La Madone et le Culbuto : la comédie continue …

Le 5 avril 2006, à l’aube du majestueux envol de ce couple mythique vers les limbes de la petite histoire, les journalistes Marie-Eve MALOUINE et Carl MEEUS, publiaient chez FAYARD le premier opus de l’histoire consacré à Ségolène ROYAL et son compagnon BOZZO-le-CLOWN, sous un  titre prophétique : LA MADONE ET LE CULBUTO ou l’inlassable ambition de Ségolène ROYAL et François HOLLANDE

Un an plus tard, Ségolène triomphait de son compagnon en devenant la candidate de « gauche » qui affrontait Nicolas SARKOZY au second tour de l’élection présidentielle ; bien que battue, son score était honorable et porteur d’espoir pour l’avenir ! On apprenait officiellement après l’élection que BOZZO-le-CLOWN, qui avait interprété le rôle de « première Dame » sans enthousiasme sur les estrades publiques, avait comploté en sous-main pour provoquer la perte de sa compagne, et que le couple, malgré ses quatre enfants, était séparé puisque le CLOWN était « bigame » désormais, vivant maritalement avec une journaliste de l’Hebdomadaire PARIS-MATCH, Valérie TRIERWEILER.

Après sa démission du poste de Premier Secrétaire du Parti Socialiste

(mais il avait conservé ses mandats de Maire de Tulle, Président du Conseil Général de Corrèze, député de la circonscription, tout en gardant bien au chaud son poste de Conseiller référendaire à la Cour des Comptes dont il avait obtenu un détachement pour bénéficier à plein de ses droits à la retraite, alors que par décence il aurait du solliciter sa mise en disponibilité puisque tous ses mandats électoraux lui rapportaient par ailleurs de fortes indemnités pour sa pension de retraite. Même élu Président de la République, et après l’affaire CAHUZAC, il continuera à cotiser au Conseil d’Etat pour arrondir ses pensions de retraite : 37.600 € de pensions mensuelles qui l’autorisent à l’incroyable arrogance d’insulter de « sans dents » la foule des gens modestes qui les paient avec leurs impôts  Les Intouchables d’état Vincent JAUVERT )

C’est sa maîtresse journaliste qui le reformata physiquement pour le préparer aux primaires socialistes de l’élection présidentielle de 2012 : perte de poids (régime DUKAN), nouvelles lunettes, soins quotidiens de bronzage aux rayons UV, teinture capillaire brune pour effacer les cheveux blancs, cours de théâtre et d’expression corporelle pour mimer dans ses discours la gestuelle et le débit de son modèle François MITTERRAND, nouvelle panoplie de costumes haute-couture, chaussures glacées avec l’intervention de cireurs professionnels (suivant les conseils du bon Docteur Aquilino MORELLE, plume de l’immortel discours du Bourget : « Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, et pourtant il gouverne (…), c’est le monde de la finance !« )

  • La miraculeuse élimination du candidat favori de la gauche « bobo » pour des raisons d’agression sexuelle,
  • Cette transformation physique,
  • doublée d’un programme insensé et irréalisable de promesse d’abrogation de toutes les mesures prises par le Président en fonction, de donner satisfaction à toutes les demandes,  notamment à s’engager sur les mesures les plus démagogiques et populistes si elles émanaient de minorités sectaires – communautaires – religieuses – agissantes et violentes ;
  • plus l’incroyable campagne de haine, de tombereaux d’insultes et de dénigrement déversés sur le candidat de droite par l’intermédiaire de la caste médiatique, du monde interlope du « show-biz », des intermittents du spectacle et des magistrats du syndicat de la magistrature refusant d’appliquer les lois votées par la représentation nationale mais scénarisant avec certains « journalistes activistes d’extrême gauche, connus pour être des agents de puissances étrangères hostiles » des « affaires » pour éliminer leur adversaire, 

Aboutirent à l’élection au poste présidentiel du plus méprisable des candidats, qui plongea pendant cinq ans le pays dans le ridicule international, l’abaissement de sa position internationale, la gabegie et la mise en coupe réglée par des « rastignac » de bas-étage de l’économie nationale et l’appauvrissement des classes laborieuses et moyennes dupées par tant de promesses illusoires.

Le désastre fut tel, rendant inéluctable un échec humiliant,  qu’il ne put se présenter à sa propre succession en 2017 !

Mais CULBUTO avait déjà rebondi sur la reconquête du pouvoir en 2022 : il s’appuierait cette fois

  • sur une comédienne professionnelle pour jouer l’image d’un couple uni et stable qui lui avait tant fait défaut après la répudiation de la journaliste qui avait participé à sa prise de pouvoir de 2012,
  • la répétition systématique sur tous les médias d’une « mantra » scandée lors de toutes ses prises de parole pour vanter le bilan de son quinquennat dont « l’histoire reconnaîtrait la grandeur et le courage ! »,
  • et bien entendu la critique de toutes les actions de son successeur, encourageant voire même suscitant par ses associations d’agitation-provocation, des crises sociales et des actions violentes contre le pouvoir en place.

 Le monde du spectacle privilégié détenteur de toutes vérités et dispensateur de bons sentiments, la caste journalistique gavée des prébendes accordés lors de son quinquennat, et la justice révolutionnaire rouge dont il avait promu les membres aux postes stratégiques  lui étant demeuré fidèle par intérêt catégoriel, tout semblait en place en cette fin 2018 pour une glorieuse et prochaine prise de pouvoir.

Mais tel n’est pas l’avis de son ancienne compagne, Ségolène ROYAL ; dans un livre paru en octobre 2018, elle a su décrire la petitesse, l’hypocrisie et la lâcheté de celui qui fut son compagnon pendant tant d’années ; cumulé à l’ouvrage écrit par Valérie TRIERWEILER, cela nuit à l’espoir de donner vie au personnage vierge et pur qu’il veut incarner : l’on voit ainsi se mettre en place les pièces de la comédie de boulevard qui va nous occuper jusqu’en 2022 : Julie GAYET (payée en retour par les largesses du CNC ou le financement de ses sociétés de production cinématographiques par des marchands d’armes) fait face à Ségolène ROYAL, future candidate en 2022 et à Valérie TRIEIWEILLER, les deux ex !

Un extrait de « C’EST A VOUS », l’émission de FR5 tellement dévouée au CLOWN, au même titre que les émissions de service public des présentateurs LGBT vedettes FOGIEL ou RUQUIER, et évidemment Yann BARTHES (correspondant média officiel de Christine TAUBIRA et Naja VALAUD-BELKACEM !) sur RMC,  nous donnait le 26 décembre un avant-goût du spectacle désopilant qui nous attend ces prochains mois ! Au point que le journaliste vedette de RMC, Jean-Jacques BOURDIN, pourtant peu suspect de sympathies droitières, ne pouvait qu’exprimer sa lassitude et son doute face à l’éternel retour de LA MADONE et du CULBUTO !


 

 


Flanby, onzième plaie de l’AUDE

Le 12 octobre 2018, le cirque BOZZO faisait halte pour trois jours dans l’AUDE, bastion du socialisme franc-maçon, afin d’offrir son habituelle représentation circasienne et le spectacle exhibitionniste indécent de dédicace du livre de Laurent JOFFRIN ; puis les mesures démagogiques et populistes que tout Monarque déchu en déplacement dans ses états octroie dans son infinie générosité aux  miséreux : les « selfies » et le toucher des écrouelles des « sans dents » et autres « chiens galeux », du charmant village minervois de LA REDORTE pour l’occasion.
Et en point d’orgue des festivités, l’inauguration de la Mairie et de l’Ecole au terme de leur rénovation, après que le Maire et son Conseil Municipal, symboliquement vêtus d’une chemise, pieds nus et la corde au cou, lui aient remis les clés de la ville en signe de soumission.

L’événement était abondamment commenté, fleuri, et relayé par les deux quotidiens du maçon BAYLET, monopolistiques en région OCCITANIE, L’INDEPENDANT et LA DEPECHE DU MIDI

Parce qu’il les avait classés au nombre de ses adversaires du « monde de la finance », les Dieux de l’Olympe ne lui ont pas pardonné !

