La vengeance du serpent déplumé

« Si cela va sans dire, cela ira encore mieux en le
disant »

Charles-Maurice de TALLEYRAND

J’apprends incidemment la parution, à partir du 10 septembre 2019, d’un ouvrage hagiographique consacré au Maire de PARIS, Anne HIDALGO, sous le titre évocateur :

SAINTE ANNE,
son vrai bilan

écrit par deux journalistes connus pour leurs sympathies de gauche (mais, à part ZEMMOUR, quels sont ceux qui n’appartiennent pas à la « caste des vaches sacrées » ?).

Cet ouvrage semble impitoyable pour son héroïne, Anne HIDALGO (Ana María Hidalgo Aleu le 19 juin 1959 à San Fernando – province de Cadix en ANDALOUSIE – émigrée en FRANCE avec ses honorables parents en 1961 . A l’âge de 14 ans, elle a obtenu avec toute sa famille la nationalité française, mais a demandé en 2003 à reprendre la nationalité espagnole. La France ne retirant jamais leur nationalité à ses citoyens, elle est donc par la force des choses dotée de la double nationalité. Sa carrière politique est surprenante : Inspecteur du Travail, elle est amenée à contrôler l’organisation du travail au sein du « Parti Socialiste » à son siège prestigieux du 10, rue de Solférino à PARIS où elle rencontre pour raisons professionnelles le Premier Secrétaire, un homme exceptionnel à la plastique parfaite de pâtre grec et au charme dégoulinant et gouleyant de flan suisse ! Au terme du contrôle, la belle Andalouse est transfigurée : elle est désormais socialiste et selon la rumeur publique maîtresse du Premier Secrétaire dont elle aurait eu une fille. Même si elle dément mollement , mais Julie GAYET ne le fera-t-elle aussi, SEGOLENE l’agressera publiquement lors d’un repas pour cette raison )

Sa carrière au PS est lancée : elle est fulgurante. Sans que nul ne l’ait vu venir, elle se retrouve Première adjointe du Maire de Paris, et lui succède en 2014 lorsqu’il se retire pour des raisons personnelles. Son programme est simple : faire de PARIS la ville la plus « gay-friendly » du monde. Elle réussit parfaitement, puisque c’est le seul Maire à avoir célébré l’union homosexuelle de quasiment tous ses adjoints, du socialiste Bruno JULLIARD au communiste Ian BROSSAT en passant bien entendu par Jean-Luc ROMERO – député LR sidaïque « outé » par ACT’UP après avoir participé à une manifestation contre le PACS et devenu socialiste après cette déconvenue -, Christophe GIRARD et tant d’autres… Elle se bat également pour l’obtention par la ville des Jeux Olympiques Gays d’août 2018, et gagne facilement la partie avec l’aide financière de l’Etat et de la Région socialistes qui cofinancent, avec l’argent public, le communautarisme « gay », et surtout faute de candidature d’une autre ville sur la planète. Malgré l’échec sportif et la déroute populaire et financière (ce n’est pas grave, c’est l’Etat qui paie aurait dit Clown Bozo !). C’est quasiment le seul succès de son mandat. Avec, il faut le reconnaître, l’importation du phénomène FEMENS depuis l’UKRAINE, l’obtention du statut de réfugiée politique pour leur leader avec une rapidité déconcertante, la mise à disposition d’un local et une aide financière, notamment lorsqu’elles sont intervenues à NOTRE DAME DE PARIS pour dégrader les nouvelles cloches avant leur installation.

