La vengeance du serpent déplumé

« Si cela va sans dire, cela ira encore mieux en le
disant »

Charles-Maurice de TALLEYRAND

J’apprends incidemment la parution, à partir du 10 septembre 2019, d’un ouvrage hagiographique consacré au Maire de PARIS, Anne HIDALGO, sous le titre évocateur :

SAINTE ANNE,
son vrai bilan

écrit par deux journalistes connus pour leurs sympathies de gauche (mais, à part ZEMMOUR, quels sont ceux qui n’appartiennent pas à la « caste des vaches sacrées » ?).

Cet ouvrage semble impitoyable pour son héroïne, Anne HIDALGO (Ana María Hidalgo Aleu le 19 juin 1959 à San Fernando – province de Cadix en ANDALOUSIE – émigrée en FRANCE avec ses honorables parents en 1961 . A l’âge de 14 ans, elle a obtenu avec toute sa famille la nationalité française, mais a demandé en 2003 à reprendre la nationalité espagnole. La France ne retirant jamais leur nationalité à ses citoyens, elle est donc par la force des choses dotée de la double nationalité. Sa carrière politique est surprenante : Inspecteur du Travail, elle est amenée à contrôler l’organisation du travail au sein du « Parti Socialiste » à son siège prestigieux du 10, rue de Solférino à PARIS où elle rencontre pour raisons professionnelles le Premier Secrétaire, un homme exceptionnel à la plastique parfaite de pâtre grec et au charme dégoulinant et gouleyant de flan suisse ! Au terme du contrôle, la belle Andalouse est transfigurée : elle est désormais socialiste et selon la rumeur publique maîtresse du Premier Secrétaire dont elle aurait eu une fille. Même si elle dément mollement , mais Julie GAYET ne le fera-t-elle aussi, SEGOLENE l’agressera publiquement lors d’un repas pour cette raison )

Sa carrière au PS est lancée : elle est fulgurante. Sans que nul ne l’ait vu venir, elle se retrouve Première adjointe du Maire de Paris, et lui succède en 2014 lorsqu’il se retire pour des raisons personnelles. Son programme est simple : faire de PARIS la ville la plus « gay-friendly » du monde. Elle réussit parfaitement, puisque c’est le seul Maire à avoir célébré l’union homosexuelle de quasiment tous ses adjoints, du socialiste Bruno JULLIARD au communiste Ian BROSSAT en passant bien entendu par Jean-Luc ROMERO – député LR sidaïque « outé » par ACT’UP après avoir participé à une manifestation contre le PACS et devenu socialiste après cette déconvenue -, Christophe GIRARD et tant d’autres… Elle se bat également pour l’obtention par la ville des Jeux Olympiques Gays d’août 2018, et gagne facilement la partie avec l’aide financière de l’Etat et de la Région socialistes qui cofinancent, avec l’argent public, le communautarisme « gay », et surtout faute de candidature d’une autre ville sur la planète. Malgré l’échec sportif et la déroute populaire et financière (ce n’est pas grave, c’est l’Etat qui paie aurait dit Clown Bozo !). C’est quasiment le seul succès de son mandat. Avec, il faut le reconnaître, l’importation du phénomène FEMENS depuis l’UKRAINE, l’obtention du statut de réfugiée politique pour leur leader avec une rapidité déconcertante, la mise à disposition d’un local et une aide financière, notamment lorsqu’elles sont intervenues à NOTRE DAME DE PARIS pour dégrader les nouvelles cloches avant leur installation.

Elle a hérité d’un budget municipal en équilibre ; en deux ans, elle est parvenue à creuser un déficit abyssal, au point que ni l’augmentation de la fiscalité locale, ni celui des amendes au stationnement et à la circulation routière, ne parviennent à stabiliser ce gouffre béant ; au plan de l’hygiène publique, tout le monde sait désormais que les rats ont envahi la ville et abondent comme les « gays » dans tout le quartier du Marais ; qu’enfin, une politique extrémiste pour suivre le vent porteur écologiste lui a permis de créer une thrombose permanente de la circulation dans la capitale et d’en expulser les classes laborieuses modestes pour les remplacer par des immigrés en situation irrégulière puisqu’elle a même crée des centres d’accueil dans le XVIe arrondissement pour provoquer les habitants. Dans son excès de générosité avec l’argent public pour cette immigration illégale et afin d’honorer les associations caritatives qui collaborent avec les passeurs libyens pour exploiter ces malheureux qu’ils réduisent en esclavage et dépouillent de tous leurs maigres biens avant de s’en débarrasser et les rejeter à la mer où des associations bien-pensantes de gauche les prennent en charge pour les faire entrer illégalement en Europe, elle fait voter par le conseil municipal une motion pour décerner la plus haute distinction de la ville de Paris aux deux capitaines allemandes du « Sea Watch III », incarcérées en Italie pour incitation et participation à immigration clandestine ! Mais ces deux héroïnes « humanitaires » ont refusé dédaigneusement cette distinction, en répondant sèchement : « Il est temps de dénoncer les honneurs hypocrites ! »

Ce sont donc les deux meilleures amies d’Anne HIDALGO, ses sœurs en maçonnerie, Christine et Najat, qui après avoir expérimenté les petits bateaux télécommandés du Parc du Luxembourg et les avoir faits naviguer sur le plan d’eau, recevront cette distinction !