Comme c’est maintenant classique, dès la nuit suivant son départ, le 14 octobre, les DIEUX de l’OLYMPE manifestaient leur courroux et leur désapprobation en faisant s’abattre sur le Minervois leur ire liquide sous forme de spectaculaires trombes d’eau, facteurs immédiats d’inondations provoquant la perte pour des milliers d’habitants naufragés de tous leurs biens et la mort de quatorze personnes emportées par les flots dans leur sommeil : LA REDORTE figure au nombre des malheureuses communes sinistrées inscrites sur la liste des communes en état de catastrophe surnaturelle.

Le CLOWN avait déjà quitté la ville et n’a pas été rattrapé par la sanction divine.

 

Malgré ses 35.800 € de pensions mensuelles généreusement octroyées par le contribuable, il n’a,  à aucun moment,  exprimé la moindre solidarité, commisération ou sympathie pour les « sans dents » qui l’avaient pourtant si chaleureusement accueilli et encore moins fait de geste financier pour les aider et les secourir dans leur détresse : ce ne serait pas digne d’un prince socialiste de s’abaisser ainsi au niveau mesquin de la lie de ses sujets les plus modestes, qui, de toute manière et quoi qu’il fasse, le soutiendront en toutes circonstances.

Avec ses amis activistes LGBT maîtres du service public audiovisuel financé par la redevance,  le concours actif et dévoué du SYNDICAT DE LA MAGISTRATURE et bien sûr du monde médiatique bien-pensant (qui bénéficie toujours de niches fiscales gravement attentatoires au principe d’égalité de tous devant l’impôt !), il devait maintenant éliminer Jean-Luc MELENCHON pour s’ouvrir une voie royale à gauche pour sa réélection de 2022 !

Le scandale d’état que constitue le versement d’une partie des fonds du marché de la vente de 36 RAFALES à l’INDE, par l’intermédiaire de l’industriel indien impliqué, vers les sociétés de production cinématographique de Mme de POMPADOUR a parfaitement été censuré et occulté par les médias ; autant sont-ils diserts pour l’affaire des corvettes de TAIWAN, le financement des campagnes présidentielles des RÉPUBLICAINS, du RASSEMBLEMENT NATIONAL ou de LA GAUCHE INSOUMISE, autant ne jugent-ils pas réaliste d’évoquer une affaire qui pourrait ulcérer leurs propriétaires-financiers et l’homme qui leur a octroyé tellement de prébendes injustifiables qu’ils lui doivent la reconnaissance du ventre que devait dans la ROME antique le CLIENT à son PATRON. 
Pour les cas les plus extrêmes, ils peuvent toujours mener la curée contre Eric ZEMMOUR, Nicolas SARKOZY ou tout homme politique de droite passant à portée de leurs crocs : ça ne mange pas de pain et ça évite de parler de faits sérieux mais inopportuns pour l’idéologie qu’ils ont mission de promouvoir !


Pour Amélie Granville, entrevue à « La Plume Bleue »

Deux jours d’angoisse insoutenable qui accélère le cœur et oppresse l’esprit de tous les dévots et fidèles venus, en pieuse procession, des quatre coins de l’Univers pour obtenir une dédicace des « LEÇONS DU POUVOIR », la fameuse « bible selon Bozzo », le « Verbe » incarné du clown éthéré, ouvrage de commande du très médiatique Roland JOFFRIN publié sous le nom d’emprunt de François HOLLANDE.

Un ouvrage admirable, que personne ne lit d’ailleurs, mais qui dédicacé par l’auteur lui-même, est censé prendre une valeur symbolique dont seule l’histoire appréciera le montant à l’aune de son jugement impitoyable.

Deux jours interminables, sans qu’il fasse le « buzz » dans les journaux, sans que les médias n’évoquent sa passion pour sa favorite Julie GAYET où son intérêt récent pour la chasse, la pêche, le football, Brigitte Bardot – la corrida et les animaux à plumes ou à poils, tout ce que vous voudrez si cela peut le rendre sympathique et populaire  !

Débarquement en Normandie pour le « Bozzo Circus »

Et puis la délivrance enfin en milieu de semaine, avec de sibyllins articles dénonçant que la folle passion amoureuse de la belle Julie pour le Don Juan de la « rue du Cirque », le motard passionné qui faisait servir pains aux chocolat et petit-déjeuner à la Belle par les services officiels du GROUPE de SECURITE de la PRESIDENCE de la REPUBLIQUE, ne serait que mise en scène médiatique et tactique politique dans le cadre du plan de bataille de reconquête mené par FLANBY pour sa revanche et sa vengeance ! Ces informations, publiées dans ELLE et GALA  lors d’une interview accordée par Serge RAFFY – Rédacteur en Chef du NOUVEL OBSERVATEUR –  et auteur d’un livre en 2012 : « Le Président : François Hollande, Itinéraire secret » laisseraient pantois (vu la droiture et l’honnêteté supposée du personnage politique) si elles n’émanaient d’un tel spécialiste reconnu.

La Marquise de Pompadour

Rentrée riche en émotions pour le couple, puisqu’un quotidien indien : « The Indian Express » écrit que La POMPADOUR apparaît, à son corps défendant, dans un scandale financier lié à la vente de 36 RAFALE de DASSAULT à la République Indienne, contrat signé lors du voyage de BOZZO-le-CLOWN dans ce pays en 2016 : le principal bénéficiaire indien de ce marché, un milliardaire du nom de Anil AMBANI (lié au Premier Ministre indien) aurait financé via sa société « Reliance Entertainment » le film coproduit par Julie GAYET sous le nom de « TOUT LA HAUT », avec Kev Adams et Vincent Elbaz ! 
Mais rassurons nous : ce n’est pas le « Parquet National Financier » avec ses Juges du Syndicat de la Magistrature, crée par FLANBY en 2013 pour neutraliser ses adversaires de droite, qui se saisira de cette affaire qui ne met pas en cause de membres des partis politiques sur lesquels il a compétence « rationae personae »  ; et ce n’est pas la Presse Libre de Gauche (Médiapart – le Canard Enchaîné – le Monde – Libération et les journaux des groupes BERGE-NIEL-PIGASSE ou DRAHI) qui poursuivra des investigations poussées dans ce domaine, comme elle le fait lorsque l’homme à abattre se nomme Nicolas SARKOZY ou François FILLON !

Et puis, dans une de ses déclarations enflammées, BOZZO n’a-t-il pas proclamé de sa bien-aimée dans la Presse qui lui est dévouée :« Julie essaye d’avoir sa vie ce qui n’est pas facile ; elle n’a jamais bénéficié d’avantages pour la production de ses films ! » ; puisqu’il l’affirme !

Non, rien ne pourra ralentir FLANBY dans le « blitzkrieg » impitoyable qu’il mène pour reconquérir son trône ; et comme dans toutes les offensives militaires de cette nature, c’est la puissance de toutes ses ressources qu’il engage initialement dans cette manoeuvre pour prendre l’avantage qui lui assurera la victoire en pays hostile sur l’ennemi français.

Le Cacique Raoni rend hommage au super-héros « Bougie Verte », sauveur de la planète en péril

D’abord, pour entretenir sa légende fielleuse et malsaine, il tint à s’épancher sur un homme qui avait organisé pour lui la fameuse COP 21 et lui avait offert le concours, pour une photographie de légende dans la cour de l’Elysée, avec l’ALLIANCE DES GARDIENS DE LA MÈRE NATURE, dont les leaders regroupés autour de lui-même et du Cacique Raoni Metuktire, lui donnait l’aura magique d’un super-héros Marvell, la BOUGIE VERTE ECOLOGIQUE SAUVEUR DE PLANÈTE EN PÉRIL dont il rêvait pour sa réélection.
Succès qui lui permit de proposer à Nicolas HULOT un super-ministère de l’Ecologie, que le journaliste refusa avec dédain ! Mais chez FLANBY, tous les comptes se règlent : aussi n’hésita-t-il pas, en cette rentrée 2018, à laisser fuiter dans la Presse son opinion sur le super-écologiste, qui l’avait humilié après les Présidentielles 2017 en acceptant d’être Ministre d’Etat dans le gouvernement de son successeur en attaquant son « égocentrisme » (c’est un expert qui s’exprime !) : « Il n’y a que lui qui l’intéresse ».
Mais dès le lendemain, HULOT venant de démissionner, spectaculaire revirement d’opinion du « guignol exhibitionniste » ; peu soucieux de cohérence ou de contradiction dans ses propos, dictés par l’unique souci de populisme et de démagogie,  sans le moindre égard pour la logique ou l’éthique morale : puisque HULOT met en difficulté son successeur,  désormais, il redevient « personna grata » : « s’il a pensé qu’il n’avait pas les moyens de poursuivre son action et de contrecarrer l’influence de lobbies notamment dans le domaine qui est le sien, il a eu raison ».