Elle a hérité d’un budget municipal en équilibre ; en deux ans, elle est parvenue à creuser un déficit abyssal, au point que ni l’augmentation de la fiscalité locale, ni celui des amendes au stationnement et à la circulation routière, ne parviennent à stabiliser ce gouffre béant ; au plan de l’hygiène publique, tout le monde sait désormais que les rats ont envahi la ville et abondent comme les « gays » dans tout le quartier du Marais ; qu’enfin, une politique extrémiste pour suivre le vent porteur écologiste lui a permis de créer une thrombose permanente de la circulation dans la capitale et d’en expulser les classes laborieuses modestes pour les remplacer par des immigrés en situation irrégulière puisqu’elle a même crée des centres d’accueil dans le XVIe arrondissement pour provoquer les habitants. Dans son excès de générosité avec l’argent public pour cette immigration illégale et afin d’honorer les associations caritatives qui collaborent avec les passeurs libyens pour exploiter ces malheureux qu’ils réduisent en esclavage et dépouillent de tous leurs maigres biens avant de s’en débarrasser et les rejeter à la mer où des associations bien-pensantes de gauche les prennent en charge pour les faire entrer illégalement en Europe, elle fait voter par le conseil municipal une motion pour décerner la plus haute distinction de la ville de Paris aux deux capitaines allemandes du « Sea Watch III », incarcérées en Italie pour incitation et participation à immigration clandestine ! Mais ces deux héroïnes « humanitaires » ont refusé dédaigneusement cette distinction, en répondant sèchement : « Il est temps de dénoncer les honneurs hypocrites ! »

Ce sont donc les deux meilleures amies d’Anne HIDALGO, ses sœurs en maçonnerie, Christine et Najat, qui après avoir expérimenté les petits bateaux télécommandés du Parc du Luxembourg et les avoir faits naviguer sur le plan d’eau, recevront cette distinction !

Tout est donc pour le mieux dans le meilleur des mondes !

Jusqu’à la parution de cet ouvrage assassin, dont la présentation officielle par l’éditeur, est sans nuances :

« Depuis six ans, ce qui a été une des plus belles villes du monde est tombée aux mains d’une bande d’illuminés qui en fait un terrain ‘expérimentations pour ses théories fumeuses.
Les journalistes Airy Routier et Nadia Le Brun ont poursuivi leur enquête depuis que Notre-Drame-de-Paris a fait trembler, il y a deux
ans, Anne Hidalgo, jusque là incontestée. Le résultat est sidérant : dépenses absurdes, saleté de la ville, désastre des Vélib, marchés publics condamnés par la justice, crise du logement, grands projets laissés à l’abandon… La maire n’a cessé d’accumuler bourdes et décisions arbitraires  !
Les Parisiens n’en peuvent plus des bouchons et des travaux sans fin. Les piétons souffrent de l’invasion sur les trottoirs des engins les plus  baroques, faisant de leur vie quotidienne un enfer.
Mais 417 personnes affectées à différents services de communication travaillent à transformer des échecs en succès que le monde entier nous envie, paraît-il !
Le pire reste à venir : à force de démagogie, renforcée par un mode de scrutin pervers et un clientélisme à peine caché, elle peut être réélue ! »

Alors pourquoi autant d’acharnement contre cette candidate qui coche toutes les cases de la perfection ontologique socialo-bobo-gay : socialiste, féministe, militante engagée et activiste pro-LGBT, pro-immigration illégale, pro-islamiste, pro-communautariste, franc-maçonne aux côtés de Christiane TAUBIRA et Najat VALAUD-BELKACEM, amie personnelle d’Edwy PLENEL (dont elle a salarié la fille sur le budget de la Mairie de Paris alors qu’elle travaillait et élevait ses deux enfants à BERLIN),  Ecologiste extrêmiste !

Depuis 2004, elle est l’épouse de Jean-Marc GERMAIN, un polytechnicien très lié à Martine AUBRY, qu’elle a connu lorsqu’ils travaillaient ensemble au Cabinet de la Ministre des « 35 heures » ; député socialiste du XIIe arrondissement de PARIS, GERMAIN est l’un des animateurs du Groupe des « Frondeurs » qui s’est opposé à BOZO-le-CLOWN lors de son mandat, avec l’appui de son épouse ! Et cela, BOZO ne saurait le pardonner à son ancienne maîtresse : aussi, a-t-il désigné son ancien chargé de communication à l’Elysée, Gaspard GANTZER (oui, le gendre de Jack !) pour affronter HIDALGO en tant que candidat socialiste à la Mairie de PARIS.

