

 

  • commémorer toujours tout et n’importe quoi ; s’il n’existe rien à commémorer, l’inventer ! L’essentiel en démocratie, c’est d’être vu en permanence et d’occuper le terrain !
  • sauter comme un mort de faim sur tous les événements criminels ou deuils, accidentels ou non, qui affectent les français et verser des larmes de crocodile compassionnelles afin de récupérer l’émotion publique à des fins personnelles électoralistes, en n’omettant pas de délivrer aux victimes la Légion d’Honneur ;
  • mépriser et humilier la religion catholique, en favorisant toutes les entreprises de ses ennemis  en veillant à ce qu’ils bénéficient en toutes circonstances d’un régime d’impunité et d’irresponsabilité pénale, même lorsque leurs exactions gratuites ont pour but de profaner leurs lieux de culte et leurs cimetières, de souiller leur foi au plus profond de leurs convictions  ;
  • pour les mêmes faits, montrer une intransigeance totale et une fermeté absolue, faire enquêter et juger par des membres du Syndicat de la Magistrature, lorsqu’ils affectent les religions juives ou musulmanes ; se déplacer en personne sur place avec la meute de chiens des médias asservis et prendre la parole en direct sur toutes les chaînes TV pour, à coup de menton et d’une voix martiale, affirmer la main sur le coeur que cela est inadmissible, intolérable, et ne restera pas impuni !
  • se repentir devant le monde entier pour tout ce que nos ancêtres « judéo-chrétiens de race blanche » ont apporté à la civilisation universelle, cracher sur notre histoire tout en rendant hommage aux associations communautaristes gravitant autour de Christiane Taubira !

 

Pour y parvenir, utiliser la manipulation mentale telle que la pratiquait le bon Docteur Goebbels, mystifier, mentir,  placer sous tutelle financière et économique gouvernementale la presse et des médias audiovisuels de services publics en les subventionnant aux frais du contribuable et placer à leur tête les dévots du régime  ; accorder des privilèges fiscaux aux journalistes pour les lier indéfectiblement au régime en les rendant membres de la nomenklatura des privilégiés ;  subventionner scandaleusement  les intermittents du spectacle pour bénéficier de leur soutien intangible et de la fourniture des maîtresses présidentielles ; fausser les sondages par les méthodes maintenant bien connues et influencer ainsi le choix des électeurs ; pratiquer les méthodes de publicité commerciale les plus agressives, en utilisant à l’occasion les messages subliminaux lors des reportages d’actualité les plus suivis, même si la pratique en est interdite, sauf pour les mafieux de religion socialiste et maçonne bien sûr !


En passant par la Lorraine avec mes gros sabots, rencontrais Lucette dondaine, avec mes sabots …

Le guignol s'invite par intérêt électoral chez une brave et respectable Mamie

Le guignol s’invite par intérêt électoral chez une brave et respectable Mamie

Dans l’hystérie médiatique d’hyper-communication qui caractérise cet automne 2015 au sein de la « Cellule élyséenne de manipulation mentale de l’opinion publique », le mot d’ordre est que BOZZO-le-CLOWN doit-être partout présent, dans toutes les régions où le Parti Socialiste peut sauver quelques meubles à l’occasion des prochaines élections régionales, dans la Presse (et pas seulement « Berge-Niel-Pigasse » !) ainsi que dans tous les médias audiovisuels (et non seulement le groupe RADIO FRANCE, le groupe FRANCE TELEVISION et CANAL PLUS) ; en sus de délivrer à BOZZO les brevets généreux d’homme sympathique et proche des gens, cette présence permanente doit également le faire apparaître comme le seul homme digne de porter et incarner le projet socialiste (bien qu’il ne doive être défini qu’après les élections présidentielles), mais également d’incarner les espoirs du « peuple de gauche » en 2017 (« mon véritable adversaire, c’est la finance ! »)
Ces déplacements délirants qui coûtent très chers aux contribuables, ne seront pas comptabilisés dans les frais de campagne (le Conseil Constitutionnel est majoritairement socialiste !) même s’ils permettent à NORMAL 1er de venir soutenir les listes socialistes en lice pour les régionales.
Car dès fin Novembre, sa disponibilité sera fortement réduite par la COP 21 qu’il doit présider à PARIS, acte majeur de son quinquennat préparé depuis des années pour l’amener à se muer en « Sauveur de l’Humanité polluée » et de « leader maximo de la bien-pensance » qui a réussi par son charisme et sa force de conviction à faire plier américains et chinois ».