Amélie Granville caressa Philae à « La Plume Bleue »

Car si la caravane publicitaire du cirque « Bozzo » a mis deux jours pour se déplacer de Gascogne en Normandie, tant étaient nombreuses les sollicitations et l’enthousiasme de la foule (plus de spectateurs que sur les routes du « Tour de France » d’après La Pompadour), la démonstration de puissance fut grandiose et impressionnante. Son « débarquement de Normandie » s’appuyait sur deux nouvelles séances de dédicace dans des librairies de la Manche, à l’OCEP à OCTEVILLE et à « LA PLUME BLEUE » à GRANVILLE .

 

Et c’est là que le miracle eut lieu car furent déployés au vu et au su de tous les fidèles dans ces lieux de culture populaire toutes les divisions que « l’adversaire de la finance », mais ami des coiffeurs teinturiers – maquilleuses et cireurs de pompes salariés sur le budget de l’Etat – pouvait déployer : sa favorite, Mme de Pompadour  et son chien Labrador offert par les canadiens au Président de la République française, PHILAE, sorti pour l’occasion du refuge où il dépérit habituellement. Cette image simple et tranquille du bonheur familial, bien faite pour réjouir les foules naïves en délire, attira surtout les médias, pour lesquels elle avait été mise en scène. 

Nono, le petit robot

Et puis le soir, à CHERBOURG, la grande rentrée politique annoncée depuis des semaines par fort battage médiatique, destinée à asseoir définitivement sur les rails du succès et de la victoire électorale le « leader maximo » de la gauche de gouvernement, cette gauche molle et sans principe qu’en cinq ans de gouvernement sans partage il était parvenu à éliminer du paysage politique.
Et pour l’occasion, il avait réussi à sortir de sa retraite politique son ancien Ministre de l’Intérieur et dernier Premier Ministre, fidèle parmi les fidèles, le bon Bernard CAZENEUVE, ancien élu cherbourgeois, passé désormais au monde des affaires juteuses, et surnommé par ses propres collaborateurs en raison de sa taille et de son charisme métallique de boîte de conserve : NONO, LE PETIT ROBOT
La foule était présente comme attendu, puisque presque 200 personnes étaient rassemblées après que les quelques fidèles autour de CAZENEUVE aient vidé tous les tiroirs et convoqué le ban et l’arrière-ban des anciens militants ! Il ne sert à rien de s’attarder sur le discours prononcé, car avec la suffisance habituelle qui le caractérise à jamais, BOZZO tint à réécrire l’histoire et réaffirmer  une fois encore combien son quinquennat 2012-2017 avait été une réussite dont l’histoire lui rendrait justice ; et comme d’habitude, à attaquer violemment son successeur, sans jamais le nommer, dans un délire paranoïaque de suffisance irresponsable, taxé de représentant du « libéralisme » ; mais également à prendre à parti son ennemi mortel, taxé de « populiste, Jean-Luc MELENCHON.
Du haut de son Olympe, le « successeur » ne s’abaissa pas à répondre à la bassesse et lâcheté de ces agressions verbales ; dans CHALLENGES, Maurice SZAFRAN le fit pour lui en titrant son article : « De président à opposant : François Hollande ou Monsieur Sans-Gène ». 
Quand à MELENCHON, il ironisa dans un tweet : Les zombies attaquent. #Hollande est revenu ! Tout est perdu pour le PS. Son fossoyeur est de retour.


le Naïf et le Chieur

Le charme discret de la bourgeoisie

Au début des années 1970, à 72 ans, Luis BUNUEL réalisait un film devenu culte, une oeuvre majeure iconoclaste et immorale, où il dénonce une bourgeoisie prétentieuse – veule et hypocrite : LE CHARME DISCRET DE LA BOURGEOISIE.

Depuis l’annonce de sa renonciation forcée à se présenter à l’élection présidentielle de mai 2017, le clown BOZZO nous joue quotidiennement la caricature grotesque de la pièce dans laquelle il met en scène son insoutenable ambition, tellement répétitive et lassante, qu’on pourrait la nommer  : L’EXHIBITIONNISME TAPAGEUR DE LA ROTURE ARRIVISTE.

Tout n’est qu’artifice, orgueil, prétention, arrogance, fatuité, suffisance, flatulence malodorante, mépris, vanité, vantardise, fanfaronnade, ostentation, dans ce barnum médiatique, orchestré au seul profit obsessionnel de sa soif inextinguible de pouvoir et d’argent, sans égard pour les moyens employés, la bassesse et l’amoralité des procédés mafieux utilisés afin de se venger et punir le pays de l’avoir rejeté.
En vacances ce mois d’août pour quelques semaines au château de Cadreils à BERRAC, propriété des parents de sa favorite dans le Gers, il convoque la PRESSE pour parler de « Lui », de « Son » oeuvre et de « Son » obsession maladive, pour faire le « buzz » et attirer l’attention de ses amis de la presse écrite et audiovisuelle, qui squattent toujours le « service public » où il les a installés à seule fin de le servir. 

BozzoEt question média, dans le Gers il est servi puisque le département est aire de diffusion monopolistique de « LA DEPECHE DU MIDI », journal radical de gauche et porte-voix du Grand Orient de France, propriété de la famille BAYLET dont le dernier avatar Jean-Michel (le « fistonné », le « veau sous la mère » en raison des relations de sa Mère avec François Mitterrand et du soutien que son puissant quotidien lui apportait) fut, entre deux poursuites judiciaires, Secrétaire d’Etat dans le gouvernement Fabius sous MITTERRAND, puis Ministre dans le gouvernement VALLS II.
C’est donc d’un traitement privilégié que bénéficient BOZZO et LA POMPADOUR pour leurs vacances gersoises ; entre leur sortie à CASSIS pour provoquer Emmanuel MACRON, leurs visites à LECTOURE à l’occasion de lintronisation de Julie GAYET au sein de la prestigieuse et noble confrérie du MELON de LECTOURE ; à LECTOURE toujours pour soutenir la séance de signature de la servile et bien-pensante journaliste Claire CHAZAL; à AUCH aussi à l’occasion de la visite d’une exposition avec le Président du Conseil Général Philippe MARTIN, ancien Préfet et Député du département, éphémère Ministre de l’Ecologie dans le gouvernement VALLS et grand ami de la FNSEA, qui jouait les guides de luxe.

L’histoire ne dit pas s’il a pu rencontrer sa voisine gersoise Françoise MARTRES, ancienne Présidente du Syndicat de la Magistrature, mise en examen pour le fameux « Mur des Cons »  (le jugement correctionnel est prévu pour le mois de décembre 2018), qui, nonobstant cet incident « mineur », vient d’être promue au poste prestigieux de Première Vice-Présidente de la Cour d’Appel de Bordeaux tant les services rendus par son Syndicat trotkyste au quinquennat de BOZZO et à Christiane TAUBIRA, (qui lui avait sans façon confié les clés de la Maison), furent éminents dans l’élimination de ses adversaires de droite ; pas plus que s’il a été reçu par la journaliste-musicologue Eve RUGGIERI en son château de BAUMONT-sur-l’OSSE ,

caganerSon lieu de villégiature étant situé à une dizaine de kilomètres d’ASTAFFORT, le village du LOT-et-GARONNE où vit le grand auteur-compositeur-interprète Francis CABREL, la rumeur rapporte qu’il aurait proposé au chanteur de lui rendre visite chez lui, avec sa meute médiatique habituelle, pour mettre en scène une sympathique cérémonie dans son jardin, devant la célèbre CABANE AU FOND DU JARDIN popularisée par l’auteur sous le titre « LA CABANE DU PECHEUR » dans son album SAMEDI SOIR SUR LA TERRE.
La « cabane au fond du jardin » étant aux temps anciens le lieu d’aisance où nos ancêtres soulageaient leurs besoins naturels, BOZZO trouvait l’idée excellente, car s’il était personnifié dans le monde des SANTONS de PROVENCE par le personnage nommé LO RAVI (simple d’esprit, idiot du village, fada !), les CATALANS n’avaient pas hésité à le représenter sous les traits du santon CAGANER (le « chieur », figurine incontournable depuis le XVIIIe siècle,  représentant un paysan en train de déféquer, qui est  symbole de la fertilisation de la terre, par voie de conséquence de la prospérité donc de la chance).
Ces valeurs terriennes étant celles de sa future campagne présidentielle, l’image lui paraissait excellente ! Mais très discret comme à son habitude, le chanteur aurait refusé de se prêter à cette mise en scène déplorable. Il nous prive là d’un spectacle comique réjouissant.
 

