Il salit tout ce qu’il touche, souille la démocratie, humilie la nation et pervertit le pays !

sepiaAprès avoir fait triompher, contre la volonté populaire, le principe du « mariage pour tous » en qualifiant d’antidémocratique l’idée de demander au peuple ignare des « sans dents » et des « sous chiens » son avis sur cette question de société, après avoir fait frapper et gazer les personnes manifestant en famille contre cette loi scélérate en s’en prenant notamment à leurs enfants, après avoir fait venir d’Ukraine les agitatrices-provocatrices des FEMENS et leur avoir accordé le statut de réfugiées politiques au nom de leur catholiphobie et facilité les saccages des lieux de culte catholiques en assurant leur totale impunité face à la justice taubirienne manipulée, après avoir donné le statut de simple contraceptif à l’IVG en assurant son remboursement à 100% aux frais de la société, BOZZO insulte encore une fois les catholiques et provoque le Pape FRANCOIS en voulant nommer un ambassadeur militant et représentant de la communauté LGBT, uni à un pédéraste, au VATICAN.
Après avoir essuyé un refus du PAPE face à cette infâmie, BOZZO a menacé de faire bombarder par nos RAFALE le VATICAN ! Le PAPE en conséquence a annulé le voyage projeté dans notre pays (BOZZO s’en fout, puisqu’il organise les jeux olympiques « gays » à la même période), et la FRANCE n’aura pas de représentant officiel au VATICAN jusqu’à la disparition de la honte BOZZO en mai 2017. Autant dire que les relations diplomatiques sont rompues !
Ce conflit était historiquement annoncé dès 1765, lorsque l’Abbé DAZES décrivait dans son ouvrage « L’esprit des Magistrats Philosophes, ou Lettres Ultramontaines » ces paroles au sujet du clown franc-maçon libéral et catholiphobe :

« Il empoisonne tout ce qu’il prétend expliquer, il salit tout ce qu’il touche ; il prête des intentions à ceux qu’il veut noircir, des impostures à ceux qu’il veut discréditer, des impostures à ceux qu’il veut discréditer, des maximes à ceux qu’il veut rendre odieux, des excès à ceux qu’il veut diffamer, des sophismes à ceux qu’il veut rendre ridicules ; il rappproche ce qui est épars, il lie ce qui est isolé, et après avoir mis dans un ouvrage le mal qui n’y était pas, il tait ou empoisonne le bien qui y était »

Paroles que les affidés du communautarisme socialo-franc-maçon, les « bobos » de la pensée unique regroupés dans le monde de l’information et du spectacle, reprennent en continu contre un écrivain nommé Eric ZEMMOUR.


Souvenir de la parade des clowns 2015 à Broadway

Inoubliable souvenir

Souvenir impérissable que cette grande parade 2015 des clowns à Broadway, lorsque le Président de la République française, protégé par ses troupes de choc des WAFFEN FEMENS fraîchement importées d’UKRAINE, participe à la marche des libertés new-yorkaise, coiffé avec humour du chapeau d’une danseuse de Moulin Rouge, entouré de ses copains grands clowns américains, qui reconnaissent en lui leur modèle et leur maître à penser


L’hommage mutin du Président à Remi Fraisse, jeune toulousain de 21 ans, tué tragiquement sur les lieux d’une manifestation écologiste

inna_schevchenko

Inna Schevchenko, Marianne de la République Française, section d’assaut du communautarisme « gay friendly » parisien

Comme l’affirme un proverbe georgien :

« Quand Dieu se fit homme, le diable s’était déjà fait femme. Dieu est la consolation du pauvre. »

A l’hiver 2013, pour complaire aux :

