L’insupportable arrogance du révisionnisme historique !

Digne émule de Winston CHURCHILL lorsqu’il affirmait en souriant :

L’ Histoire me sera indulgente, car j’ai l’intention de l’écrire.

BOZZO-le-CLOWN n’a cessé tout au long de son règne de vouloir faire écrire par ses dévoués féaux et commensaux, ses serviles « clients » journalistes (auxquels il consacrait plus de temps qu’à ses ministres et pour lesquels étaient grandes ouvertes les portes de l’Elysée et de ses appartements privés), l’hagiographie de son grand règne pour en témoigner devant l’histoire.

Jean d’ORMESSON, dans sa clairvoyance bonhomme, pleine d’esprit de malice et d’humour, avait parfaitement cerné ce bizarre personnage, en affirmant lors d’un passage au CLUB de la PRESSE :

C’est quand même un phénomène étonnant, Hollande. […] C’est un homme qui est double : il se regarde sans cesse faire. Et qu’est-ce qu’il fait ? Pas grand-chose. Il passe son temps à commenter ce qu’il a fait ou ce qu’il n’a pas fait.

Pour ne rien faire, il n’a effectivement rien accompli de tangible, sinon servir les intérêts communautaires exclusifs de ses clientèles LGBT, maçonnes et les incontournables « intermittents du spectacle » et « punks à chiens » protégés de la Favorite, tout en marquant son total mépris pour les « sans dents » et les classes moyennes pour lesquelles il apportait la preuve du bien-fondé de l’analyse de CHURCHILL dans son appréciation des deux grands systèmes économiques qui s’opposent depuis la fin du XIXe siècle :

Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère.

Dans la répartition de la misère, Clown BOZZO fut effectivement, et dans ce seul domaine, un excellent socialiste.

Mais son grand succès restera la foisonnante production littéraire consacrée à sa personne et à son règne ; l’histoire sans nul doute réévaluera son inaction à l’aune de sa légendaire couardise et ses lamentables échecs qui l’empêchèrent de briguer un second mandat. Mais qui peut, sur une période de cinq ans, se targuer d’une production littéraire aussi inflationniste et flamboyante ? 

Car s’exhiber dans tout le pays, labourer le moindre village,  comme il le faisait autrefois lors des fêtes de la Rose de feu le Parti Socialiste, sous couvert de dédicace du livre écrit par son ami Laurent Joffrin, voila sa nouvelle obsession littéraire pour le ramener à la tête du pays en 2022, comme il le claironne à chacune de ses apparitions quasi-quotidiennes sur les chaînes audiovisuelles publiques ou d’information continue !
Il méprisait ainsi la célébration nationale du centième anniversaire de l’armistice du 11 novembre,  pour monopoliser l’attention des visiteurs et recevoir la lumière des projecteurs braqués sur la Foire du Livre de Tulle, sans favorite ni chien cette fois.
Mais il ne fit pas mystère qu’il profitait de l’occasion pour acquérir une villa de luxe à TULLE, (en sus de ses biens immobiliers parisiens, de ses deux appartements dans le Var, de sa villa à Mougins) dans le seul but de continuer à voter dans la ville, dont il apprécie tant les habitants ! A ce sujet, les propos qu’il a tenus lors de l’émission QUOTIDIEN de son ami Yann BARTHES lors de son passage sur TMC le 25.4.2018 : « Non, MACRON n’est pas le Président des riches …. c’est le Président des très riches ! » ne revêtaient pas, vu son état de fortune, un caractère péjoratif, bien au contraire.
Et puis, MACRON n’est-il pas sa créature, la « GALATEE » qu’il a sculptée dans le marbre puis animée avec ses amis LGBT – maçons – escrocs patrons de groupes de presse et audiovisuels, dont il devait tirer toutes les ficelles puisqu’il ne pouvait décemment pas se représenter en 2017, lui le clown BOZZO devenu PYGMALION ? Entre autres blagounettes pour faire genre, n’avait-il pas affirmé lors de sa campagne victorieuse de 2012 à l’intention de « sans dents », « chiens galeux » et autres imbéciles qui s’apprêtaient à voter pour lui : « Je n’aime pas les riches ! », et un peu plus tard dans un discours devenu légendaire : « Mon seul adversaire, c’est le monde de la finance ! ». Après cinq ans de pouvoir suprême, chacun sait que l’homme a un grand sens de l’humour, et  beaucoup plus encore de mépris pour les électeurs qui croyaient en lui.

En effet, BOZZO-le-CLOWN n’a jamais possédé de bien immobilier dans la ville, dont il fut pourtant le Maire, le député de circonscription et le Président du Conseil Général. Par mesure d’économie, il trouvait asile dans une chambre de passage sise dans les locaux du Parti Socialiste ; élu à la Présidence de la République, il continua à voter à TULLE, utilisant pour s’y rendre d’abord le transport aérien gouvernemental, puis une voiture de fonction avec chauffeurs de la Présidence. N’importe quel autre citoyen « normal » dans sa situation aurait été, conformément aux dispositions du Code Électoral, radié des listes électorales de la Ville ! Pas lui évidemment, car la loi commune ne pouvait s’appliquer à un tel personnage, au-dessus de toutes les contingences légales et bien calé sur ses privilèges de caste.