 

Alors autant d’activisme porte-t-il ses fruits ?
Pour vérifier les propos de LA POMPADOUR qui affirme péremptoirement sans rire dans GALA : « Ce qui  est important aujourd’hui, et je le vois quand on sort, c’est qu’il y a une vraie attente, beaucoup de gens espèrent son retour », l’IFOP, pour LE FIGARO,  a directement posé la question aux français le 22/08/2018  !.
Comme le relatent les journaux dans leurs commentaires, les Français n’ont pas l’air prêts à remettre le couvert, 
D’après cette étude, seuls 17% des Français expriment le souhait de voir l’ancien locataire de l’Élysée briguer un second mandat présidentiel (dont 4% « Oui, tout à fait » et 13% « Oui, plutôt »).
Un désaveu valable même chez les sympathisants socialistes, qui sont seulement 44% à rêver d’un nouveau quinquennat Hollande.
À l’inverse, le désamour pour l’ex-patron du PS semble réel chez les Français, ces derniers étant 83% à ne pas vouloir qu’il se présente en 2022 (dont 25% « Non, plutôt pas » et 58% « Non, pas du tout »). De la même manière, la proportion de sympathisants socialistes hostiles à son retour est dominante, dans cette étude, puisque 56% y sont opposés.Seulement un tiers de ses électeurs de 2012 (36%) plaident pour une nouvelle candidature.
 » 4% de français  » tout à fait  » favorables au retour de Hollande, c’est beaucoup pour vendre des livres, mais c’est une base électorale très faible « , explique au Figaro Jérôme Fourquet, le directeur du département Opinion de l’Ifop. Une écrasante majorité de Français a tourné la page. Il n’est pas assez fort pour s’imposer même s’il garde un pouvoir de nuisance».
Interrogé en mai dernier sur LCP, Français Hollande confiait que « le plus grand regret des Français qui viennent vers moi, c’est que je n’ai pas été leur candidat en 2017. »

Mais FLANBY se plaît à citer inlassablement cette phrase de Jean-Louis MORE, extraite du « PETIT LIVRE POUR LE PREMIER AGE » (1840) :
 » Il n’est pas d’obstacle que la persévérance et le courage ne surmontent « 

Car, à tout jamais, le PHENIX est éternel !

 

 


Passation de pouvoir : « I shall return » (Douglas Mc Arthur) – I’ll be back (Terminator)

Bien entendu, l’ambiance était morose et triste à l’Elysée en cette matinée du 14 mai 2017 où le Président déchu abandonnait ses pouvoirs au jeune élu qui le précipitait dans l’ombre médiatique,  aux oubliettes de l’histoire.

Amertume bien sûr, acrimonie, aigreur, rancœur envers un jeune roturier politicien qui lui devait tout, dont il avait fait la carrière en le plaçant aux postes les plus éminents de la République, un fils prodigue qui l’avait poignardé devant tout le pays.
Mais dépit aussi et déception d’avoir été élu à ce poste de Président sans préparation ni autre programme que la critique systématique et sans nuances de l’oeuvre de son prédécesseur et d’avoir accompli son quinquennat sous le règne des seules apparences et de la manipulation de l’opinion publique ; d’avoir tout au long de la campagne électorale pris publiquement des engagements populistes, irresponsables, démagogiques et insensés qu’il était impossible de réaliser une fois aux affaires ! Mais son mépris du corps électoral et des gens simples était tel qu’il pensait pouvoir faire avaler sans difficulté les pires couleuvres à ses électeurs, ses mensonges, ses  trahisons et manquements aux engagements pris !.
Il n’avait cependant pas tout raté puisque la justice pénale (au travers le syndicat de la magistrature qui contrôlait entièrement le Ministère de la Justice) et la justice administrative, (au travers le Conseil d’Etat – le fameux « Conseil Tata » – forteresse maçonne du GOF) étaient entièrement placées sous sa tutelle et qu’il pouvait, sur un simple clignement d’œil,  anéantir en quelques secondes la réputation et la carrière de tout adversaire se dressant sur sa route, ou conforter les décisions du gouvernement et des pouvoirs publics qu’il dirigeait, quels que soient leurs errements et les acrobaties réalisés pour y parvenir, au mépris d’une règle jurisprudentielle issue de 120 ans d’expérience et de pratique.

Et que dire de la manipulation permanente de l’opinion publique érigée en principe de gouvernement à travers deux groupes de presse : BNP (Bergé Niel Pigasse), contrôlant quotidiens et hebdomadaires tels que LE MONDE, l’OBS, LA VIE, TELERAMA, LE MONDE DIPLOMATIQUE, les INROCKS, COURRIER INTERNATIONAL, le HUFFINGTON POST, ou le groupe ALTICE (de Patrick DRAHI) : LIBERATION – L’EXPRESS – l’EXPANSION, BFM TV entre autres), dont les financiers dépendaient et traitaient avec l’Etat pour leurs affaires personnelles et des subventions versées par le Ministère de la Culture pour l’équilibre financier de leur groupe.
Quant au monde des médias, c’était une construction impressionnante : avec sept chaînes de télévision et cinq stations radio, le service public de la République exerçait une influence sans partage sur l’opinion ; il dépendait dans son organisation et son fonctionnement d’un CONSEIL SUPERIEUR de l’AUDIOVISUEL, présidé par Olivier Schrameck, maçon socialiste ancien directeur de Cabinet du Premier Ministre socialiste Lionel Jospin, choisi par le Président de la République, qui nommait lui-même les responsables des chaînes publiques au prix de leur asservissement au pouvoir. Malgré le coût pour la collectivité, ces chaînes étaient devenues les maisons de retraite d’une multitude de journalistes (notamment la CINQ, véritable repaire de militants de gauche et annexe de la rue de Solférino) qui n’avaient d’autre finalité que de servir la propagande du parti au pouvoir !

Du 15 mai 2012 au 14 mai 2017, que de travail accompli pour le contrôle par un parti politique de l’appareil d’état ; à cet instant, dans l’attente de l’heure fatidique de 10 heures qui verrait l’arrivée du « successeur », BOZZO ne pouvait s’empêcher de penser aux trois actes majeurs qui avaient marqué sa prise de fonction :

  • d’abord, pour rompre avec la tradition, il avait eu le cran de traiter avec le plus grand mépris Nicolas SARKOZY et son épouse en ne les raccompagnant jusqu’à leur voiture lors de leur départ ; et pour son discours d’investiture, de ne pas le citer lors de l’hommage rendu à tous ses prédécesseurs de la Ve République !
  • ensuite, son défilé triomphal sur les Champs-Elysées en se rendant à l’Arc-de-Triomphe rallumer la flamme : debout dans sa CITROEN CS5 décapotable, sous une pluie battante, il avait courageusement affronté les éléments, le costume trempé et mouillé jusqu’à l’os !
  • et enfin, dans la soirée, parti présenter ses lettres de créance à la Chancelière allemande, son avion avait été frappé par la foudre et avait du faire demi-tour.