Tout est donc pour le mieux dans le meilleur des mondes !

Jusqu’à la parution de cet ouvrage assassin, dont la présentation officielle par l’éditeur, est sans nuances :

« Depuis six ans, ce qui a été une des plus belles villes du monde est tombée aux mains d’une bande d’illuminés qui en fait un terrain ‘expérimentations pour ses théories fumeuses.
Les journalistes Airy Routier et Nadia Le Brun ont poursuivi leur enquête depuis que Notre-Drame-de-Paris a fait trembler, il y a deux
ans, Anne Hidalgo, jusque là incontestée. Le résultat est sidérant : dépenses absurdes, saleté de la ville, désastre des Vélib, marchés publics condamnés par la justice, crise du logement, grands projets laissés à l’abandon… La maire n’a cessé d’accumuler bourdes et décisions arbitraires  !
Les Parisiens n’en peuvent plus des bouchons et des travaux sans fin. Les piétons souffrent de l’invasion sur les trottoirs des engins les plus  baroques, faisant de leur vie quotidienne un enfer.
Mais 417 personnes affectées à différents services de communication travaillent à transformer des échecs en succès que le monde entier nous envie, paraît-il !
Le pire reste à venir : à force de démagogie, renforcée par un mode de scrutin pervers et un clientélisme à peine caché, elle peut être réélue ! »

Alors pourquoi autant d’acharnement contre cette candidate qui coche toutes les cases de la perfection ontologique socialo-bobo-gay : socialiste, féministe, militante engagée et activiste pro-LGBT, pro-immigration illégale, pro-islamiste, pro-communautariste, franc-maçonne aux côtés de Christiane TAUBIRA et Najat VALAUD-BELKACEM, amie personnelle d’Edwy PLENEL (dont elle a salarié la fille sur le budget de la Mairie de Paris alors qu’elle travaillait et élevait ses deux enfants à BERLIN),  Ecologiste extrêmiste !

Depuis 2004, elle est l’épouse de Jean-Marc GERMAIN, un polytechnicien très lié à Martine AUBRY, qu’elle a connu lorsqu’ils travaillaient ensemble au Cabinet de la Ministre des « 35 heures » ; député socialiste du XIIe arrondissement de PARIS, GERMAIN est l’un des animateurs du Groupe des « Frondeurs » qui s’est opposé à BOZO-le-CLOWN lors de son mandat, avec l’appui de son épouse ! Et cela, BOZO ne saurait le pardonner à son ancienne maîtresse : aussi, a-t-il désigné son ancien chargé de communication à l’Elysée, Gaspard GANTZER (oui, le gendre de Jack !) pour affronter HIDALGO en tant que candidat socialiste à la Mairie de PARIS.

Le chapeau, signe extérieur de socialisme R2D2, le robot de BOZO
BOZO-le-CLOWN fait don de son robot R2D2 pour sauver la gauche social-démocrate.

 

Et conformément aux procédures dégradantes de destruction habituelles par manipulation et instrumentalisation des journalistes sympathisants, voici que paraît au moment le plus opportun un ouvrage de démolition d’une alliée perfide ! Parallèlement, les quelques rares fidèles qui restent au CLOWN mènent l’assaut pour reprendre le parti socialiste ; sous l’impulsion de Patrick KANNER, le rival d’AUBRY à la Mairie de LILLE, ils tentent de mettre la main sur l’appareil en propulsant l’ancien premier ministre et ministre de l’intérieur, Bernard CAZENEUVE (qui avait quitté la politique pour une activité d’avocat d’affaires juteuses !) comme l’homme providentiel qui va sauver le parti. CAZENEUVE, surnommé « NONO, le PETIT ROBOT« , tant il est dépourvu de charisme, atone, froid, raide voire métallique ; une neutralité parfaite qui lui a permis de ne se faire aucun ennemi malgré ses cinq années passés dans divers ministères !) ; CAZENEUVE, dont tout le monde le sait qu’il constitue la variable d’ajustement et le substitut du CLOWN auquel il cédera sa place (s’il l’obtient !) lorsque le moment sera venu pour 2022). Mais, attention : à ce jeu, certains se sont brûlé les doigts dans les années 1990 !

Mais au moins,  ANNE aura payé le prix de sa trahison !.