La semaine suivante, c’est à PEKIN qu’il triomphait ! Lors de la Foire Internationale du Livre, il remportait un prestigieux prix international : celui du BOUDDHA BOUFFON RIEUR, qui célèbre l’oeuvre la plus grotesque. Ce ne sont pas les livres écrits par « ses nègres » qui étaient couronnés, mais l’exploit d’avoir réussi à exposer deux livres sur les détails croustillants de sa vie privée : celui de sa concubine officielle au moment de son élection, Valérie TRIERWEILLER, dont l’humiliante répudiation de l’Elysée par communiqué de presse avait ridiculisé le pays dans le monde entier et s’étrangler de rage les féministes : « MERCI POUR CE MOMENT » ; enrichi depuis le mois d’octobre 2018 par « CE QUE JE PUIS ENFIN VOUS DIRE », où celle qui fut sa compagne de 1978 à 2017, Ségolène ROYAL,  Mère de leurs quatre enfants et grande rivale pour les élections présidentielles de 2022, dit tout le mal qu’elle pense de l’hypocrisie et de la lâcheté du CLOWN ! Un point d’accord indiscutable entre les deux anciennes rivales, que partageront peut-être Anne HIDALGO et Julie GAYET lorsque leur heure viendra ?

bouddha rieur2


Passation de pouvoir : « I shall return » (Douglas Mc Arthur) – I’ll be back (Terminator)

Bien entendu, l’ambiance était morose et triste à l’Elysée en cette matinée du 14 mai 2017 où le Président déchu abandonnait ses pouvoirs au jeune élu qui le précipitait dans l’ombre médiatique,  aux oubliettes de l’histoire.

Amertume bien sûr, acrimonie, aigreur, rancœur envers un jeune roturier politicien qui lui devait tout, dont il avait fait la carrière en le plaçant aux postes les plus éminents de la République, un fils prodigue qui l’avait poignardé devant tout le pays.
Mais dépit aussi et déception d’avoir été élu à ce poste de Président sans préparation ni autre programme que la critique systématique et sans nuances de l’oeuvre de son prédécesseur et d’avoir accompli son quinquennat sous le règne des seules apparences et de la manipulation de l’opinion publique ; d’avoir tout au long de la campagne électorale pris publiquement des engagements populistes, irresponsables, démagogiques et insensés qu’il était impossible de réaliser une fois aux affaires ! Mais son mépris du corps électoral et des gens simples était tel qu’il pensait pouvoir faire avaler sans difficulté les pires couleuvres à ses électeurs, ses mensonges, ses  trahisons et manquements aux engagements pris !.
Il n’avait cependant pas tout raté puisque la justice pénale (au travers le syndicat de la magistrature qui contrôlait entièrement le Ministère de la Justice) et la justice administrative, (au travers le Conseil d’Etat – le fameux « Conseil Tata » – forteresse maçonne du GOF) étaient entièrement placées sous sa tutelle et qu’il pouvait, sur un simple clignement d’œil,  anéantir en quelques secondes la réputation et la carrière de tout adversaire se dressant sur sa route, ou conforter les décisions du gouvernement et des pouvoirs publics qu’il dirigeait, quels que soient leurs errements et les acrobaties réalisés pour y parvenir, au mépris d’une règle jurisprudentielle issue de 120 ans d’expérience et de pratique.

Et que dire de la manipulation permanente de l’opinion publique érigée en principe de gouvernement à travers deux groupes de presse : BNP (Bergé Niel Pigasse), contrôlant quotidiens et hebdomadaires tels que LE MONDE, l’OBS, LA VIE, TELERAMA, LE MONDE DIPLOMATIQUE, les INROCKS, COURRIER INTERNATIONAL, le HUFFINGTON POST, ou le groupe ALTICE (de Patrick DRAHI) : LIBERATION – L’EXPRESS – l’EXPANSION, BFM TV entre autres), dont les financiers dépendaient et traitaient avec l’Etat pour leurs affaires personnelles et des subventions versées par le Ministère de la Culture pour l’équilibre financier de leur groupe.
Quant au monde des médias, c’était une construction impressionnante : avec sept chaînes de télévision et cinq stations radio, le service public de la République exerçait une influence sans partage sur l’opinion ; il dépendait dans son organisation et son fonctionnement d’un CONSEIL SUPERIEUR de l’AUDIOVISUEL, présidé par Olivier Schrameck, maçon socialiste ancien directeur de Cabinet du Premier Ministre socialiste Lionel Jospin, choisi par le Président de la République, qui nommait lui-même les responsables des chaînes publiques au prix de leur asservissement au pouvoir. Malgré le coût pour la collectivité, ces chaînes étaient devenues les maisons de retraite d’une multitude de journalistes (notamment la CINQ, véritable repaire de militants de gauche et annexe de la rue de Solférino) qui n’avaient d’autre finalité que de servir la propagande du parti au pouvoir !

Du 15 mai 2012 au 14 mai 2017, que de travail accompli pour le contrôle par un parti politique de l’appareil d’état ; à cet instant, dans l’attente de l’heure fatidique de 10 heures qui verrait l’arrivée du « successeur », BOZZO ne pouvait s’empêcher de penser aux trois actes majeurs qui avaient marqué sa prise de fonction :

  • d’abord, pour rompre avec la tradition, il avait eu le cran de traiter avec le plus grand mépris Nicolas SARKOZY et son épouse en ne les raccompagnant jusqu’à leur voiture lors de leur départ ; et pour son discours d’investiture, de ne pas le citer lors de l’hommage rendu à tous ses prédécesseurs de la Ve République !
  • ensuite, son défilé triomphal sur les Champs-Elysées en se rendant à l’Arc-de-Triomphe rallumer la flamme : debout dans sa CITROEN CS5 décapotable, sous une pluie battante, il avait courageusement affronté les éléments, le costume trempé et mouillé jusqu’à l’os !
  • et enfin, dans la soirée, parti présenter ses lettres de créance à la Chancelière allemande, son avion avait été frappé par la foudre et avait du faire demi-tour.