Le chapeau, signe extérieur de socialisme R2D2, le robot de BOZO
BOZO-le-CLOWN fait don de son robot R2D2 pour sauver la gauche social-démocrate.

 

Et conformément aux procédures dégradantes de destruction habituelles par manipulation et instrumentalisation des journalistes sympathisants, voici que paraît au moment le plus opportun un ouvrage de démolition d’une alliée perfide ! Parallèlement, les quelques rares fidèles qui restent au CLOWN mènent l’assaut pour reprendre le parti socialiste ; sous l’impulsion de Patrick KANNER, le rival d’AUBRY à la Mairie de LILLE, ils tentent de mettre la main sur l’appareil en propulsant l’ancien premier ministre et ministre de l’intérieur, Bernard CAZENEUVE (qui avait quitté la politique pour une activité d’avocat d’affaires juteuses !) comme l’homme providentiel qui va sauver le parti. CAZENEUVE, surnommé « NONO, le PETIT ROBOT« , tant il est dépourvu de charisme, atone, froid, raide voire métallique ; une neutralité parfaite qui lui a permis de ne se faire aucun ennemi malgré ses cinq années passés dans divers ministères !) ; CAZENEUVE, dont tout le monde le sait qu’il constitue la variable d’ajustement et le substitut du CLOWN auquel il cédera sa place (s’il l’obtient !) lorsque le moment sera venu pour 2022). Mais, attention : à ce jeu, certains se sont brûlé les doigts dans les années 1990 !

Mais au moins,  ANNE aura payé le prix de sa trahison !.

 

Continuez la lecture


Un été de porcelaine …

FESTIVAL INTERNATIONAL DES MENTEURS de MONCRABEAU

 Parmi les festivals sur lesquels il s’exhibe tous les étés pour faire parler de lui, il en est un qui est plus particulièrement cher à son cœur tant il lui est proche non seulement sur le plan géographique mais plus encore par la proximité spirituelle d’une discipline qui est sa règle de vie et la justification même de sa passion politique !

Je parle bien entendu de l’insurpassable FESTIVAL INTERNATIONAL DES MENTEURS de MONCRABEAU où, le premier samedi d’août, est élu  le ROI DES MENTEURS .

moncrabeauIl est proche géographiquement de BOZO car situé à vingt kilomètres du « Château de Casteils » que possèdent à BERRAC les parents de LA POMPADOUR, non loin de LECTOURE où ils ont déjà été élevés à la dignité de CHEVALIERS de l’ORDRE du MELON ! Désormais, tous les ans, début août, BOZO et sa compagne passent quelques jours à BERRAC pour ne pas manquer ce rendez-vous si cher à leur cœur.

Il plonge ses racines dans l’histoire, au rang des plus anciens du pays, car il se déroule sans discontinuer depuis 1748. On fêtait donc cette année son 271ème anniversaire ; qui peut l’égaler ?.

Sa création trouve sa source dans les rassemblements de bourgeois et manants sur le Place des Halles, à l’occasion des Foires et Marchés ; pour passer le temps, suivant la grande tradition gasconne, ils contaient des histoires. Certains, à court d’imagination, prirent l’habitude – pour rester dans la conversation – d’en inventer, et ainsi de fil en aiguille …
Le cadre est toujours le même ; les candidats doivent présenter un mémoire, en gason ou en français,  résumant leur menterie à l’Académie qui en sélectionne une dizaine ; le jour du concours, ils prennent place à tour de rôle sur le « fauteuil en pierre » des menteurs, et doivent prêter le serment d’usage, la main sur la « pierre de vérité », scellée dans le mur au-dessus du fauteuil. Le texte du serment est intangible et sacralisé : « Je jure de travestir la vérité, toute la vérité, rien que la vérité ! Je le jure »