Superbe cérémonie de sacre, digne du couronnement de Napoléon par sa grandeur et son faste, du culte de l’Etre Suprême de Robespierre dans sa profonde religiosité,  son étroite morale laïque et son sectarisme de gauche ! Son successeur serait-il aussi méprisant et arrogant à son endroit qu’il l’avait été pour son prédécesseur ? C’est la question qu’il se posait en prenant la parole devant ses quelques fidèles rassemblés pour un dernier adieu, au nombre desquels son coiffeur-teinturier, sa maquilleuse, son cireur de chaussures professionnel, et, on ne sait pourquoi l’écrivain plagiaire Jacques ATTALI, présent certainement pour relater dans son prochain ouvrage le terme du naufrage.
Il ne manquera alors pas de citer ces paroles immortelles du Président déchu, prononcées les larmes aux yeux  :

A cet instant, rappelons-nous que les troupes américaines attaquées par les forces aéronavales japonaises à PEARLHARBOUR étaient en déroute et n’avaient pas la puissance de feu nécessaire pour affronter l’ennemi ;  leur Commandant, le Gal Mc ARTHUR,  reçut du gouvernement américain l’ordre d’évacuer l’Ile de Coregidor, aux Philippines alors américaines, pour gagner l’Australie et organiser la libération du pays. A la radio, en ce 11 mars 1942, il fit une promesse aux philippins : Je suis sorti de Bataan, mais je reviendrai ! » ; et il tint parole.
Amis LGBT, camarades socialistes, frères en maçonnerie, croyez en moi : comme le dit le Terminator,« I’ll be back ». Certains n’hésiteront pas à évoquer à mon endroit « Le retour de la Momie » : mais devant vous,  je prends aujourd’hui cet engagement solennel : en 2022, je reviendrai prendre le poste qui me revient de droit et dont j’ai été injustement spolié à l’Elysée  !

Son successeur, le BRUTUS qui l’avait poignardé, était quand même bien mieux éduqué et respectueux des convenances que lui-même ne l’avait été ; il le raccompagna sous les applaudissements des invités sur le tapis rouge jusqu’à son véhicule et ne rentra au Palais pour la suite de la cérémonie qu’après son départ pour la rue de Solférino, où ses amis socialistes avaient tendu au fronton du magnifique immeuble une grande banderole avec ce rappel émouvant : A VENDRE

C’est de manière chaleureuse que les socialistes ont accueilli leur ancien Premier Secrétaire au siège du parti en déroute, rue de Solférino ; BOZZO a pu apprécier combien son passage à la tête de l’Etat avait non seulement ruiné le pays, mais aussi le Parti qui a du mettre en vente le prestigieux immeuble !

Après un bref discours célébrant les mérites d’un quinquennat qui serait réévalué par l’histoire (sans évoquer toutefois l’anéantissement du parti et la ruine de la gauche française !), il se retira dans une maison de repos pour effectuer la cure de désintoxication aux médias et aux crépitements des flash que ses médecins avaient prescrite ; il tint deux mois à ce régime sec, mais ne put poursuivre plus longtemps et s’évada.

Une équipe jeune et décidée pour reconquérir le pouvoir en 2022

On le retrouve à la mi-août, entouré de la Pompadour et des jeunes et fringants adolescents qui vont soutenir son opération de reconquête : Charles Aznavour, 94 ans et Michel Drucker, 76 ans.
Et cette opération débute le 24 août 2017 au Festival du cinéma  francophone d’ANGOULEME, dont la très fidèle journaliste bobo-socialiste Claire CHAZAL est cette année Présidente (son interview de DSK, le 18.11.2011 au Journal de 20H de TF1, préparé avec l’épouse de ce dernier, Anne Sinclair, demeure encore dans les écoles de médias américaines l’exemple absolu d’un journalisme de complaisance, antithèse et repoussoir d’un exercice respectable du métier de journaliste dans une démocratie !) ; c’est un feu d’artifice de suffisance et d’arrogance que devant la meute médiatique tire un FLANBY au meilleur de sa forme. Cette fois, comme il le fera désormais à chacune de ses interventions, il n’hésite à critiquer vertement son successeur ! Mais  un reportage nous rappelle ses propos vengeurs et mesquins !.

Tout est donc en place pour un nouvel épisode de la saga BOZZO-le-CLOWN, que nous allons suivre avec délectation sous la rubrique RÉSURRECTION : car, conformément à la séculaire tradition circassienne, plus que jamais, « LE SPECTACLE CONTINUE ! »

 

 


Et la terre déroba sous nos pas … le pays, hilare et inconscient, se réjouissait sottement !

En ce triste jour du 1 décembre 2016 tomba dans l’après-midi l’avis d’une énième communication du clown BOZZO depuis son Palais de l’Elysée lors des journaux d’information de 20:00 !

La ville bruissait des bruits sur les épouvantables résultats des sondages effectués sur fonds publics depuis la publication par les journalistes du MONDE, DAVET et LHOMME, qui vivaient depuis son élection dans l’intimité du Chef de l’Etat et de ses maîtresses, de leur livre « UN PRESIDENT NE DEVRAIT PAS DIRE CA » dont les effets parmi les fidèles électeurs de la socialie-bobo-gay étaient dévastateurs.
On lui prédisait une déroute totale aux primaires organisées par le Parti Socialiste, avec un score lamentable le reléguant en cinquième et dernière position, s’il avait l’audace de se présenter !

A 18 heures précises, pour bien marquer les temps nouveaux dans l’alliance renouvelée entre le sabre et le goupillon,  depuis que « l’ennemi laïc de la finance », « le bouffeur enragé de curés » avait fait le déplacement de CANOSSA pour adjurer le Pape de sa dévotion et de sa soumission à l’église catholique romaine apostolique et universelle, (ainsi qu’aux FEMENS – ACT’UP et Pierre BERGE), les cloches de toutes les églises de France sonnèrent le tocsin pour souligner l’importance de l’événement.
Mais depuis que le Premier Ministre franc-maçon barcelonais usait à l’envie de cette grossière ficelle pour rappeler le risque d’anéantissement et de disparition encouru par le pays en cas de vote contraire aux intérêts socialistes, plus personne ne prêtait la moindre attention à ces élucubrations systématiques. Et c’est donc un pays fort calme qui entendit sans le croire la déclaration suivante :

Nous étions donc rassurés quant à l’avenir financier du futur retraité ; outre ceux de son coiffeur, de sa maquilleuse et de son cireur de pompes largement payés sur fonds publics, il avait su protéger au-delà du raisonnable ses propres intérêts avec un net garanti de 36.000 € mensuels !

Bien sûr, BOZZO ne serait pas candidat en 2017 puisque le résultat était couru d’avance ; en attendant la fin de son mandat, il gouvernerait comme il l’avait toujours fait depuis 2012 :  » Il y a ceux qui n’attendent plus rien. Moi, je fais en sorte de leur apporter ce qu’ils attendent « 
Julie GAYET, la POMPADOUR de la rue du Cirque,
productrice cinématographique bénie du CENTRE NATIONAL DU CINEMA dont elle dilapidait les fonds dans le financement d’œuvres d’une médiocrité désolante (mais elle avait fait nommer la directrice générale déléguée de cet établissement public, sa grande copine Audrey AZOULAY -fille d’un Ministre d’Etat marocain- au poste envié de Ministre de la Culture en faisant éjecter Fleur PELLERIN tant elle était satisfaite de ses services et de la manière dont elle était privilégiée ! D’ailleurs, BOZZO, cette marionnette insipide jamais avare d’une « blagounette », n’avait-il pas affirmé : « Julie essaye d’avoir sa vie ce qui n’est pas facile ! Elle n’a jamais bénéficié d’avantages pour la production de ses films ! ». Ce qui, dans la bouche de ce menteur impénitent, constituait un aveu évident !),
rôdait déjà le discours lénifiant qui serait le sien pour la reconquête du trône en 2022 :
A toute question posée sur l’humour légendaire de BOZZO, elle devrait préciser : « Mais ce n’est pas qu’une réputation, son humour est légendaire ! C’est vraiment quelqu’un de très très drôle et tous les gens qui le côtoient vous le diront. Dans la vie, il me fait beaucoup rire et c’est très important pour moi ! »; « d’ailleurs, depuis nos rendez-vous discrets de la rue du Cirque, je l’appelle dans l’intimité BOZZO mon CLOWN »
et sur le retour en politique du FLANBY MOU pour les élections 2022, elle répondrait sans sourire :
« Ce qui est important aujourd’hui, et je le vois quand on sort, c’est qu’il y a une vraie attente, beaucoup de gens espèrent son retour ».
Donc, le plan de communication pour la reconquête de 2022 est tracé, déja en-cours d’exécution même !