Superbe cérémonie de sacre, digne du couronnement de Napoléon par sa grandeur et son faste, du culte de l’Etre Suprême de Robespierre dans sa profonde religiosité,  son étroite morale laïque et son sectarisme de gauche ! Son successeur serait-il aussi méprisant et arrogant à son endroit qu’il l’avait été pour son prédécesseur ? C’est la question qu’il se posait en prenant la parole devant ses quelques fidèles rassemblés pour un dernier adieu, au nombre desquels son coiffeur-teinturier, sa maquilleuse, son cireur de chaussures professionnel, et, on ne sait pourquoi l’écrivain plagiaire Jacques ATTALI, présent certainement pour relater dans son prochain ouvrage le terme du naufrage.
Il ne manquera alors pas de citer ces paroles immortelles du Président déchu, prononcées les larmes aux yeux  :

A cet instant, rappelons-nous que les troupes américaines attaquées par les forces aéronavales japonaises à PEARLHARBOUR étaient en déroute et n’avaient pas la puissance de feu nécessaire pour affronter l’ennemi ;  leur Commandant, le Gal Mc ARTHUR,  reçut du gouvernement américain l’ordre d’évacuer l’Ile de Coregidor, aux Philippines alors américaines, pour gagner l’Australie et organiser la libération du pays. A la radio, en ce 11 mars 1942, il fit une promesse aux philippins : Je suis sorti de Bataan, mais je reviendrai ! » ; et il tint parole.
Amis LGBT, camarades socialistes, frères en maçonnerie, croyez en moi : comme le dit le Terminator,« I’ll be back ». Certains n’hésiteront pas à évoquer à mon endroit « Le retour de la Momie » : mais devant vous,  je prends aujourd’hui cet engagement solennel : en 2022, je reviendrai prendre le poste qui me revient de droit et dont j’ai été injustement spolié à l’Elysée  !

Son successeur, le BRUTUS qui l’avait poignardé, était quand même bien mieux éduqué et respectueux des convenances que lui-même ne l’avait été ; il le raccompagna sous les applaudissements des invités sur le tapis rouge jusqu’à son véhicule et ne rentra au Palais pour la suite de la cérémonie qu’après son départ pour la rue de Solférino, où ses amis socialistes avaient tendu au fronton du magnifique immeuble une grande banderole avec ce rappel émouvant : A VENDRE

C’est de manière chaleureuse que les socialistes ont accueilli leur ancien Premier Secrétaire au siège du parti en déroute, rue de Solférino ; BOZZO a pu apprécier combien son passage à la tête de l’Etat avait non seulement ruiné le pays, mais aussi le Parti qui a du mettre en vente le prestigieux immeuble !

Après un bref discours célébrant les mérites d’un quinquennat qui serait réévalué par l’histoire (sans évoquer toutefois l’anéantissement du parti et la ruine de la gauche française !), il se retira dans une maison de repos pour effectuer la cure de désintoxication aux médias et aux crépitements des flash que ses médecins avaient prescrite ; il tint deux mois à ce régime sec, mais ne put poursuivre plus longtemps et s’évada.

Une équipe jeune et décidée pour reconquérir le pouvoir en 2022

On le retrouve à la mi-août, entouré de la Pompadour et des jeunes et fringants adolescents qui vont soutenir son opération de reconquête : Charles Aznavour, 94 ans et Michel Drucker, 76 ans.
Et cette opération débute le 24 août 2017 au Festival du cinéma  francophone d’ANGOULEME, dont la très fidèle journaliste bobo-socialiste Claire CHAZAL est cette année Présidente (son interview de DSK, le 18.11.2011 au Journal de 20H de TF1, préparé avec l’épouse de ce dernier, Anne Sinclair, demeure encore dans les écoles de médias américaines l’exemple absolu d’un journalisme de complaisance, antithèse et repoussoir d’un exercice respectable du métier de journaliste dans une démocratie !) ; c’est un feu d’artifice de suffisance et d’arrogance que devant la meute médiatique tire un FLANBY au meilleur de sa forme. Cette fois, comme il le fera désormais à chacune de ses interventions, il n’hésite à critiquer vertement son successeur ! Mais  un reportage nous rappelle ses propos vengeurs et mesquins !.

Tout est donc en place pour un nouvel épisode de la saga BOZZO-le-CLOWN, que nous allons suivre avec délectation sous la rubrique RÉSURRECTION : car, conformément à la séculaire tradition circassienne, plus que jamais, « LE SPECTACLE CONTINUE ! »

 

 


Et la terre déroba sous nos pas … le pays, hilare et inconscient, se réjouissait sottement !

En ce triste jour du 1 décembre 2016 tomba dans l’après-midi l’avis d’une énième communication du clown BOZZO depuis son Palais de l’Elysée lors des journaux d’information de 20:00 !

La ville bruissait des bruits sur les épouvantables résultats des sondages effectués sur fonds publics depuis la publication par les journalistes du MONDE, DAVET et LHOMME, qui vivaient depuis son élection dans l’intimité du Chef de l’Etat et de ses maîtresses, de leur livre « UN PRESIDENT NE DEVRAIT PAS DIRE CA » dont les effets parmi les fidèles électeurs de la socialie-bobo-gay étaient dévastateurs.
On lui prédisait une déroute totale aux primaires organisées par le Parti Socialiste, avec un score lamentable le reléguant en cinquième et dernière position, s’il avait l’audace de se présenter !

A 18 heures précises, pour bien marquer les temps nouveaux dans l’alliance renouvelée entre le sabre et le goupillon,  depuis que « l’ennemi laïc de la finance », « le bouffeur enragé de curés » avait fait le déplacement de CANOSSA pour adjurer le Pape de sa dévotion et de sa soumission à l’église catholique romaine apostolique et universelle, (ainsi qu’aux FEMENS – ACT’UP et Pierre BERGE), les cloches de toutes les églises de France sonnèrent le tocsin pour souligner l’importance de l’événement.
Mais depuis que le Premier Ministre franc-maçon barcelonais usait à l’envie de cette grossière ficelle pour rappeler le risque d’anéantissement et de disparition encouru par le pays en cas de vote contraire aux intérêts socialistes, plus personne ne prêtait la moindre attention à ces élucubrations systématiques. Et c’est donc un pays fort calme qui entendit sans le croire la déclaration suivante :

Nous étions donc rassurés quant à l’avenir financier du futur retraité ; outre ceux de son coiffeur, de sa maquilleuse et de son cireur de pompes largement payés sur fonds publics, il avait su protéger au-delà du raisonnable ses propres intérêts avec un net garanti de 36.000 € mensuels !