Clown BOZO, roi des Menteurs, sur son trône de majesté

Il bénéficie dès lors d’un délai de cinq à six minutes maximum pour conter sa « menterie » devant les quarante membres de l’Académie des Menteurs, cooptés et parrainés selon des critères précis : « un académicien doit habiter ou être né à Moncrabeau ou dans les communes et départements limitrophes, être parrainé et avoir satisfait par sa menterie à l’obtention du brevet de menteur ». L’assembée est majoritairement féminine ; ils portent une tenue traditionnelle « pourpre et blanc », inspirée des habits du cardinal de Richelieu.
Ils vont désigner le vainqueur suivant un mode très démocratique : chaque académicien, muni d’une salière et d’une cuillère en bois, attribue de deux à dix cuillères de sel en fonction de sa perception de la menterie ; deux petits pages recueillent le sel auprès du jury à l’aide d’un sac de jute qui est remis aux « Ingénieurs des poids et mesures » pour la pesée. C’est la candidate ou le candidat qui récolte le plus de poids de sel qui est sacré Roi des Menteurs de l’année.
Chaque candidat reçoit, uniquement le jour du festival, un Brevet des Menteurs (BAC +10) qui lui permet de « travestir la vérité en tous temps et en tous lieux ! » ; mais ce privilège est accordé de droit aux représentants de certaines activités qui en font profession : les hommes politiques, les avocats, les chirurgiens dentistes, les météorologues et les journalistes sont attributaires de droit du Diplôme de Menteur à condition de venir le valider le premier dimanche d’août sur le fauteuil des menteurs. Une formalité !

Bien entendu, Clown BOZO n’a pas manqué de faire valoir son bon droit ; et ce, en août 2011 lorsqu’il a testé sur le « fauteuil des menteurs » la célèbre parabole rédigée par le Dr Aquilino MORELLE (son chargé de communication lors de la campagne pour les élections présidentielles 2012, mari de la chroniqueuse politique Elisabeth Martichoux, connu plus tard pour son éviction de l’Elysée suite au scandale dit du « cireur de pompe » puisqu’il faisait intervenir à l’Elysée même un « cireur de chaussures » professionnel extrêmement onéreux pour faire lustrer les chaussures présidentielles), qu’il reprendra le 22 février 2012 lors de son historique discours du Bourget, passé depuis dans la mémoire collective comme le plus bel exemple de « menterie » politique : 

 « Mon véritable adversaire, il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera jamais élu et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance »,

Précis, concis, chirurgical, récité avec émotion mais distanciation, sans la moindre hésitation dans la voix ni excès gestuel, ce « mensonge » magnifique fit des millions de dupes et de victimes et demeure à toujours dans l’histoire comme le plus parfait exemple de « menterie » jamais raconté sur le « fauteuil en pierre des Menteurs » de MONCRABEAU, où ils furent pourtant si nombreux et talentueux, tels l’histoire de ce foie gras de 35 kilos issu d’un croisement douteux entre un canard des Landes et une autruche rendu possible car le premier est l’une des seules espèces de palmipède à savoir se déplacer sur des échasses

Et rendons grâce à clown BOZO  d’avoir été, pour la seule et unique fois de sa carrière, fidèle au serment prêté sur la vieille « pierre de vérité » devant « l’Académie des Menteurs » de « travestir la vérité en tous temps et en tous lieux ! »


Toujours en vertu des grands principes !

« Lui aussi avait ses phrases types
Et m’assommait de ses grands principes
Puis agissait n’importe comment
En vertu des grands sentiments« 

— Guy BEART Les grands principes, 1965.