[fiotte - folle - gay - giton - gonzesse - homo - homophile - lope - lopette - migon - pédale - pédé - pédéraste - pédoque - phoque - sodomite - tafiole - tante - tantouse - tapette - tarlouse - travelo] - termes "novlangue" autorisés par "Le petit Mazetier illustré", 

le communautarisme « gay » parisien,  regroupé autour de Pierre Bergé, Anne Hidalgo, Najat Vallaud-Belkacem, Christiane Taubira, encouragés par Caroline Fourrest, Audrey Pulvard, Aymeric Caron, Laurent Ruquier, Nicolas Bedos et les députés Jean-Luc Romero, Sergio Coronado – fit exfiltrer vers Paris une des leaders du mouvement ukrainien des « Femens », poursuivie pénalement dans son pays pour avoir tronçonné et abattu un monument représentant une croix érigée en mémoire des millions de victimes des purges staliniennes, Inna Shevchenko. Elle obtint avec une scandaleuse rapidité le statut de réfugiée politique !, et dans le local fourni par la Mairie de Paris, put recruter dans les milieux de la prostitution afin de préparer des actions de provocation et d’agitation-propagande destinés à créer des incidents lors des défilés de LA MANIF POUR TOUS, déconsidérer dans l’opinion publique ce mouvement, tout en discréditant ses responsables (campagnes de dénigrement reprises dans la presse Bergé-Niel-Pigasse, selon les méthodes de manipulation de l’opinion héritées des périodes fascistes – nazies – et staliniennes, reprises dans notre pays par Manuel VALLS, le petit Caudillo d’Evry, à l’exemple de son modèle Clémenceau lors des grèves des viticulteurs languedociens en 1907).

Inna l’ukrainienne, en récompense des services rendus, fut distinguée pour représenter la Marianne de la République Française sur le timbre du quinquennat, dit « timbre de la jeunesse », que FLANBY imposa à LA POSTE d’acquérir auprès du couple homosexuel CHIAPPA- KAWENA, protégés du Maire de Paris et organisateurs d’incidents graves contre LA MANIF POUR TOUS, qui empochent les dividendes de ce juteux marché dont il faudra bien qu’un jour la Justice (pas le Syndicat de la Magistrature bien sûr) examine tous les dessous !

Icône Nationale du socialisme à la sauce « gay-friendly » parisienne, Inna poursuivit alors son combat catholiphobe, organisant lors de Noël 2013 des opérations de profanations et de dégradations d’édifices catholiques, pendant la célébration du culte dans les cathédrales de Paris et Francfort, au Vatican, à Madrid ; en France, les FEMENS purent même uriner sur l’autel où est célébrée la messe chrétienne, sans être inquiétées, puisque comme le dit le communautarisme « gay » parisien, le délit de « profanation » a été aboli. Leur pouvoir étant sans limite, on les retrouve devant le Parlement européen de Strasbourg mimant des actes de fellation et de sodomie devant les journalistes accrédités à leur cause, perturbant le départ à Londres du Tour de France 2014, décapitant une statue en cire de Poutine au musée Grevin, s’exhibant seins nus devant la cathédrale de Milan pour régler le conflit ukrainien, perturbant une séance du Sénat, puis manifestant dans la cour du Palais de Justice de Paris, avant d’interpeller le 28.10 leur ami et lord-protecteur Bozzo le Clown. Il s’agit bien entendu d’une mise en scène destinée à amuser le peuple des « sans dents » et les journalistes « accrédités » dans une période politiquement agitée et instable, alors que FLANBY devait prendre la parole suite au décès du jeune toulousain de 21 ans, Rémi FRAISSE, lors d’une manifestation contre le barrage de SIVENS ! Le mutin BOZZO est toujours favorable à une petite « blagounette », même à l’occasion de la mort inutile d’un jeune homme de 21 ans !. Alors, puisque le contexte s’y prêtait parfaitement et que ses affidés FEMENS étaient disponibles, autant en profiter !

 


De la profanation permanente des symbôles républicains et des valeurs nationales !

Inna Shevchenko, "Marianne de la Jeunesse" du Président Flanby

Inna Shevchenko, « Marianne de la Jeunesse » du Président Flanby

La République Française est constitutionnellement dotée de trois symbôles : une devise (liberté-égalité-fraternité), un hymne (la Marseillaise), un drapeau tricolore (bleu, blanc, rouge), auquel la IIIe République a ajouté une allégorie qui personnifie la République sous les traits d’une femme portant un bonnet phrygien.