Bien sûr, BOZZO ne serait pas candidat en 2017 puisque le résultat était couru d’avance ; en attendant la fin de son mandat, il gouvernerait comme il l’avait toujours fait depuis 2012 :  » Il y a ceux qui n’attendent plus rien. Moi, je fais en sorte de leur apporter ce qu’ils attendent « 
Julie GAYET, la POMPADOUR de la rue du Cirque,
productrice cinématographique bénie du CENTRE NATIONAL DU CINEMA dont elle dilapidait les fonds dans le financement d’œuvres d’une médiocrité désolante (mais elle avait fait nommer la directrice générale déléguée de cet établissement public, sa grande copine Audrey AZOULAY -fille d’un Ministre d’Etat marocain- au poste envié de Ministre de la Culture en faisant éjecter Fleur PELLERIN tant elle était satisfaite de ses services et de la manière dont elle était privilégiée ! D’ailleurs, BOZZO, cette marionnette insipide jamais avare d’une « blagounette », n’avait-il pas affirmé : « Julie essaye d’avoir sa vie ce qui n’est pas facile ! Elle n’a jamais bénéficié d’avantages pour la production de ses films ! ». Ce qui, dans la bouche de ce menteur impénitent, constituait un aveu évident !),
rôdait déjà le discours lénifiant qui serait le sien pour la reconquête du trône en 2022 :
A toute question posée sur l’humour légendaire de BOZZO, elle devrait préciser : « Mais ce n’est pas qu’une réputation, son humour est légendaire ! C’est vraiment quelqu’un de très très drôle et tous les gens qui le côtoient vous le diront. Dans la vie, il me fait beaucoup rire et c’est très important pour moi ! »; « d’ailleurs, depuis nos rendez-vous discrets de la rue du Cirque, je l’appelle dans l’intimité BOZZO mon CLOWN »
et sur le retour en politique du FLANBY MOU pour les élections 2022, elle répondrait sans sourire :
« Ce qui est important aujourd’hui, et je le vois quand on sort, c’est qu’il y a une vraie attente, beaucoup de gens espèrent son retour ».
Donc, le plan de communication pour la reconquête de 2022 est tracé, déja en-cours d’exécution même !

Mais en attendant, après l’annonce de cette « renonciation »,  forcée, on voit sur les Champs-Elysées les arbres reverdir et des centaines de milliers de personnes se rassembler pour clamer leur bonheur et leur soulagement, avec des drapeaux bleu-blanc-rouge, au son des klaxons de voiture, comme ce 26 août 1944 lorsque le Gal de Gaulle les avait descendus pour la LIBERATION de PARIS ou ce 12 juillet 1998 lorsque 1,5 million de personnes avaient spontanément fêté la victoire de la France en finale de la Coupe du Monde.

Et parallèlement se met en marche vers le siège de LA REPUBLIQUE EN MARCHE, pour offrir leur service au SUCCESSEUR – faire allégeance – et lui rendre hommage, la cohorte lamentable de tous ceux qui, ce matin encore, tenaient pour certaine la réélection de leur CLOWN, les vedettes de la socialie-bobo-gay qui pendant cinq ans avaient profité d’incroyables prébendes, les Pierre BERGE, Frédéric MITTERRAND, Jack LANG, Daniel COHN-BENDIT, l’urgentiste syndicaliste professionnel Patrick PELOUX, les milliardaires « rastignac » Xavier NIEL, Matthieu PIGASSE, Patrick DRAHI, le monde de la « culture » (comme Olivier PY ou Jean-Michel RIBES qui lui doivent leur poste de directeur) et des intermittents du spectacle protégés de La Pompadour, et tous ces journalistes socialistes félons ou comiques troupiers acides qui depuis des années promeuvent quotidiennement sur les ondes publiques aux frais du contribuable le régime socialiste, les économistes « je sais tout » professionnels Jacques ATTALI et Alain MINC, le troupeau désolant des serviles laquais prêts à n’importe quelle abjuration ou trahison (oui, c’est vrai, PARIS vaut bien une messe !) qui leur assurerait la poursuite de leurs avantages …
Quel dommage que n’existe pas aujourd’hui d’écrivain aussi admirable que CHATAUBRIAND décrivant dans ses « MEMOIRES d’OUTRE TOMBE », après la chute de NAPOLEON à WATERLOO, la visite que firent TALLEYRAND et FOUCHE au roi LOUIS XVIII, frère de LOUIS XVI, rétabli sur le trône par les armées étrangères liguées contre la FRANCE :
« Je me rendis chez Sa Majesté : introduit dans une des chambres qui précédaient celle du roi, je ne trouvai personne ; je m’assis dans un coin et j’attendis. Tout à coup une porte s’ouvre : entre silencieusement le vice appuyé sur le bras du crime, M. de Talleyrand marchant soutenu par M. Fouché ; la vision infernale passe lentement devant moi, pénètre dans le cabinet du roi et disparaît. Fouché venait jurer foi et hommage à son seigneur ; le féal régicide, à genoux, mit les mains qui firent tomber la tête de Louis XVI entre les mains du frère du roi martyr ; l’évêque apostat fut caution du serment. »

Les temps changent ! Et pourtant, la noirceur humaine, la bassesse de l’âme et la lâcheté sont valeurs universelles dans le temps et l’espace au fil des siècles ! 

