Emmanuel Macron tire un bilan sans concession des élections départementales

macron_lunettes_light

Par l’intermédiaire d’Emmanuel Macron, la Banque Rotschild tire un bilan sans concession du scrutin électoral départemental des 22 et 29 mars 2015

Emmanuel MACRON, jeune prodige de la finance internationale au sein de la Banque Rotshild, est sans aucun doute au sein du gouvernement le symbole le plus abouti de la prophétie du candidat HOLLANDE lorsqu’il interprétait au Bourget devant 25.000 personnes un texte rédigé par Aquilino MORELLE, (dont la petite histoire a déjà retenu la perfection du cirage de ses chaussures de luxe) :

« Mon véritable adversaire, il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera jamais élu et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance »

Paroles d’une étonnante modernité au vu de la situation de notre pays, puisque le Président de la République lui-même a nommé au Ministère de l’Economie ce représentant de la haute-finance internationale afin de mener une politique libérale ! »

La banque Rotshild a du savoir-vivre et sait récompenser ses meilleurs serviteurs : ainsi, Emmanuel Macron, Jeune Ministre de l’Economie issu des cadres les plus prometteurs du prestigieux établissement, a reçu un cadeau très original et plein de délicatesse,  avec cette paire de lunettes connectées Atol, dont les spots publicitaires étaient jusqu’à présent assurés par le chanteur-navigateur préhistorique Antoine ; devant ses collègues banquiers, il a ainsi commenté les résultats des élections départementales, pourtant nationalisées par le Matador d’Opérette qui siège à Matignon et avait tenu des propos de Cassandre quant aux résultats à venir, pour mieux conquérir le coeur des militants de gauche, lui qui est dénoncé comme politicien de droite par ces ouailles difficiles :

« Le vote départemental, je m’en contrefous et comme le Président de la République l’a annoncé préventivement, nous n’en tiendrons aucun compte ; le suffrage universel, je le méprise et je n’ai pour ma part jamais été candidat à quoi que ce soit. Moi, je défends les intérêts du libéralisme et de la Banque Rotshild, puisque je suis son représentant au gouvernement. Circulez, il n’y a rien à voir ! »

Et la réunion se termina par un agréable raout auquel étaient conviés, outre Pierre Bergé (LGBT) – Matthieu Pigasse (Banque Lazard) et Xavier Niel (Proxénétisme mondain), toute la force vive de la bien-pensance d’état autour de ses intermittents pique-assiettes du spectacle et de la clientèle habituelle des pseudos-journalistes accourus à la soupe par l’odeur alléchés.


Alain JUPPE, ultime alibi des « bobos »

pigasse
Matthieu Pigasse, le banquier de FLANBY et chéri des « bobos »
Le « Cabinet noir » continue quotidiennement son travail de pourrissement et de sape contre l’adversaire politique numéro un désigné par le clown de l’Elysée, celui dont il faut impérativement empêcher la candidature aux prochaines élections présidentielles de 2017 ; pendant que BOZZO, dit « COMMEMORATOR », s’attache à réaliser point par point le plan de communication ourdi par ses conseillers, et tel un Président de la IIIe République s’exhibe dans toutes célébrations mémorielles de la Nation française (débarquement de Normandie, 14 juillet, Tour de France, débarquement de Provence, Ile de Sein, 11 novembre, etc …), quitte à adorer aujourd’hui ce qu’il brûlait hier (du moment que cela rapporte des points dans les sondages !).
La presse BNP (Le Monde – Le Nouvel Observateur – les Inrocks – Telerama) et Mediapart  poursuivent donc sur ordre le travail de déstabilisation entrepris, et notamment en manipulant l’opinion pour faire monter le crédit du rival déclaré le plus sérieux de Nicolas Sarkozy aux primaires 2016 de l’UMP pour les présidentielles ; alors qu’il était haï lorsqu’il exerçait auprès de Jacques Chirac les fonctions de Premier Ministre (1995-1997), sali et roulé dans la boue lorsqu’il servit de fusible à Jacques Chirac lors de l’affaire dite des « emplois fictifs de la Mairie de Paris », condamné judiciairement, privé de ses mandats électifs et frappé d’une peine d’inéligibilité, ostracisé de France pour s’exiler au Québec comme enseignant, est désormais glorifié par la même engeance putride qui l’avait abattu et qui mène campagne pour lui dans le but unique de l’utiliser contre Nicolas Sarkozy !
C’est les INROCKS qui s’y colle cette fois ; ce journal, crée par Matthieu PIGASSE, vise un lectorat communautaire très particulier dont il constitue la BIBLE, les socialistes-écologistes souvent pédérastes et branchés que l’on qualifie de BOBOS. Matthieu PIGASSE, énarque, est surtout Directeur Général Délégué de la Banque Lazard pour la France, banque bien sûr conseiller privilégiée du Ministère de l’Economie qui peut ainsi la remercier pour les investissements qu’il consent pour les socialistes à travers le groupe de presse BNP.
Cette semaine, Alain JUPPE fait la UNE de l’HEBDOMADAIRE BOBO qui titre sur la « JUPPEMANIA, le moins pire d’entre-eux » ; le fait que JUPPE s’abaisse à ces basses manoeuvres dans un but électoraliste (il faut râtisser large, c’est vrai !) et confie lors de son interview être favorable à l’adoption en France pour les couples homosexuels et lesbiens, ne peut qu’accroître sa popularité dans ce milieu des privilégiés parisiens, décomposition perverse de l’humanité ! Mais est-ce bien une telle courtisanerie et un tel reniement qu’attendent de lui les sympathisants et militants de son parti ? L’homme est bien trop intelligent, sage et expérimenté  pour ne pas avoir conscience de la grotesque manoeuvre de récupération ; mais attention quand même, car certains concubinages sont dangereux et laissent des traces : « A manger avec le Diable, la fourchette n’est jamais trop longue «  prévient le proverbe bourbonnais !