Mais en attendant, après l’annonce de cette « renonciation »,  forcée, on voit sur les Champs-Elysées les arbres reverdir et des centaines de milliers de personnes se rassembler pour clamer leur bonheur et leur soulagement, avec des drapeaux bleu-blanc-rouge, au son des klaxons de voiture, comme ce 26 août 1944 lorsque le Gal de Gaulle les avait descendus pour la LIBERATION de PARIS ou ce 12 juillet 1998 lorsque 1,5 million de personnes avaient spontanément fêté la victoire de la France en finale de la Coupe du Monde.

Et parallèlement se met en marche vers le siège de LA REPUBLIQUE EN MARCHE, pour offrir leur service au SUCCESSEUR – faire allégeance – et lui rendre hommage, la cohorte lamentable de tous ceux qui, ce matin encore, tenaient pour certaine la réélection de leur CLOWN, les vedettes de la socialie-bobo-gay qui pendant cinq ans avaient profité d’incroyables prébendes, les Pierre BERGE, Frédéric MITTERRAND, Jack LANG, Daniel COHN-BENDIT, l’urgentiste syndicaliste professionnel Patrick PELOUX, les milliardaires « rastignac » Xavier NIEL, Matthieu PIGASSE, Patrick DRAHI, le monde de la « culture » (comme Olivier PY ou Jean-Michel RIBES qui lui doivent leur poste de directeur) et des intermittents du spectacle protégés de La Pompadour, et tous ces journalistes socialistes félons ou comiques troupiers acides qui depuis des années promeuvent quotidiennement sur les ondes publiques aux frais du contribuable le régime socialiste, les économistes « je sais tout » professionnels Jacques ATTALI et Alain MINC, le troupeau désolant des serviles laquais prêts à n’importe quelle abjuration ou trahison (oui, c’est vrai, PARIS vaut bien une messe !) qui leur assurerait la poursuite de leurs avantages …
Quel dommage que n’existe pas aujourd’hui d’écrivain aussi admirable que CHATAUBRIAND décrivant dans ses « MEMOIRES d’OUTRE TOMBE », après la chute de NAPOLEON à WATERLOO, la visite que firent TALLEYRAND et FOUCHE au roi LOUIS XVIII, frère de LOUIS XVI, rétabli sur le trône par les armées étrangères liguées contre la FRANCE :
« Je me rendis chez Sa Majesté : introduit dans une des chambres qui précédaient celle du roi, je ne trouvai personne ; je m’assis dans un coin et j’attendis. Tout à coup une porte s’ouvre : entre silencieusement le vice appuyé sur le bras du crime, M. de Talleyrand marchant soutenu par M. Fouché ; la vision infernale passe lentement devant moi, pénètre dans le cabinet du roi et disparaît. Fouché venait jurer foi et hommage à son seigneur ; le féal régicide, à genoux, mit les mains qui firent tomber la tête de Louis XVI entre les mains du frère du roi martyr ; l’évêque apostat fut caution du serment. »

Les temps changent ! Et pourtant, la noirceur humaine, la bassesse de l’âme et la lâcheté sont valeurs universelles dans le temps et l’espace au fil des siècles ! 

 


La pénitence de Canossa

penitence_cannossa

Ce n’est certes pas révéler un bien grand secret que d’écrire que le CLOWN,  qui avait passé les quatre premières années de son quinquennat à provoquer et humilier la communauté chrétienne et à « bouffer du Curé », conformément à la doxa du « Grand Orient de France » auquel il a prêté serment d’allégeance,

  • en l’attaquant sur les principes fondamentaux de son dogme (le mariage pour tous),
  • en réprimant sauvagement ses pratiquants, au point de faire gazer les enfants des couples qui manifestaient contre cette abomination,
  • en encourageant l’invasion, les dégradations et les profanations des lieux de culte et cimetières chrétiens, par les associations d’agitation-provocation financées par le mouvement LGBT, telles les lesbiennes Femens ou les tarlouzes d’Act-Up,  avec le soutien permanent et la protection du gouvernement français et du Ministère de la Justice taubirien, dirigé par le Syndicat de la Magistrature, qui leur garantit l’impunité totale, quels que soient les crimes et délits commis
  • en réduisantt par voie législative l’avortement thérapeutique au rang de simple moyen de contraception, remboursé à 100% par l’ensemble des contribuables
  • en nommant, à la demande de la favorite, un ambassadeur au Vatican notoirement pédéraste !!!  dont les lettres de créance ont été repoussées avec dégoût par le Pape
  • et surtout d’avoir élevé un épouvantable criminel aussi détestable et haï que Pierre Bergé à la dignité de grand officier de la Légion d’Honneur, en remerciement du financement de ses campagnes électorales et du Parti Socialiste, de sa propositions pour supprimer du calendrier tous les jours fériés catholiques, d’avoir retweeté un appel au terrorisme et au meurtre contre les participants à la « Manif pour Tous », et exprimé une pensée admirable à l’égard de toutes les femmes :

 

« Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? »

 

Perdit il y a peu le combat qu’il avait engagé contre l’église catholique et sa hiérarchie !.

Si la réaction vaticane fut discrète, elle n’en fut pas moins extrêmement ferme, au point que faute d’ambassadeur, les relations diplomatiques cessèrent !.

Le CLOWN informé par son service de manipulation qu’il allait perdre les prochaines élections présidentielles pour s’être aliéné le vote catholique, dut alors s’humilier et se prosterner pour solliciter une visite privée auprès du Pape, qui n’accepta de le recevoir qu’au prix d’une Pénitence de Canossa : le CLOWN dut donc se prostituer une nouvelle fois (mais cela il en a l’habitude) en reniant sa foi ancienne dans le Grand Orient de France, et nu dans le bain baptismal, prêter devant le Pape le serment solennel que CLOVIS prêta il y a 1500 ans devant l’Evêque Saint-Remi  :

« Repens-toi, lamentable Lavette, et courbe la tête : désormais, adore ce que tu as brûlé et brûle ce que tu as adoré »

Après que l’Esprit Saint, incarné sous forme d’une blanche colombe, eut survolé le pénitent honteux en lui lâchant une fiente sur les cheveux teints, les Officiels rejoignirent les appartements du successeur de Pierre. Les « antrustions » sodomisés de sa garde rapprochée, les légions prétoriennes maçonnes du GOF et le Harem des ses maîtresses et favorites qui s’étaient ralliées à son casque intégral noir, se pâmèrent d’aise et de plaisir devant une trahison aussi délibérée des principes trotskistes qui avaient jusqu’à présent constitué le fondement de sa pensée politique ! Le grand homme se plut alors à rappeler la pensée profonde d’Edgar Faure pour justifier ses trahisons incessantes :

 

 » Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent « 

 

Puis, dans le bureau papal, le CLOWN dut baisser son pantalon et sa culotte, et courbé sur le bureau, reçut sur les fesses des mains même de sa Sainteté la rude correction de la *férule ecclésiastique » en expiation de ses innombrables péchés.

C’est le prestige international de notre pays en faillite qui ressortit encore une fois abaissé et ruiné par cet épisode lamentable et désastreux, auquel la Presse subventionnée  « Berge-Niel-Pigasse » (Les Inrocks-Telerama-Le Nouvel Obs-Le Monde- etc …) et « Drahi », (Libération – L’Express) pas plus que les médias de service public financés par le contribuable français (8 chaînes TV, 5 stations radio), n’accordèrent évidemment le moindre écho.

hollande_pape_ferule


Incohérence, affolement, lâcheté

« Ça va mieux 1er », aussi fier qu’un paon faisant la roue devant son harem de favorites, ou triomphant à l’instar de la dinde faisandée graciée par le Président des Etats-Unis avant la fête de « Thanksgiving » annonçait lors d’une énième et interminable intervention télévisée du 14 juillet 2016 à 13:25 qu’il mettait fin à l’Etat d’Urgence le 26 juillet et que ce régime d’exception n’avait nul besoin d’être renouvelé puisque le gouvernement avait fait voter des lois beaucoup plus efficaces dans la lutte contre le « djihadisme », ne présentant pas un caractère dérogatoire au droit commun.
Douze heures plus tard, sur ton martial et à grand coup de menton, il affirmait qu’il allait faire voter une prolongation de cet état d’urgence ! Difficile de comprendre : soit les nouvelles dispositions légales mises en place par le gouvernement présentent un caractère d’efficacité tel qu’elles rendent abscons et inutiles un état d’urgence (qui n’a jamais été appliqué d’ailleurs), comme l’affirmait le clown à 13:25 ; soit ce n’est pas le cas puisqu’il doit revenir sur sa décision douze heures plus tard après un attentat commis sous le régime de l’état d’urgence, totalement inutile à NICE bien sûr !
Qui a menti ? Devinez ! En tout cas, la commission d’enquête parlementaire, qui s’est penchée pendant cinq mois sur les dysfonctionnements constatés lors des attentats de CHARLIE HEBDO puis du BATACLAN et a rendu un rapport avec 40 propositions pour améliorer l’efficacité des services, a son avis que je mettrai en ligne bientôt.