 


Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal …

L’ordure criminelle et assassine qui déshonore le pays a cru habile de recevoir les champions qui ont remporté, (de façon héroïque pour certains !) des médailles olympiques, à seule fin de partager leur part de gloire et de détourner à son profit leurs efforts et leur triomphe.
Sur les photographies et les films commandités par le Service de Communication et Manipulation élyséen, les plus prestigieux (RINER pour les toutes catégories en judio, YOKA pour les super-lourds en boxe – immense titre, à l’égal des plus grands boxeurs de l’histoire) sont au dernier rang, mais on les voit quand même en raison de leur taille (plus de deux mètres chacun !) ; et nos championnes (qui se sont si bien comportées, faisant la fierté de leur pays !) sont repoussées vers les extrémités de la photo pour laisser en place centrale des voyous, du gibier de potence, des mafieux ignobles qui devraient rôtir vifs sur les bûchers des vaniteux : BOZZO (son coiffeur-teinturier, sa maquilleuse et son cireur de pompes) , cheveux plus courts que d’habitude ; VALLS, KANNER, BRAILLARD, LAPASSET (la honte du rugby français !) à genoux devant son maître franc-maçon !
Certains, parmi les plus prestigieux, ne sont même pas visibles : leur jeunesse, leur joie de vivre, leur courage, leur sueur, leur volonté à bien représenter le pays ont été violés et accaparés par cette bande indigne de pervers et de dégénérés ; mais au PS, les « ballets bleu », on sait ce que c’est (c’est même un des motifs de gloire les plus sûrs pour obtenir la Grand Croix de la Légion d’Honneur et être décoré en grande pompe par BOZZO lui-même dans le grand salon du déshonneur de l’Elysée !)

 

Le jardin de la honte

Le jardin de la honte


Incohérence, affolement, lâcheté

« Ça va mieux 1er », aussi fier qu’un paon faisant la roue devant son harem de favorites, ou triomphant à l’instar de la dinde faisandée graciée par le Président des Etats-Unis avant la fête de « Thanksgiving » annonçait lors d’une énième et interminable intervention télévisée du 14 juillet 2016 à 13:25 qu’il mettait fin à l’Etat d’Urgence le 26 juillet et que ce régime d’exception n’avait nul besoin d’être renouvelé puisque le gouvernement avait fait voter des lois beaucoup plus efficaces dans la lutte contre le « djihadisme », ne présentant pas un caractère dérogatoire au droit commun.
Douze heures plus tard, sur ton martial et à grand coup de menton, il affirmait qu’il allait faire voter une prolongation de cet état d’urgence ! Difficile de comprendre : soit les nouvelles dispositions légales mises en place par le gouvernement présentent un caractère d’efficacité tel qu’elles rendent abscons et inutiles un état d’urgence (qui n’a jamais été appliqué d’ailleurs), comme l’affirmait le clown à 13:25 ; soit ce n’est pas le cas puisqu’il doit revenir sur sa décision douze heures plus tard après un attentat commis sous le régime de l’état d’urgence, totalement inutile à NICE bien sûr !
Qui a menti ? Devinez ! En tout cas, la commission d’enquête parlementaire, qui s’est penchée pendant cinq mois sur les dysfonctionnements constatés lors des attentats de CHARLIE HEBDO puis du BATACLAN et a rendu un rapport avec 40 propositions pour améliorer l’efficacité des services, a son avis que je mettrai en ligne bientôt.

En parallèle, je relève que  des journaux scientifiques, connus pour le sérieux de leurs informations et le recoupement de leurs sources, annoncent aujourd’hui « qu’un homme vit normalement avec seulement 10% de son cerveau »
Je comprends maintenant certains comportements erratiques et délirants parmi nos dirigeants ! Mais être élu Président de la République avec seulement 10% de son cerveau fonctionnel, il faut le faire ! Combien de mensonges et de dissimulations pour en arriver là ! Après, les résultats ???  Prétendre qu’il vit très bien comme cela, c’est beaucoup s’avancer me semble-t-il !
Lui, son coiffeur-teinturier et sa maquilleuse , je n’en doute pas ; mais le pays peut-il en dire autant ?

En tout cas, 84 personnes, dont 10 enfants âgés de 2 à 12 ans, sont morts déchiquetés à NICE sous les roues d’un camion par la faute de ce tragique irresponsable que les français, abusés par ses mensonges permanents et les manipulations mentales qui lui servent de programme politique,  ont choisi comme Président !


« Ca va mieux : même la météo va mieux ! »

Dans un effort ultime et désespéré pour conserver un mince espoir en une prochaine réélection, BOZZO a tout lâché pour satisfaire « sans dents » et autres « chiens galeux » qui forment avec les « bobos gays » la base de son électorat. La rigueur budgétaire est évidemment passée en pertes et profits, comme les engagements internationaux du pays : les augmentations électoralistes  démagogiques et clientélistes arrosent toutes les couches sociales d’un électorat classique présumé « de gauche » (ce qui constitue une nouvelle preuve de la haute estime pour elles de « l’ennemi de la finance » !) 
Peu importe, un seul but, quel qu’en soit le coût et les moyens utilisés : assurer sa réélection !
Dans sa stratégie de communication mise au point par Gaspard GANTZER, lors de ses incessantes interventions télévisées,  de ses interviews radiodiffusées et à longueur d’articles de presse quotidiens dans la presse BERGER-NIEL-PIGASSE et DRAHI, BOZZO nous récite  son nouveau « mantra », une antienne présumée le relancer dans la course aux présidentielles 2017 : « Ca va mieux ! ».
Et à CHARTRES, ce 16 avril 2016, il est encore allé plus loin puisque cette autosuggestion est même censée vaincre ce qui restera le signe indien indélébile et marquant de son règne maudit, LA PLUIE.

 » Ca va mieux, même la météo va mieux ! »

 


Hommage posthume d’Edith Piaf au Clown maléfique Bozzo

La chute vertigineuse mais ô combien miraculeuse du prix des matières premières  fossiles de plus de 50%  plaçait l’économie nationale dans une situation favorable pour commencer à désendetter nos descendants et faire enfin des investissements créatifs d’emplois pérennes !. Si le prix de l’énergie sur le marché international chute, ce n’est pas le cas pour le consommateur puisque l’Etat, malgré ses promesses,  crée de nouvelles taxes à la pompe et dégage ainsi des marges de manœuvre inespérées.