  • Pour la devise, cela reste un idéal et un voeu pieu, tant les notions d’égalité et de fraternité sont bien éloignées des préoccupations de nos dirigeants ; seul le Syndicat de la Magistrature y fait encore reférence dans les recommandations diffusées auprès des jeunes magistrats en leur indiquant que dans cette société inégalitaire, il leur appartient de rétablir cet idéal dans leurs jugements : « Soyez partiaux. Pour maintenir la balance entre le fort et le faible, le riche et le pauvre, qui ne pèsent pas d’un même poids, il faut que vous la fassiez un peu pencher d’un côté. C’est la tradition capétienne. Examinez toujours où sont le fort et le faible, qui ne se confondent pas nécessairement avec le délinquant et sa victime. Ayez un préjugé favorable pour la femme contre le mari, pour l’enfant contre le père, pour le débiteur contre le créancier, pour l’ouvrier contre le patron, pour l’écrasé contre la compagnie d’assurance de l’écraseur, pour le malade contre la sécurité sociale, pour le voleur contre la police, pour le plaideur contre la justice. ! »
  • Pour « La Marseillaise », du fait de l’obstination de Marie-Georges BUFFET, Ministre communiste de la Jeunesse et des Sports dans le gouvernement JOSPIN en 2001, et à sa volonté de recevoir au stade de France les équipes nationales de football des pays maghrébins, notamment l’Algérie, pour y rencontrer l’équipe de France, alors championne du monde, nous avons pris l’habitude d’entendre notre hymne national sifflé, hué, conspué par la foule délirante de joie de la jeunesse de Seine-St-Denis conviée à assister gratuitement à l’évènement.
    Le mouvement fut lancé le 3.10.2001 lorsque l’hymne fut sifflé au Stade de France lors du match contre l’Algérie,  le terrain envahi à la 75e minutes sans que le match puisse se terminer ; cet outrage se répéta le 14.10.2008 lorsque la Tunisie rencontra l’équipe de France dans la même enceinte. Ce fut encore le cas à Tel-Aviv le 30.05.2005 lorsque les supporters israéliens conspuèrent notre hymne, exercice dans lequel excellent les espagnols à chacune des rencontres entre équipes nationales, lors du 8e de finale de la coupe du monde de football à Hanovre le 27.06.2006, mais encore le 18.10.2012 lors d’un match qualificatif pour le tournoi final disputé au stade Vicente Calderon à Madrid ; les supporters italiens firent de même le 08.09.2007 au stade San Siro à Milan, et plus étonnant encore, les supporters belges le 16.08.2013 au stade du roi Boudouin à Bruxelles !
  • Quant à notre drapeau, il est rituel désormais pour les supporters de l’équipe nationale d’Algérie de venir l’arracher des façades de nos édifices publics pour le brûler en toute impunité sur les places de nos villes à la moindre victoire de leur équipe favorite ! Mais, comme l’affirme une illustre représentante du gouvernement français, « brûler des drapeaux français, c’est un geste de liesse pardonnable »

    fenechs

    Toulouse, Place du Capitole, novembre 2009 : moments de liesse populaire bien pardonnable après la qualification de l’équipe nationale d’Algérie aux dépens de l’Egypte