Donc, après l’épisode compassionnel et dégradant de Puysséguin, après le franchissement héroïque des eaux de la baie du Mont-St-Michel, désensablé par ses soins avec une pelle et un seau en plastique, maintenant un petit tour en Lorraine pour soutenir la liste socialiste contre le FN mené par PHILIPPOT et cracher, comme un vulgaire BEDOS, sur l’imprudente Nadine MORANO.
Un épisode imprévu et singulier est venu marquer ce déplacement, auquel la Presse fut invitée au dernier moment : à VANDOEUVRE, le Président « sympathique et proche des gens » s’était invité chez une Veuve retraitée, dénommée Lucette, militante historique du Parti Socialiste ; comme toutes les Veuves, Lucette avait perdu la demi-part supplémentaire dans le calcul de ses impôts et avait vu exploser le montant de sa taxe d’habitation. Mais peu importe, soldat exemplaire, elle n’en faisait pas état et se limitait à reprendre les éléments de parole que GANTZER lui avait imposé au mépris de son libre-arbitre.
GANTZER s’empressa bien entendu de diffuser auprès de tous les médias la photographie de cette rencontre historique, car, répétons-le encore une fois, le Président BOZZO est « un homme sympathique et proche des gens« , seule personnalité susceptible d’incarner le rêve généreux de la gauche aux prochaines présidentielles.

Mais une journaliste plus suspicieuse que ses confrères revint voir Lucette pour connaître les conditions de cette rencontre non préparée : et Lucette pleine d’innocence et de candeur fut honorée de lui conter que cette visite lui avait été imposée par la cellule élyséenne, que d’importants préparatifs l’avaient précédée et qu’elle avait même reçu le texte des réponses qu’elle devait faire au Président, sans lui poser la moindre question.
L’unique question qu’elle souhaitait poser portait sur les raisons de la différence de traitement entre les « migrants » et les français pauvres et sans revenus. Mais GANTZER s’y opposa et le problème ne put être évoqué. C’est Pierre LELLOUCHE, Député Les Républicains des Yvelines qui résuma peu après la réflexion de Lucette par ces mots sur RMC :

« Comment expliquer à un retraité qui vit chichement que le dernier arrivé a droit à tout et que lui, il n’a droit à rien ? Aujourd’hui, un réfugié politique en France a droit à 700 euros par mois, il a une priorité au logement, des transports gratuits […] que n’a pas une famille modeste. ».

Cela lui valut bien entendu le lynchage de la presse bien-pensante qui le roula dans le goudron et le couvrit de plume avant de l’enflammer ! Mais peu importe, Mrs COHEN et HAZIZA, ce constat devait être fait.
Lucette regretta de ne pouvoir partager un repas avec un Président tellement sympathique et proche des gens ; mais comme l’a écrit Valérie Trierweiler, l’homme a des goûts de luxe : « Il aime les grands restaurants (…) les grands hôtels (…), ne mange pas mes fraises si elles ne sont pas des « gariguettes », ne goûte pas aux pommes de terre si elles ne proviennent pas de Noirmoutier, et met directement à la poubelle la viande si elle est sous vide. »
Alors, pour éviter toute fausse note, ce sont les employés municipaux de la commune socialiste de VANDOEUVRE qui reçurent mission de préparer l’accueil et s’installèrent chez Lucette sans lui demander son avis : ils ont fait le ménage !!! apporté le service à café ainsi que les chaises pour recevoir dignement la meute courtisane ; ils ont eux-même préparé le café et l’ont servilement servi à la cour des « mignons » (notons cependant que dans la pratique du couple BOZZO-GAYET, ce sont les policiers qui sont les majordomes, préparent et servent le café, achètent le pain et les confiseries et le servent à leurs seigneurs !)
En résumé, « l’Impromptu de Vandoeuvres » est une pièce en un acte digne de MOLIERE, minutieusement préparée et mise en scène par Gaspard GANTZER au service d’un parti politique et d’un candidat aux élections présidentielles ; si les lieux de rencontre entre BOZZO et les plus ardents militants socialistes autorisés à faire des selfies sont rigoureusement définis, entourés de barrières gardées par CRS et Gendarmes Mobiles, qui filtrent l’accès uniquement réservé aux militants identifiés, afin d’éviter tout débordement ou parole hostile, c’est désormais la sphère privée des gens qui est prise en otage par une mafia prête à toutes les démagogies et extrémités pour faire triompher son candidat, gardien de ses intérêts de classe et des avantages qu’elle s’octroie. Du temps de feue l’URSS, on appelait cela la NOMENKLATURA.