Mais lors de ses vœux, le Clown Maléfique a annoncé qu’il allait créer des formations sans avenir ni débouchés pour les chômeurs et multiplier les contrats d’apprentissage subventionnés pour 500.000 demandeurs d’emplois afin de faire baisser ponctuellement les chiffres du chômage en vue des élections présidentielles 2017,  qu’il compte bien acheter en saupoudrant largement à tort et à travers toutes les catégories sociales ; avec l’interdiction judiciaire de se présenter promise à Nicolas SARKOZY par Christiane TAUBIRA et le Syndicat de la Magistrature,   la collaboration des francs-maçons de droite et de gauche et l’appui d’Alain Juppé, il ne fera qu’une bouchée de son adversaire Marine, d’autant plus que le sonneur de tocsin est dans une forme éblouissante pour culpabiliser en permanence les électeurs avec sa stratégie de la tension anxiogène exacerbée et  hystérique et l’aide de la Presse et des médias audiovisuels et de leurs rédacteurs, commissaires politiques socialistes subventionnés par l’état.

Donc, tout se présente sous les meilleurs auspices, d’autant plus qu’un nouvel attentat bien ciblé n’aurait d’autre effet que d’amplifier, par l’action incontrôlable du réflexe pavlovien de légitimité (voire le syndrome de Stockholm) l’aura du « Chef de guerre impitoyable » »,  » Père de la Nation ! », « leader compassionnel à la larme facile », « Héros de la repentance démagogique multipolaire » pour  implorer « à  genoux »  grâce et pardon, s’excuser , battre sa coulpe et s’humilier au nom de la communauté nationale face à tous les communautarismes  hostiles, déterminés et censeurs impitoyables de l’action historique et civilisatrice de la France , qui se sont donné mission d’en saper les fondements démocratiques (notamment en Guyane taubirienne !).

On fera les comptes plus tard, l’essentiel étant d’être réélu quel qu’en soit le prix et le nombre de vies sacrifiées, à l’exemple de ce qu’a si bien réussi le Président turc ERDOGAN  ! On continuera donc à creuser le gouffre abyssal de notre déficit et d’accroître sans remords notre dette, dont hériteront nos enfants et petits-enfants et dont les générations futures paieront l’épouvantable tribut ! Le prix de ces mesures est évalué à 1 milliard d’€ (autant que le déficit annuel de la caisse des intermittents du spectacle) que viendra financer l’emprunt public. Edith Piaf avait déjà célébré il y a quelques décennies le machiavélique sens tactique du CLOWN et son art pour mépriser ses électeurs et ensevelir le pays sous la chappe de la dette,  à seule fin d’assurer la pérennité de son pouvoir criminel pendant deux quinquennats.


Bozzo promu dans la Ligue des super-héros Marvell, sauveurs de l’humanité

green_lantern_1024

« Bougie Verte », le Gardien de la Galaxie

Après des années de préparation, le couronnement va enfin révéler et éblouir l’humanité de la grandeur, de la suffisance, de la vanité et de l’orgueil de Bozzo-le-Clown ; du 30 novembre au 11 décembre 2015, c’est la date clé, la séquence primordiale du quinquennat raté qui va le projeter au premier rang des dirigeants de notre planète et assurer sa réélection. Depuis des mois, il sillonne le monde avec sa cour et ses maîtresses (dans l’AIRBUS dont il avait condamné l’acquisition et qu’il s’était engagé à revendre à une compagnie aérienne en cas d’élection),  pour rassurer les plus grands pollueurs de la planète et leur expliquer qu’il n’y a rien à craindre pour eux : les chasseurs de gibiers à poils et à plumes, les pêcheurs de baleines, les fabricants de sacs plastique qui étouffent les océans, les producteurs de gaz à effet de serre, tous les pollueurs chimiques et grands groupes qui empoisonnent nos cours d’eau, nos terres agricoles et anéantissent les colonies d’abeilles, tous ont bien compris que BOZZO demeurait BOZZO et ne tiendrait aucun des engagements souscrits au nom de son pays !

Car, de même que le verbe peut remplacer l’action pendant cinq années, les apparences mises en scène par Gaspard Gantzer sont bien plus importantes que la réalité des faits ! Avec l’accord des éditions MARVELL, les affiches annonciatrices de l’évènement qui seront placardées dans tout le pays, représentent BOZZO dans le costume et portant le masque des GREEN LANTERN, ces fameux gardiens de la galaxie qui veillent sur nos Univers et nos destinées.

Il a donc été choisi par l’anneau des quatre Cavaliers de l’Apocalypse (Jean-Christophe Cambadelis, Harlem Désir, Julien Dray, et Jean-Marie Le Guen) pour être le représentant terrestre de cette communauté ; et d’abord, et surtout, parce qu’il est sans peur devant le mensonge qui est consubstantiel à sa personne et qu’il ne cessera jamais de mentir, tout le temps et à tout le monde.

Il a prêté le serment des GREEN LANTERN :

« En plein jour ou dans la nuit noire, nul mal n’échappe à mon regard, que ceux qui devant le mal se prosternent, craignent la lumière des Green Lantern ! »

et il est devenu l’un des membres de cette communauté de demi-dieux ; maintenant, tout est prêt et nous sommes au premier rang pour nous réjouir du spectacle ! BOZZO est mort, vive le nouveau BOZZO :

Que le spectacle commence  Monsieur Gantzer !