  • Quant à Marianne, notion trop abstraite, elle n’avait pas pour l’instant subi d’attaques francophobes ! Mais FLANBY, comme Zorro, est arrivé, et s’en est occupé personnellement : il nous a présenté le 14 juillet 2013 sous les traits de la « Marianne de la Jeunesse » censée personnifier les valeurs de son règne et de son quinquennat, celle qui désormais figurerait sur nos timbres postaux. Comme aucune jeune femme française n’était à son sens digne de cet honneur, il était allé chercher la terroriste aux seins nus Inna Shevchenko, prostituée ukrainienne cofondatrice du groupe d’agit-prop LES FEMENS, pénalement poursuivie dans son pays pour avoir tronçonné à KIEV un monument commémoratif en forme de croix chrétienne érigé en mémoire des millions de victimes du stalinisme. Accueillie à bras ouvert en FRANCE, d’abord par la MAIRIE de PARIS (Bertrand 1er et la Belle de Cadix), de fait le lobby LGBT, qui voyait en elle un moyen de perturber et d’affaiblir par la provocation permanente les opposants au « Mariage pour Tous » qui défilaient dans les rues pour s’opposer à l’adoption de la loi socialiste. Le gouvernement bien sûr, et en premier lieu le Ministre de l’Intérieur, se réjouissaient de l’action de ce groupe en lui fournissant les moyens de mener à bien ses actions terroristes dans l’impunité la plus totale. En récompense de son action, et sous le tutorat de la pseudo-journaliste lesbienne Caroline FOURREST, avec laquelle elle entretient une relation, qui l’héberge, la conseille et la protège et en sus gagne de l’argent sur ses seins en écrivant son odyssée, la belle Inna se voyait rendre un hommage national par BOZZO-le_CLOWN au nom de la République Socialiste, lorsqu’il choisissait le projet présenté par le couple de militants homosexuels Olivia Ciappa – David Kawena, protégés eux-aussi du Maire de Paris, pour devenir la nouvelle Marianne républicaine qui illustre les timbres émis par LA POSTE, afin d’offrir une image moderne et séduisante du pays. Olivier Ciappa, lauréat du pseudo concours organisé par LA POSTE au nom de FLANBY, et qui en perçoit les juteux revenus financiers,  avait déclaré à la Presse : « Marianne, qui est représentée seins nus en 1789, aurait certainement été une Femen car elle se battait pour les valeurs de la République, la liberté, l’égalité, la fraternité … »  (sic : ne pas rigoler s’il vous plaît !). Quant à l’intéressée, modeste et délicate dans son triomphe, elle fit cette déclaration magnifique qui entrera dans l’histoire de la république socialiste : « Désormais, tous les homophobes, extrêmistes, fascistes devront lécher mon cul pour envoyer une lettre » .

Depuis, elle se fait remarquer régulièrement, comme lors de la démission du Pape Benoît XVI, en envoyant ses troupes d’assaut dégrader les nouvelles cloches de Notre-Dame de Paris, acquises pour souscription des fidèles ; en se rendant au Vatican perturber les célébrations de Noël et plus encore en envahissant certaines églises, comme La Madeleine ou la Cathédrale de Francfort pour profaner les autels pendant les célébrations religieuses en urinant dessus, ou bien encore aller uriner (c’est une obsession chez elle !) culottes baissées sur la voie publique parisienne sur les portraits du Président ukrainien devant son ambassade parisienne. et à l’occasion des célébrations du 70e anniversaire du Débarquement, décapiter avec un pieu en bois la statue en cire du Président POUTINE au musée Grévin … Protégées, manipulées par l’Etat socialiste, elles ne seront jamais condamnées ni expulsées bien qu’outrageant et profanant en permanence les symbôles des civilisations françaises et européennes, alors que toute atteinte ou plaisanterie relatives aux religions juives ou musulmanes sont sauvagement réprimées, souvent en violation des règles de droit les plus élémentaires de notre démocratie lorsque la justice pénale apparaît trop laxiste au gouvernement qui utilise dès lors les hauts fonctionnaires du Conseil d’Etat pour appliquer son idéologie sectaire.

