Emmanuel Macron tire un bilan sans concession des élections départementales

macron_lunettes_light

Par l’intermédiaire d’Emmanuel Macron, la Banque Rotschild tire un bilan sans concession du scrutin électoral départemental des 22 et 29 mars 2015

Emmanuel MACRON, jeune prodige de la finance internationale au sein de la Banque Rotshild, est sans aucun doute au sein du gouvernement le symbole le plus abouti de la prophétie du candidat HOLLANDE lorsqu’il interprétait au Bourget devant 25.000 personnes un texte rédigé par Aquilino MORELLE, (dont la petite histoire a déjà retenu la perfection du cirage de ses chaussures de luxe) :

« Mon véritable adversaire, il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera jamais élu et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance »

Paroles d’une étonnante modernité au vu de la situation de notre pays, puisque le Président de la République lui-même a nommé au Ministère de l’Economie ce représentant de la haute-finance internationale afin de mener une politique libérale ! »

La banque Rotshild a du savoir-vivre et sait récompenser ses meilleurs serviteurs : ainsi, Emmanuel Macron, Jeune Ministre de l’Economie issu des cadres les plus prometteurs du prestigieux établissement, a reçu un cadeau très original et plein de délicatesse,  avec cette paire de lunettes connectées Atol, dont les spots publicitaires étaient jusqu’à présent assurés par le chanteur-navigateur préhistorique Antoine ; devant ses collègues banquiers, il a ainsi commenté les résultats des élections départementales, pourtant nationalisées par le Matador d’Opérette qui siège à Matignon et avait tenu des propos de Cassandre quant aux résultats à venir, pour mieux conquérir le coeur des militants de gauche, lui qui est dénoncé comme politicien de droite par ces ouailles difficiles :

« Le vote départemental, je m’en contrefous et comme le Président de la République l’a annoncé préventivement, nous n’en tiendrons aucun compte ; le suffrage universel, je le méprise et je n’ai pour ma part jamais été candidat à quoi que ce soit. Moi, je défends les intérêts du libéralisme et de la Banque Rotshild, puisque je suis son représentant au gouvernement. Circulez, il n’y a rien à voir ! »

Et la réunion se termina par un agréable raout auquel étaient conviés, outre Pierre Bergé (LGBT) – Matthieu Pigasse (Banque Lazard) et Xavier Niel (Proxénétisme mondain), toute la force vive de la bien-pensance d’état autour de ses intermittents pique-assiettes du spectacle et de la clientèle habituelle des pseudos-journalistes accourus à la soupe par l’odeur alléchés.