I'm too sexy for my Ex

Pour célébrer la COP 21 et le triomphe de son ancien souteneur qui l’a humiliée devant le monde entier, Valérie Trierweiler présente le nouveau tee-shirt qu’elle a crée et arborera à cette occasion

NB : Les fameux et illustres « Cavaliers de l’Apocalypse », aussi surnommés « La huitième plaie d’Egypte » ; ces trotskistes-lambertistes, impliqués à leurs débuts dans la création d’association d’agitation-propagande, telles que SOS RACISME, sont désormais les cadres dirigeants du Parti Socialiste et les alliés les plus résolus de la « Bougie Verte ». Leur mérite est grand, car leur parcours fut tourmenté : ils sont connus pour avoir détourné aux fins d’enrichissement personnel les fonds versés par l’Etat ou les collectivités locales aux associations d’aide aux plus démunis de notre société. Les condamnations pénales dont ils furent frappés n’ont en rien troublé leur parcours politique au service de la bien-pensance et malgré les batteries de casseroles qu’ils traînent derrière eux, ils n’en continuent pas moins à parader et délivrer des leçons de morale à quiconque ne partage pas leur conception mafieuse de la politique. Pourtant, la MNEF, mutuelle étudiante dont ils s’emparèrent, ainsi que des syndicats lycéens comme le FIDL qu’ils utilisèrent pour leurs magouilles et escroqueries savent très bien qu’après leur passage, même l’herbe ne repousse plus.

cavaliers_apocalypse1


Bozzo, le croisement improbable entre un vampire et des sangsues

 

Le vampire Bozszo se nourrit même de la gloire des grands sportis, qu'il méprise par ailleurs

Pauvre Thierry ! Etre compromis par devoir national pour un personnage aussi méprisable !


xv_de_france
Bozzo, son sport préféré, c’est le football ; d’abord, parce que sur sa carte de visite, c’est toujours préférable pour un prétendu homme gauche de s’intéresser au sport le plus populaire de la planète. D’ailleurs, c’est le conseil qu’il a donné à Manuel Valls, devenu depuis supporter inconditionnel du FC BARCELONE, au point de détourner l’argent public en se rendant en voyage privé avec ses enfants pour encourager ce club avec les moyens de transport de l’Etat. Ensuite, parce qu’il lui rappelle d’excellents souvenirs lorsque sous le gouvernement JOSPIN les socialistes « bisounours » au pouvoir invitaient les équipes nationales du pays du MAGHREB à venir rencontrer l’Equipe de France « bleu-blanc-beur », encore championne du monde, au Stade de France ; cerise sur le gâteau, ils remplissaient démagogiquement le stade avec les enfants de Seine-Saint-Denis (ceux que Bergé apprécie tant dans leurs cinq premières années !), qui magnifiaient l’événement et l’amitié entre les peuples en sifflant la Marseillaise, couvrant de leurs huées haineuses l’hymne du pays qui les avait accueillis, les nourrissait, les instruisait et les soignait gratuitement, puis envahissaient le terrain avant la fin du match.
Ah, BARTOLEONE, ah LEROUX, quels souvenirs enivrants pour les élus de Seine-St-Denis !.
Mais le rugby, il n’aime pas ! ; d’abord, parce que c’est un sport élitaire pratiqué par des gens de droite (même MACRON aurait été pratiquant !), et surtout, parce qu’il n’y connait rien. Pour preuve, le RC TOULON vient de remporter consécutivement trois coupes d’Europe et ajouter un bouclier de brennus à son palmarès. Exploit extraordinaire pour qui connaît ce sport ! Mais même pas un message de félicitation présidentiel qui n’en est pas avare pourtant pour toutes les roulures de la société, et encore moins d’invitation dans le Palais National ; et pourtant, le propriétaire du club est d’origine arabe et a réussi une magnifique intégration dans la société française. Du fait de ses origines, il tient même des propos d’homme de gauche et passe régulièrement au Grand Journal de Canal Plus. Mais voilà, la gauche préfère Max Guazzini, parce qu’il est socialiste, pédéraste, produit des CD de musique religieuse, édite la calendrier des DIEUX du STADE sur lequel il a invité le CLOWN à poser, et est très proche de Bertrande et d’Anne (qui ne voulait pas lancer la candidature de PARIS aux JO de 2024, puisque elle avait déjà remporté l’organisation des JO Gays de 2018).
Dans le même temps, BOZZO reçoit tel un prix Nobel de Littérature ou d’Economie un intellectuel aussi prestigieux que Joey STAR, du fameux groupe NIQUE TA MERE, ami de Julie Gayet, qui se vante désormais dans la Presse de gauche de s’être torché à la table présidentielle avec du rhum des îles servi délicatement à son intention du fait de ses origines !