Mais déjà un futur épisode se dessine : la Mairie de Paris a sélectionné parmi les migrants qu’elle expulse de ses squats ceux au physique le plus avantageux et les a engagés comme éboueurs. Ils seront invités par le Président pour prendre, de manière impromptue, leur petit déjeuner avec lui à l’ELYSEE ! S’ils sont bien sages et obéïssants, ils obtiendront ainsi leur statut de réfugié politique, selon la méthode expérimentée avec la « leader » des FEMENS.

Oui, car en la matière Gaspard GANTZER n’a rien inventé ! Mont-joie ! GISCARD d’ESTAING n’est pas mort, il bouge encore.


La « Reconquista »

dominantDans la grande stratégie de manipulation médiatique qui depuis plus de six mois nous submerge matin, midi et soir,  afin de nous convaincre que le Président est décidé et combatif pour conserver par n’importe quel moyen son poste en 2017, de lui accorder quelques points d’indices supplémentaires dans les sondages, malgré les résultats affligeants et catastrophiques de sa politique, notamment l’augmentation sans précédent du chômage et du déficit du pays, une pression fiscale et un taux d’imposition des particuliers et entreprises sans équivalent dans le monde, l’abandon d’une politique familiale qui faisait la fierté de ce pays et l’étalement en première page des journaux de ses fesses, de ses maîtresses et conquêtes, d’une vie sexuelle perverse et dissolue à laquelle seule peut se comparer celle d’un malade mental priapique tel que Dominique Strauss-Kahn,

Le FIGARO, dans un des rares articles traitant de cette opération et de son dernier avatar, l’achat pour le « présidentialiser » d’un chiot labrador pour Noël, parle d’une « opération un peu ridicule  » !

Qualifier « d’un peu ridicule » cette vaste offensive de manipulation des esprits, qui prend place dans l’ahurissant chantier de battage médiatique de l’opinion publique, digne de l’union soviétique lorsqu’il fallait exalter le culte de la personnalité du « petit père des peuples » et des techniques modernes de manipulation des masses et de démagogie déployées par Joseph Goebbels pour le « reich millénaire », reprises dans tous les états totalitaires et maintenant triomphantes dans la france socialiste au-travers l’utilisation de la presse écrite placée entre les mains d’intérêts financiers mafieux et communautaristes, de médias audiovisuels asservis au pouvoir,  est un doux euphémisme.
C’est un coup d’état antidémocratique et anticonstitutionnel qui se déroule sous nos yeux, dont les auteurs, prêts à toutes les lâchetés et démagogies pour garder le pouvoir – jusqu’à simuler l’attachement pour un animal qu’ils détestent – devraient être traduits en haute cour de justice et punis sans pitié ! (enfin, dans la mesure où les contre-pouvoirs s’exercent, ce qui n’est plus le cas en France !) ; la résistance populaire systématique face à cette démocratie totalitaire est devenue un devoir citoyen. Mais encore faut-il qu’il existe des citoyens libres, ce qui n’est plus le cas tant les jeunes esprits ont été formatés par le socialisme maçonnique qui règne en maître dans les établissements scolaires et les universités de Najat Valaud-Belkacem ; le « pseudo » journalisme totalitaire enseigné par l’école supérieure de Lille si bien représenté par les pédérastes Laurent Ruquier, Aymeric Caron, ainsi que Jean-Michel Cohen, Frédéric Haziza, Audrey Pulvar, Anne-Sophie Lapix, Maïtena Biraben, Yann Barthès ; les pseudo-comiques subventionnés comme Nicolas Bedos, Stéphane Guillon ; le théâtre populaire pédérastique boursouflé d’Olivier Py et Jean-Michel Ribes ; les grands sportifs drogués et dopés comme Yannick Noah ou Lilian Thuram, adeptes du bleu-blanc-beur ; et bien sûr une magistrature séditieuse autour du syndicat de la magistrature qui déroule ses strates cancérigènes depuis l’ENM de Bordeaux, systématiquement  promue et privilégiée par Christiane TAUBIRA, l’autonomiste guyanaise anti-française qui occupe le poste des garde des sots.