En parallèle, je relève que  des journaux scientifiques, connus pour le sérieux de leurs informations et le recoupement de leurs sources, annoncent aujourd’hui « qu’un homme vit normalement avec seulement 10% de son cerveau »
Je comprends maintenant certains comportements erratiques et délirants parmi nos dirigeants ! Mais être élu Président de la République avec seulement 10% de son cerveau fonctionnel, il faut le faire ! Combien de mensonges et de dissimulations pour en arriver là ! Après, les résultats ???  Prétendre qu’il vit très bien comme cela, c’est beaucoup s’avancer me semble-t-il !
Lui, son coiffeur-teinturier et sa maquilleuse , je n’en doute pas ; mais le pays peut-il en dire autant ?

En tout cas, 84 personnes, dont 10 enfants âgés de 2 à 12 ans, sont morts déchiquetés à NICE sous les roues d’un camion par la faute de ce tragique irresponsable que les français, abusés par ses mensonges permanents et les manipulations mentales qui lui servent de programme politique,  ont choisi comme Président !


Actes abjects d’un charognard parasite nécrophage

Commémorer les grandes dates mémorielles de l’histoire française n’est nullement en socialie une occasion de rendre hommage à nos ancêtres glorieux qui ont sacrifié leur vie pour nous permettre de vivre libres et en république ! Non, elles sont l’occasion de mettre somptueusement en scène devant les chaînes de télévision qui retransmettent « l’événement » le grand chef de guerre que le pays abusé par ses mensonges s’est donné en 2012, d’en dresser le panégyrique débordant d’excès salivaire  et de vaseline ou autre lubrifiant, afin d’en louer sans limite ses échecs tragiques pour mieux le vendre aux électeurs et lui permettre de récupérer quelques voix pour les prochaines élections présidentielles.

En début d’année, il sortit de leur peine terrible et de leur recueillement les familles des victimes de l’accident de Puysseguin, qui n’avaient rien demandé,  afin de faire preuve de l’immensité de sa commisération laïque et franc-maçonne envers les petites-gens, ceux qu’il nomme avec mépris les « sans dents » et les « sous-chiens galeux », braves gens tellement naïfs et bien disposés qu’ils se laissent manipuler par ces grotesques et ridicules manœuvres ; et que dire de la « célébration » socialiste des attentats en 2015 de CHARLIE HEBDO puis du BATACLAN qui permirent au clown maléfique de gagner d’un coup 20 points dans les sondages de popularité.

Les célébrations mémorielles de la RAFLE du VEL d’HIV, de l’abolition de l’esclavage en la présence de l’indépendantiste guyanaise qui refuse de chanter La Marseillaise, du Métro Charonne, de la Gay-Pride, du « Mariage pour Tous » sont devenues pour les milieux bien-pensants et le clown BOZZO un des moyens les plus usuels et pratiques de rassembler et mobiliser leurs ouailles FEMENS, ACT’UP, NUIT DEBOUT, CFDT, associations LGBT de lobby Pierre Bergé,  ZADISTES, Antifas, contre leurs « ennemis » habituels que sont les « racistes, antisémites, islamophobes, anti-immigrés, homophobes, fascistes, antinationalistes, patriotes, beaufs, cégétistes, FO, bonnets rouge breton et tous les ennemis de la République Socialiste franc-maçonne.

La célébration du centenaire de la bataille de Verdun avait été minutieusement préparée pour vendre le produit HOLLANDE, bien en peine après l’échec de sa révision constitutionnelle et sa Loi El’Khomry ; mise en scène par le service de communication et manipulation mentale de l’Elysée  autour de la glorification du quinquennat, elle avait sombré dans le fiasco le plus total et en terrible échec personnel pour « Tout va mieux 1er » : imposer un rapeur inconnu, mais musulman et francophobe,  pour rappeler le courage des « poilus » sacrifiés sur le champ de bataille,  en écartant le « Gotingen » de Barbara pour célébrer la réconciliation franco-allemande, voire le « Verdun » de Sardou pour dire à quel niveau d’inculture l’enseignement de l’histoire par Najat Valaud-Belkacem a fait sombrer l’éducation nationale (mais les parents pourront choisir l’enseignement de l’arabe pour leurs enfants dès le cour préparatoire).
Sa volonté grotesque et humiliante de faire courir sur les tombes des victimes des milliers d’enfants interprétant le J’IRAI CRACHER SUR VOS TOMBES du grand poète pacifiste français Boris Vian), ces initiatives dignes d’un Jack Lang (n’oublions que son gendre dirige le service de manipulation mentale élyséenne)  n’avaient pas été appréciées dans la population même si elles avaient permis de faire travailler quelques intermittents du spectacle plutôt que des artistes non subventionnés.

En conséquence, voire en représailles, le service de communication élyséen fit d’abord courir l’information que le Président français boudait et n’assisterait pas à la célébration de la bataille de la Somme par les britanniques : après tout, si cette bataille fit 1 060 000 victimes (tués et blessés) sur le champ de bataille, l’armée française ne perdit que 66.688 hommes tués ou disparus, les britanniques 206.282 et les allemands 170.100. Bien peu de choses pour notre « Chef de Guerre » comparé aux 378.000 victimes françaises (62.000 tués, 101.000 disparus et 215.000 blessés –souvent invalides -) et 337.000 victimes allemandes.

En sus, l’absence en raison de son grand-âge de la souveraine britannique aurait terni le prestige international de Sa présence présidentielle clownesque !. En sus, les britanniques refusaient la présence du rappeur musulman BLACK M, comme BOZZO l’avait proposé, et voulaient une cérémonie du souvenir digne et recueillie, sans lâcher d’enfants pour piétiner les tombes ! Mais, après tout, comme il n’est ni à un reniement ni un mensonge près, convaincu par le service de manipulation, il changea d’avis ! On ne sait jamais, une voix c’est une voix !
Et le voici, triomphant et bouffi d’orgueil et de suffisance, entouré de la famille royale britannique, arpentant les champs de bataille de la Somme !
N’a-t-il pas fière allure avec à la boutonnière une fleur de coquelicot et un bouquet de myosotis (discrète allusion à son soutien permanent à la cause LGBT ; et un placard rappelant toutes les médailles militaires françaises dont il n’est pas titulaire, le grand cordon de la Légion d’Honneur dont sont décorés désormais tous ses amis pédophiles et financiers ; au revers de la veste, les symboles francs-maçons et homosexuels qui constituent les deux thèmes les plus chers à son cœur,  les plus grandes réussites de son quinquennat ; et enfin, il portait sur la tête fièrement la coiffe caractéristique des chevaliers de la Jarretière, et sur le côté leur fière devise : « HONNI SOIT QUI MAL Y PENSE ! », puisque son prédécesseur FRANCOIS 1er en avait été honoré par HENRI VIII. Enfin, à titre de Chevalier de l’Ordre du Bain, il avait demandé à Florent Manaudou de lui prêter un caleçon de bain de compétition.
Qu’on le veuille ou non, cet homme sait vivre !