Mais Inna Shevchenko, la « Marianne des Tafioles pédophiles », la « Madonne des Tarlouzes sodomites », est inviolable et aucune poursuite ne saurait être excercée à son encontre : ambassadrice de la grandeur socialiste française, nous la retrouvons ces jours derniers aux Etats-Unis (oui, ses manipulateurs ne manquent pas de moyens !), s’exhibant seins nus devant le Capitole de l’Etat du Texas, une Bible glissée dans sa culotte ; elle profane le drapeau de l’Etat,  tout en déchirant dessus une Bible. Le Président FLANBY peut-être fier d’elle, lui qui vient justement d’être humilié par OBAMA qui vient de lui rappeler publiquement à l’occasion des cérémonies du 6 juin 2014 en Normandie qu’il existait encore dans le monde des états démocratiques où le pouvoir judiciaire était indépendant du pouvoir exécutif ! (en France, ce n’est pas le cas et le Président avait malencontreusement oublié le principe de séparation des pouvoirs défini pourtant par Montesquieu !). Caroline FOUREST, sa maîtresse, mais aussi Anne HIDALGO et Bertrand DELANOE qui l’ont parrainée lors de son arrivée en France et leurs collaborateurs « gays friendly » de la Mairie de Paris, Olivier CIAPPA et David Kawena qui ont crée la « Marianne de la Jeunesse » et en touchent les juteuses indemnités, Pierre BERGE, « Deus ex machina LGBT » et grand manipulateur d’opinion à travers les quotidiens nationaux de gauche et homosexuels dont il s’est rendu propriétaire, les mouvements LGBT tels ACT’UP qu’il dirige en sous-main et finance,  le gouvernement qui la soutient dans son action révolutionnaire originale contre les valeurs et les traditions de la civilisation et de la culture nationales, ne peuvent que s’en féliciter. Puisque notre Président BOZZO le CLOWN recherche d’illustres citoyennes françaises pour les faire entrer au PANTHEON, comment ne pas lui conseiller de prévoir une place pour Inna Shevchenko lorsque l’heure (la plus tardive possible !) sera venue !
Notons enfin qu’Inna ne commet jamais ses actes de provocation dans son pays ou bien en Russie, puisque le Président POUTINE serait très heureux de la recevoir dans ses geôles, pas plus que dans les pays musulmans puisqu’il est plus facile pour elle d’aller profaner Notre-Dame de Paris, la Cathédrale de Cologne, l’Eglise de la Madeleine, le pavé parisien où le Parlement Texan que d’aller déchirer le CORAN et profaner des mosquées à RYAD, à LA MECQUE, MEDINE, au QUATAR, au KOWEIT, aux EMIRAT ARABES UNIS et dans les pays islamiques comme le PAKISTAN, l’IRAN ou l’AFGHANISTAN, ou  souiller le MUR DES LAMENTATIONS ou le Mémorial de Yad Vashem à JERUSALEM.

comédie musicale française 1980, reprise par un producteur britannique qui en fit le plus grand succès mondial connu à l'heure actuelle

Les Misérables

Marianne est un symbôle fort de la République Française, connu mondialement car emblématique d’oeuvres contemporaines célèbres, comme la comédie musicale LES MISERABLES, qui est à ce jour la plus jouée dans le monde ; sa première représentation graphique figure sur l’oeuvre de Delacroix « La liberté guidant le peuple » où seins nus et drapeau tricolore en main, elle harangue debout sur un tas de cadavres le Peuple lors de la Révolution des Trois Glorieuses de 1830 pour abattre le roi ultra-réactionnaire Charles X, dernier frère de Louis XVI ; on retrouve son buste dans toutes les mairies et son portrait figure sur les en-tête de des documents gouvernementaux officiels et les timbres de LA POSTE. Son prénom de Mariane est lui-même un signe d’unité de la République française, puisque d’origine occitane où on le trouve pour la première fois dans une chanson du pays albigeois, « La Garisou de Marianna » (la guerison de Marianne), écrite en 1792, où elle symbolise pour la première fois la République !
Son sein nu est symbôle protecteur de « nourrice » et d’émancipation, et comme la statue de la Liberté qui en constitue une abstraction, une liberté éclairante, l’alma mater de la République romaine, la déesse mère et nourricière.
Pourquoi avoir transformé délibérement ce symbôle d’unité d’une République protectrice en symbôle clivant et triomphant du communautarisme « lesbien-gay-bisexuel-transexuel » ?  D’ailleurs, Marianne porte le bonnet phrygien, représentation de l’esclave libéré de ses chaînes, et non, comme Inna,  la couronne de fleurs, symbôle nationaliste ukrainien de la beauté des jeunes filles, de leur honneur, qui apaise l’âme, ôte la douleur et revigore les forces.
Non, Monsieur CIAPPA, Marianne n’aurait pas été aujourd’hui une femen, une provocatrice hystérique christianophobe au spiritualisme matérialiste nourri par le KGB,  manipulée par un parti politique, un lobby communautariste, financée par un milliardaire américain sans scrupule ayant fondé sa fortune sur la spéculation contre les peuples et les états !