Non, il n’aime pas le rugby 
; le seul geste positif qu’il ait accompli pour ce sport, c’est lors d’un voyage en Auvergne à l’automne dernier, lorsqu’il avait serré la main, dans l’enceinte de l’entreprise Michelin, propriétaire du club de Clermont-Auvergne, du bonhomme Bibendum, presque aussi bouffi d’orgueil, de suffisance et de mépris que le clown national ! Je dis « presque », puisque l’égaler est humainement impossible, si ce n’est à se nommer Christiane Taubira défilant sur le tapis rouge du festival de Cannes sous les sifflets !
Mais l’AS CLERMONT-AUVERGNE fut définitivement condamnée ce jour-là ; comme je l’avais prédit ici-même, les résultats furent catastrophiques pour le club auvergnat qui n’avait pourtant rien demandé. Bon, mais la politique restant la politique et les élections approchant, le rugby demeurant malgré tout populaire en termes d’audiences TV, à la demande du génie maître ès communication qu’il a engagé, Gaspard Gantzer, aux frais du contribuable pour doper sa popularité, il a du rendre, le nez bouché et la lippe boudeuse, visite à ces brutes épaisses, ces beaufs imbéciles et grossiers que sont les joueurs de l’équipe de France disputant la coupe du
monde en Angleterre. Pour une photographie purement électoraliste, il n’a pas hésité à corrompre et ruiner la réputation d’un joueur aussi exemplaire, droit et honnête que le capitaine de l’équipe, Thierry Dussautoir, et à jeter sur lui le discrédit et le manteau d’Infamie pour l’aider à porter le fardeau de la vindicte populaire qui accompagne chacun de ses actes.
Cette rencontre est pour les « Bleus » synonyme de possession diabolique, symbole de sang, de peine, de larmes et de sueur aurait dit Churchill, anéantissant tout espoir de remporter un titre pourtant tant convoité ! Mais au moins on saura sur qui faire porter l’écrasante responsabilité d’une défaite française dans cette épreuve .
Quelques passionnés s’étaient  reroupés pour solliciter le secours du Pape François, afin de procéder aux opérations d’exorcisme sur les malheureux joueurs ; mais depuis le mariage « gay », l’IVG universelle totalement gratuite considérée comme moyen de contraception, les déclenchements multiples et inconsidérés de guerres pour un seul bénéfice électoral, les outrages et humiliations infligés à la gent féminine à travers le traitement indigne de ses maîtresses et favorites, l’euthanasie légale pour se débarrasser es personnes âgées encombrantes promise à ses amis franc-maçons Baylet et au pédéraste sidaïque Jean-Luc Romero, la cravate de travers, la braguette ouverte, les pantalons non repassés sortant directement de la machine à laver avec des ourlets trop longs de 30 centimètres, son mépris des gens modestes et des affligés de notre société qualifiés de « sans dents » et de « sous chiens », les persécutions infligées par ses associations d’agit-prop comme Les Femens et les pédérastes d’Act-Up aux quelques catholiques survivant dans ce pays et le favoritisme onctueux, baveux – voire pornographique (tant CUKIERMAN, ATTALI, BHL, HAZIZA, COHEN, le faux imam CHALGOUMI désigné par le parti socialiste et Dalil BOUBAKEUR, représentant du roi du Maroc, sont épuisés voire rincés à l’issue des séances hebdomadaires de repentance organisées à leur intention par l’exécutif) – manifesté envers les représentants des religions musulmanes et juives, des communautarismes Lesbiens Gays Bisexuels Transsexuels, les pédophiles regroupés autour de son ami Pierre Bergé, les zoophiles et les nécrophiles, il semble que les relations avec le Vatican se soient tendues, et que le souverain-pontife refuse désormais, même avec une longue cuillère, de rencontrer le Diable BOZZO, Mais nous savons bien que pour BOZZO, l’intérêt du pays n’existe pas puisque son seul souci est sa réélection en 2017 ; car en 2017, c’est promis – juré,  le changement, ce sera maintenant !

 


Roman du morpion parasite, roi « m’as-tu-vu » de l’incruste et de la récupération !

parasite

Une politique ambitieuse pour être reélu : parasitisme et accaparation des célébrations mémorielles nationales, contrôle total de la presse et de la justice, assurer l’autopromotion de son inaction par l’autosatisfaction permanente sur les médias

A la fin des années 1960, au début des années 1970, bien avant qu’Hollande, Valls, Taubira, Vallaud-Belkacem et consorts ne viennent détruire le creuset national, vivante matrice où s’est élaboré le socle intellectuel, moral et historique de notre civilisation, la fierté commune et l’affect collectif d’appartenir à un grand état-nation, tel que Dominique de Villepin l’avait en toute modestie défini lors de son discours devant l’assemblée générale des nations unies le 14 février 2003 :

« Et c’est un vieux pays, la France, d’un vieux continent comme le mien, l’Europe, qui vous le dit aujourd’hui, qui a connu les guerres, l’occupation, la barbarie. Un pays qui n’oublie pas et qui sait tout ce qu’il doit aux combattants de la liberté venus d’Amérique et d’ailleurs. Et qui pourtant n’a cessé de se tenir debout face à l’Histoire et devant les hommes »,

le programme d’histoire de Terminale embrassait la première moitié du XXe siècle, jusqu’à la fin de la seconde guerre mondiale, et était largement consacré aux deux conflits mondiaux qui ont ensanglanté ce siècle terrible d’où est issu le monde contemporain ; le pré-requis à l’étude de la première guerre mondiale était la lecture de deux ouvrages incontournables : « LES CROIX DE BOIS », de Roland Dorgelès, pour les soldats français et « A L’OUEST, RIEN DE NOUVEAU » d’Erich Maria Remarque pour les combattants allemands, si proches l’un de l’autre dans leur commune humanité, dans la description des souffrances endurées des deux côtés, leurs horreurs, le rejet et le dégoût de la guerre ! A ces lectures obligatoires, on pouvait ajouter le « CEUX DE 14 » de Maurice Genevois, « LE FEU » d’Henri Barbusse, rédigés par des écrivains combattants en première ligne où l’on retrouve des récits similaires et terribles. Autant de témoignages dont seront désormais privés nos petits-enfants, puisque astreints à l’enseignement de l’histoire de l’ISLAM ainsi qu’à l’étude des versets du Coran, ainsi qu’aux méfaits des colons français dans les territoires d’outre-mer et la dénonciation de l’esclavagisme européen – notamment en Guyane -, puisqu’il ne faut surtout pas évoquer l’esclavagisme musulman sur les populations africaines, toujours florissant aujourd’hui mais censuré par Mme TAUBIRA.
Donc « Moi Je, déterminé, combatif » et désormais, depuis le 14 juillet, « audacieux ! », dans le statut du « Commemorator » dans lequel il s’est incrusté pour tirer parti à son profit exclusif des célébrations mémorielles nationales, a cru devoir reprendre les si profondes paroles de DORGELES pour les massacrer à la fin par une notation personnelle :

« Parce qu’il n’y a rien de plus terrible pour un soldat déjà anonyme que de mourir inconnu »

tellement grotesque qu’il faut le voir et l’entendre pour y croire !