Les incantations lyriques d’estrade, ardentes et passionnées, la main sur le cœur, du sémillant FLANBY, sur les grands principes idéologiques socialistes, mises au défi de leur application durant un quinquennat, la main sur le portefeuille, évoquent irrésistiblement les paroles de la chanson LES GRANDS PRINCIPES de Guy BEART :

Comment ne pas en tirer le bilan aujourd’hui, à l’aune de l’expérience des années de gouvernement passées : ne reste plus que le bruit de l’inéluctable fracas de ces rodomontades prophétiques sur le mur impitoyable des réalités, le cadavre des belles arguties sémantiques et l’inanité de vaines croisades menées au prix de combats, de luttes intestines et de déchirements qui ne parvinrent qu’à affaiblir le pays par ces artificielles et inutiles divisions et fracturations de la société.

Videosurveillance

LA VIDEOSURVEILLANCE

Les gens d'un certain âge se souviennent certainement des cris d'orfraie poussés par les élus nationaux socialistes et de leur campagne médiatique, dans les années 1980, lorsque les banques sollicitèrent l'autorisation, pour des raisons de sécurité et vu les progrès technologiques réalisés en la matière, de placer sous vidéosurveillance les terminaux des distributeurs automatiques de billets ; non sans une farouche résistance de la bien-pensance politicienne, elles obtinrent gain de cause au prix de strictes limitations quant au lieu d'implantation et au caractère strictement privatif et resserré de la surface couverte.

Au nom des libertés individuelles et du strict respect de la vie privée, dont ils sont les uniques et scrupuleux défenseurs, nos élus de gauche jugeaient liberticide et attentatoire aux droits fondamentaux, qu'une portion même limitée de voie publique puisse entrer dans leur champ de vision !

Et de se gausser avec mépris et suffisance de l'inutilité des 4000 caméras déployées en Grande-Bretagne thatchérienne pour sécuriser la voie publique et participer à la lutte contre la délinquance. Pour les experts des "think tank" socialistes, greffons du "Grand Orient de France", ce dispositif était extrêmement coûteux et d'aucune utilité pour les buts recherchés : son efficacité en matière de lutte contre la délinquance était nulle, alors qu'il remettait en cause des principes de liberté individuelle ! Il est désormais acquis dans le "camp du bien" que "la liberté des uns ne s'arrête plus où commence celle des autres" puisque les grands principes dogmatiques du parti de Monsieur HOLLANDE annihilent d'autres libertés tout aussi fondamentales résultant de "la déclaration des droits de l'homme et du citoyen".

Puis, des résultats remarquables obtenus en Grande-Bretagne grâce à ce dispositif dans l'élucidation d'affaires retentissantes (notamment enlèvements et meurtres d'enfants et terrorisme) amenèrent notre Elite bien-pensante à faire évoluer son "diktat" et admettre sa relative utilité ! Pas sous le mandat du Premier Secrétaire François HOLLANDE, bien entendu, tellement attaché à notre principe de libertés individuelles (pensez donc : comment admettre qu'un simple agent de surveillance puisse l'apercevoir rejoindre une de ses maîtresses !), mais sous l'ère Martine AUBRY, pourtant elle-même en opposition frontale, puisqu'elle a toujours refusé la mise sous contrôle vidéo de la ville de Lille dont elle est le Maire ; par contre,  Emmanuel VALLS prit position réaliste et favorable à l'utilisation de la vidéosurveillance pour la ville d'Evry dont il était Premier-Magistrat ! Bien entendu, les attentats islamistes de 2015 et 2016, l'apport essentiel que cette technologie apporta aux enquêteurs, mirent un terme au débat et toutes les grandes villes administrées par ce parti sont désormais équipées !

Mais tout avait été écrit par les "pontifes de la pensée de gauche", ces "donneurs de leçons" incorrigibles, puisqu'ils affirmaient que le principe de liberté individuelle d'aller et venir (seuls délinquants et terroristes s'en inquiétaient, avec associations activistes !) était supérieur à la sécurité publique des citoyens et de leurs biens, rétrogradée dans la hiérarchie du parti d'Epinay.