La pétition pour le retrait de la « Marianne de la Jeunesse », timbre LGBT provocateur, insultant et dégradant pour la majorité des français !

La grandeur française, si elle est courageuse, n’en est pas pour autant téméraire !


L’assassinat du Père Noël

Parvenir à fusionner dans le cadre d’une campagne terroriste en faveur de l’éradication de la fête chrétienne de Noël dans les états démocratiques européens des mouvements communautaires aussi sectaires que le lobby pour « le mariage pour tous et la libre pédophilie »,  financièrement lié, dirigé et instrumentalisé par Pierre Bergé (la morale chrétienne les dérange !), la faction la plus ultra des christianophobes du Grand Orient de France en la personne de son représentant le plus ultra, Vincent Peillon, agissant pour le compte de Flanby la Haine (la France doit être déchristianisée et la laïcité imposée comme religion d’Etat), et une bande de prostituées ukrainiennes paumées prétendument ultra-féministes durement dressées par un cosaque assujetti à la mafia des pays de l’est, mais entretenues et agissant pour le compte de l’état français, voila qui n’est pas commun. Comme d’habitude dans les mouvements factieux, les têtes pensantes restent cachées, quitte si cela tourne mal à condamner les excès qu’ils avaient initiés ; ce sont donc les folles hystériques des « femens », soumises à ces messieurs,  qui allèrent dans les églises (jamais dans les mosquées, les temples ou les synagogues car les réactions peuvent y être violentes) perturber seins nus les messes de Noël.
D’abord, la prostituée Eloïse Bouton vint profaner l’autel de l’église de la Madeleine en mimant un avortement et en urinant au pied de l’autel ; nous sommes en France, cela est d’un commun ma chère ! donc aucune réaction des autorités, engagées dans un combat autrement important pour servir et apaiser la LICRA en persécutant son ennemi mortel DIEUDONNE (interdire à un comique d’exercer son métier, c’est toujours un signe de vitalité démocratique et autrement plus facile que de faire baisser le chômage ou contrôler l’insécurité !), sinon une franche approbation et un tacite soutien … Puis le 25/12, la charismatique Inna Sevchenko, leader du mouvement et glorieuse Marianne de la République Française dont le portrait s’affiche sur les timbres que Flanby a voulu témoignages de son quinquennat sous le nom de « Marianne de la Jeunesse », s’en vint au Vatican s’attaquer au seul adversaire digne d’elle, le Pape ; elle ne put investir une Basilique Saint-Pierre bien trop vaste pour elle et dut se satisfaire de quelques photographies de ses amis journalistes la montrant poursuivie par deux pauvres carabinieri, puis les griffant pour les punir de l’avoir rejointe malgré leur âge avancé ; au même moment, une militante d’on ne sait trop quelle cause, à genoux devant l’église San Manuel et San Benito à Madrid se faisait déverser sur ses bras écartelés du sang de veau ! Mais le summum fut atteint dans la sublime et vénérable cathédrale de Cologne où une « femen » surgit en courant seins nus de la foule des fidèles et se propulsa d’un saut félin sur l’autel où était célébrée la messe, exposant à la foule les lettres inscrites sur son torse et son ventre, devise de Pierre Bergé : « I’m God ». La manière dont elle fut expulsée de la Cathédrale, traînée sur les marches de marbre, lui rappelèrent cependant que l’on était en Allemagne et non plus dans leur jardin d’Eden français entretenu par la Mairie de Paris !
Aux promoteurs intellectuels de ces actions d’éclat, Pierre Bergé et Vincent Peillon, rappelons cependant qu’il ne suffira pas le jour où l’une de ces jeunes paumées perdra accidentellement la vie dans l’une de ses actions insensées de dénoncer « les fascistes, homophobes, racistes et antisémites » ; il faudra aussi qu’ils prennent leur part de responsabilité et assument avec courage (pour une fois) les conséquences de leurs actes criminels et de leur lâcheté.