Mais le clou de la cérémonie, puisque les souverains britanniques avaient demandé à ce que la cérémonie se limite à la lecture de textes de grands auteurs ayant participé aux combats, fut la déclamation par le Clown BOZZO d’un texte qu’il avait lui-même composé, avec l’aide de son coiffeur exclusif, en l’honneur des combattants :
O Déesse de la Dé-Raison pour francs-maçons schismatiques du Grand Orient de France, toi qui accorda ta bénédiction miséricordieuse à Robespierre, (qui pourtant coupa la tête du Roi de France et celle de Danton !), sache combien je suis prêt à tous les mensonges, les reniements, les vilenies et toutes les trahisons pour être réélu en mai 2017. Sainte Patronne pour francs-maçons hérétiques, comme CLOVIS ou HENRI IV (et BAYROU !) lorsqu’ils abjurèrent leur foi, leurs valeurs et leurs croyances pour gagner le pouvoir suprême, je suis prêt à recevoir le baptême des mains du Pape (Paris la gay vaut bien une Messe !) ou  le sacrement du mariage chrétien, avec mon compagnon financier pédéraste Pierre Bergé, des saintes mains du Cardinal Barbarin à Notre-Dame de Paris, voire à Notre-Dame des Landes (mais c’est moins prestigieux) !!!
O Déesse de Dé-Raison, écoute et exauce ma prière ; pour garder mon pouvoir, je suis prêt à tout, toutes les compromissions, toutes les humiliations : regarde, Déesse de Dé-Raison, après le BREXIT et avoir proclamé que je n’honorerai pas de ma présence la cérémonie du souvenir aux combattants britanniques de la Bataille de la Somme puisque ma cousine Elisabeth II ne serait pas présente, j’ai encore renié mes engagements et suis venu cirer les pompes des illustres descendants de la famille royale britannique en me ridiculisant avec mon coquelicot et mon bleuet (il s’agirait d’après les spécialistes d’un bouquet de Myosotis, symbole des homosexuels !) à la boutonnière ! Le 15 août prochain, je serai à Lourdes pour célébrer Notre-Dame au milieu des Évêques français ! Ils m’ont assuré que l’Esprit Saint sous forme d’une colombe blanche descendrait du ciel déposer une fiente sur le sommet de mon crâne teint, pendant que les fidèles, après m’avoir ligoté sur le bûcher des vaniteux et avoir enflammé le brasier,  entonneront le « vade retro, Satanas ».


Flanby donne une leçon de courage au Parc des Expositions de la Porte de Versailles

paille

Flanby explique aux éleveurs leur métier

De retour d’une semaine de vacances en Polynésie française, suivi d’un festif séjour en Amérique du Sud (Pérou – Argentine – Uruguay) où ses frasques nocturnes dans les grands restaurants des capitales visitées, ses bourdes incessantes et la panne électrique de son fameux AIRBUS (celui qu’il s’était engagé à revendre à une compagnie aérienne en cas d’élection !) avaient une nouvelle fois ridiculisé le pays sur la scène internationale, FLANBY était prêt, comme tous les ans, à exhiber sa flatteuse et généreuse plastique dans les allées du Salon de l’Agriculture, n’hésitant jamais à s’empiffrer et boire comme un trou normand à la mode chiraquienne,  entre deux cruelles saillies contre ses adversaires !

Mais vu les circonstances et la jaquerie qui enflamme le pays depuis plusieurs mois, cette visite revêtait un caractère héroïque pour statufier dans le marbre de Carrare la légende de celui qui, seul contre tous, maintenait le pays sur la voie de la décadence, de la déraison, de la déliquescence morale, de l’abaissement permanent, de la honte et de l’humiliation !  D’aucuns parleront surtout d’irresponsabilité et de provocation par la mise en place de centaines de policiers en civil et de forces mobiles pour assurer la sécurité de « Moi Je » et réprimer les éventuels contestataires de sa politique.
L’injure et le mépris à l’encontre des agriculteurs maltraités était patente, volontaire et n’avait pour seule finalité que de participer à la glorification du « petit chef affrontant la tempête » ! Il n’y avait évidemment aucun risque, mais cette mise en scène était d’autant plus choquante que les professionnels du monde agricole présents sont des citoyens honorables et courageux qui ont construit le pays et se sont battus pour la Patrie tout au long de notre histoire. Dommage que FLANBY ait omis d’être aussi prévoyant et prodigue en forces de l’ordre contre les menaces extérieures qui ont ensanglanté le pays en 2015 ! Mais évidemment, ce n’est pas lui qui était visé.
Le même procédé de manipulation avait été utilisé lors de sa visite à l’île de Sein, lorsqu’il avait affronté les éléments de la nature déchaînés, avec le succès médiatique qui a fait rigoler tout le pays

Mais plus rien à voir avec la morgue et la mépris affichés en février 2013, lorsqu’il avait avait par exemple exécuté devant des enfants innocents son prédécesseur qu’ils ne reverraient plus !

flanby_cocotte

Le maquillage de clown est désormais un des dogmes indispensables de la communication présidentielle

Cette fois le regard était bas et torve, les fesses serrées, les lèvres sublimées par un bâtonnet de rouge à lèvre couleur cerise,  le teint pâle et plâtré par la couche grasse de crème à maquillage mettant en valeur la noirceur corbeau des cheveux teints ; maquillage excessif et grotesque qui le fait ressembler à un clown blanc, une momie de « pharaon » préparée pour être présentée à l’adoration des « sans dents » et des « sous chiens » avant de gagner sa dernière demeure dans la chambre sacrée de la rue du Cirque où les Policiers nationaux servent les viennoiseries au couple maudit.
Il amenait avec lui son coq de combat « Moi Je, décidé et combatif » car selon les renseignements de la cellule de manipulation mentale de l’Elysée, cette présence était de nature à apaiser l’ire injuste que nourrissent les éleveurs à son endroit ! L’affaire s’annonçait en effet compliquée, tant la crise agricole secouait depuis plusieurs mois nos campagnes et réduisait au désespoir nos éleveurs, ulcérés face à l’indifférence et au mépris d’un pouvoir de « bobocrates » soutenus et financés par des communautés dégénérescentes, voire criminelles, pouvoir essentiellement intéressé par la promotion des dépravations LGBT et pédophiles, la théorie des genres, par l’accueil et le relogement des « roms » dans des hôtels payés par l’impôt public, celui des migrants se regroupant dans des zones de non-droit sous l’emprise de mafias échappant totalement et avec l’aval des autorités aux lois de la République, et plus encore aux grandes auto-célébrations télévisées de la « boboïtude médiatique » des intermittents du spectacle financés dans des proportions indécentes par le budget public et dirigés par la favorite présidentielle dispensant par l’intermédiaire du CNC les fonds publics aux courtisans méritants !
Tel fut le cas, car nonobstant la présence de plusieurs centaines de policiers en civil, équipés de boucliers anti-projections au cas où les manants lui jetteraient des œufs pourris, qui l’enserraient étroitement sur une dizaine de rangs afin qu’il ne puisse être enduit de fumier,  roulé sur les bouses de vaches, reclus dans la porcherie ou l’enclos des chèvres, et de compagnies de forces mobiles prêtes à intervenir dans l’éventualité où une femme amoureuse tenterait d’attenter à la vertu du saint homme.

Il n’entendit d’autres aimables qualificatifs à son endroit que ceux bienveillants et amicaux qui accompagnent tous ses déplacements :

Incapable ; tu devrais avoir honte, fainéant ; voyou ; enculé (sic) ; bon à rien ; dégage ; démission (scandé sur l’air des lampions) ; tire-toi ; dégage pourri, etc…

Rien de bien nouveau en soi qui ne reflète les brillantes réalités politiques, économiques et sociales de ce pays martyrisé par le clan des privilégiés sortis du quartier du Marais pour envahir Paris, puis tout les pays. Et oui, comme le chantait admirablement Serge REGGIANI, « les gays sont entrés dans PARIS, les gays ont envahi PARIS »
Le seul regret que l’on puisse légitimement nourrir, ce sont ces malheureux éleveurs interpellés et bastonnés par les hommes de main de FLANBY. Les chaînes d’information en continu ayant été sommées par les représentants de la communication gouvernementale de ne pas filmer et s’étant servilement couchées, nous n’en aurons pas les photographies ! Dommage.
Mais enfin, un peu de sang est dans l’ordre des choses, surtout pour grandir la stature d’un homme dont le Cabinet Noir s’efforce, avec le concours du Syndicat de la Magistrature (en deuil de Christiane Taubira) d’éliminer tous les adversaires pour les élections présidentielles de 2017 qui doivent le reconduire dans ses fonctions.