Paroles d'experts socialistes !

Aujourd'hui, la technologie de vidéosurveillance, couplée à la reconnaissance faciale et à l'intelligence artificielle, atteint un niveau de sophistication extraordinaire en REPUBLIQUE POPULAIRE de CHINE, pays le plus avancé en la matière, qui lui valent le surnom flatteur d'Etat "Big Brother" ! Début 2019, 200 millions de caméras permettaient de surveiller en direct 1.4 milliard d'habitants, de les identifier instantanement grâce à un algorithme très puissant de reconnaissance faciale, de sanctionner ainsi la moindre incivilité  ou infraction sur la voie publique, et de tenir à jour un carnet de conduite de chaque citoyen dont la consultation est obligatoire pour l'obtention d'un emploi bien sûr, mais également dans tous les actes de la vie courante comme l'obtention d'un appartement ou d'un crédit bancaire, l'admission des enfants dans certaines écoles ou établissements supérieurs, sans évoquer bien entendu les "visas" indispensables pour voyager professionnellement ou pour raison personnelle à l'étranger.

Mais nous sommes là dans une République Populaire exemplaire, pays de la Révolution culturelle si chère au cœur de Monsieur PLENEL ; s'il est insupportable qu'une caméra vidéo surveillance les distributeurs automatiques de billet en FRANCE, il est tout à fait normal et démocratique que 200 millions de caméras surveillent et identifient les fais et gestes d'un milliard 4 de citoyens dans un pays communiste. Ainsi va la vie !

Concentration de la Presse

LA CONCENTRATION DE LA PRESSE

Autre paradigme historique incontournable de la doxa : la totale et fondamentale opposition à la concentration de titres de presse dans le portefeuille monopolistique de quelques financiers, dangereuse sur le plan des libertés de la presse et du pluralisme démocratique !

Alors que la presse se portait bien économiquement, le parti socialiste au pouvoir vota en 1984 une loi anti-concentrationnaire, dite "loi anti-hersant", visant à empêcher un ancien socialiste d'avant guerre, mué en ardent collaborationniste pendant, avant de se muer dans les années 1970 en patron de presse de droite libérale, de se constituer l'empire qu'il ambitionne et de le contraindre à éclater le groupe SOCPRESSE qu'il a crée. Bien que cette loi ait été amputée par la censure constitutionnelle et jamais promulguée du fait du retour de la droite aux affaires, elle n'en reste pas moins une fierté de la gauche de gouvernement.

Mais là aussi, ces grands principes idéologiques perdent toute valeur face aux intérêts électoraux de Clown  BOZZO et de son parti ; les mutations technologiques ont réduit drastiquement l'importance économique de la presse nationale écrite, dont la diffusion a chuté et les ventes se sont effondrées. Elle est devenue gouffre  financier d'où se retirent prudemment les capitaines d'industrie lassés de perdre de l'argent dans ce qu'ils considèrent après tout comme une "danseuse" ! La presse nationale ne peut plus assurer son équilibre financier, malgré une publicité envahissante, et de grands titres (de gauche en général puisque les plus nombreux) sont en faillite. Mais BOZZO et son parti ont besoin d'eux, au même titre qu'ils se doivent de contrôler l'information audiovisuelle, pour exercer leur pouvoir et manipuler l'opinion publique, contrôler - travestir voire fausser les informations dans un sens qui leur soit favorable, afin de pérenniser leur emprise à long terme de sur le pays mais surtout assurer leurs réélections.

Ce ne sont là que mise en oeuvre des grands principes trotskistes dont toute leur vie politique est nourrie !