 

juppe_inrocks


Au nom de la Liberté de la presse et de mon portefeuille !

Citizen Kane

Matthieu Pigasse (Banque Lazard et les Inrockuptibles), Pierre BERGE (Mariage pour Tous, Act’Up, LGBT, Femens, Viila Majorelle à Marrakech), Xavier NIEL (Free adsl, Free Mobile)

En 1984, pour faire échec aux ambitions de Robert Hersant de regrouper de grands titres de presse du sud-est de la France au sein du groupe qu’il avait crée (Le Progrès de Lyon + Le Dauphiné Libéré), la gauche hystérique des ayatollahs marxistes vota une loi anticoncentrationnaire (dite loi anti-Hersant) au nom de la liberté et de la pluralité de la presse pour interdire le cumul des grands titres dans un même groupe et prévoyant de lourdes sanctions pour qui violerait ce principe ; comme elle violait le principe de rétroactivité, elle fut largement sanctionnée par le Conseil Constitutionnel dans ses articles les plus agressifs, vidée de sa substance et rapidement obsolète tant elle était retrograde dans le monde tel qu’il se dessinait déjà.
Aujourd’hui, nous pouvons constater que lorsque ce groupe financier est de gauche (« BNP » en l’occurence : Berge – Niel – Pigasse) et au service exclusif des intérêts du pouvoir en place, plus de principes, plus de loi, plus dé dénonciation des concentrations !.
Pierre BERGE et ses « boys », déjà propriétaires de nombreux titres qui servent fidèlement la politique de « ZIZI RIDER » et protègent sa « vie privée », autant qu’ils étaient infâmes avec son prédécesseur aussi bien attaqué sur son physique et notamment sa taille (pourtant la même que celle de Flanby !), que ses déboires conjugaux, viennent en effet de s’emparer du NOUVEL OBSERVATEUR, en sus de tous les titres du groupe LE MONDE et de la Presse LGBT !

  • Pierre BERGE tout le monde le connait : avant de mourir, il exige que le gouvernement impose aux écoliers la « théorie des genres » et que HOLLANDE , en rémunération de ses services, impose au pays pour le bénéfice de la seule cause qui lui tienne à coeur, celle des homosexuels, la GESTATION POUR AUTRUI et la PROCREATION MEDICALEMENT ASSISTEE ;
  • PIGASSE, de la BANQUE LAZARD, est le créateur et propriétaire des INROCKUPTIBLES, la bible des bobos ; par ailleurs, an nom de la Banque LAZARD, il traite des contrats de conseil passés avec le Ministère des Finances, donc est rémunéré avec l’argent public ;
  • Xavier NIEL, le créateur et propriétaire du groupe de télécommunication FREE, ces acquisitions lui sont très favorables pour l’octroi par le gouvernement des fréquences indispensables aux téléphonies mobiles 3G et 4G, et lui garantissent l’impunité pour ses méthodes de vente très agressives, dénoncées par ses concurrents comme une atteinte aux principes de libre concurrence.

Tout le monde y trouve son compte, sauf la libre information du citoyen et le contribuable bien sûr. Vous ne croyez tout de même pas qu’ils font investir à fonds perdus dans des organes de presse de gauche aux déficits abyssaux pour simplement complaire à Bozzo-le-Clown, leur obligé ?

Même chez les affairiste de gauche, les affaires sont les affaires !