L'acquisition de ces grands titres en déshérence n'entraîne pas de lourds investissements (puisque souvent réalisé pour un prix symbolique), mais leur survie ne pourra être assurée que si l’État leur assure un financement régulier et assuré : ce sera donc le Ministère de la Culture qui assurera l'ancien rôle du Ministère de l'Information et leur concédera un budget annuel versé par le Trésor Public. Ainsi, les bons élèves seront favorisés financièrement, alors que les fortes têtes prétendant à une ligne éditoriale indépendante, donc hostile,  seront sanctionnés : VALEURS ACTUELLES sera ainsi écarté de l'aide publique de fonctionnement pour opinion anti-gouvernementale en 2014.

C'est donc l'Etat socialiste qui finance avec les deniers publics la presse de ce pays, et en comptable avisé, tient à toucher les intérêts de son investissement !

Deux grands pôles financiers, dirigés par de nouveaux "tycoons" à l'enrichissement suspect et pour le moins trouble puisque lié à une kyrielle d'affaires judiciaires, constitueront le visage de la nouvelle Presse socialiste ; tous ces dirigeants ont en commun d'avoir besoin du gouvernement pour réaliser et favoriser leurs "affaires" les plus juteuses, pendant qu'eux feront régner l'ordre socialiste dans leurs rédactions et soutiendront sans état d'âme la politique de Clown BOZZO et sa réélection.

  • Le Groupe BNP (constitué autour de Pierre BERGE - "mariage pour tous", "procréation médicalement assistée" et "gestation pour autrui" - ; Matthieu PIGASSE  "Banque LAZARD, conseil du gouvernement" ; et Xavier NIEL - "Minitel Rose", puis Groupe "ILLIAD" avec téléphonie mobile "FREE" - auteur de l'immortelle formule sur sa conception du rôle de la presse : "Quand les journalistes m’emmerdent je prends une participation dans leur canard et après ils me foutent la paix !" s'associent donc au sein d'un groupe qui possède et dirige des titres iconiques incontournables de "gauche-bobo" aussi prestigieux que LE MONDE, LE MONDE DIPLOMATIQUE, l'OBS, LA VIE, COURRIER INTERNATIONAL, le HUFFINGTON POST, TELERAMA, les INROCKS  et une participation dans MEDIAPART ;
  • Le Groupe ALTICE de Patrick DRAHI (plus grande fortune d'Israël !), qui autour de son activité principale de SFR MOBILE, possède dans son groupe média "SFR presse" des journaux aussi connus que L'EXPRESS et LIBERATION ou, pour le multimédia, des chaînes d'information telles que BFM TV ou de sport autour de RMC SPORTS. Leur fidélité est garantie

Ainsi le PS, bien que moribond, a constitué un monopole de presse qui règne sans partage sur la Presse nationale , tel que Robert HERSANT n’aurait jamais osé l'imaginer ; le prix à payer est une éradication de la presse d’opinion libre et indépendante, une pensée dominante unique et totalement conventionnelle héritière du trotkisme post-soixante-huitard, une déconnection totale de ce « journalisme » avec les préoccupations des français et la création d’un « quatrième pouvoir »  lisse et asservi où toutes les têtes sont alignées autour de grandes thématiques de gauche qui constituent désormais les « tables de la loi » et ont remplacé «  l’opium du peuple » pour ces citoyens français tellement méprisés par la "nomenklatura" politico-médiatique, désormais entièrement imbriquée tant dans la vie privée que professionnelle.

Les thèmes aussi racoleurs que le féminisme, l’antiracisme, l'islamophobie, l’antisémistisme,  l’antifascisme, la lutte contre l’homophobie (lesbianisme – homosexualité – bisexualité – transsexualité – pédophilie), le « mariage pour tous avec la PMA et la GPA, une immigration bienveillante et incontrôlée, la dépénalisation de l'usage du cannabis, l’euthanasie (sous couvert de l’action militante du PS Jean-Luc ROMERO et de son Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité), la généralisation de l’IVG comme simple moyen de contraception au prix du déremboursement des médecines naturelles et de l’homéopathie) ne sauraient être contestés, pas même évoqués ou débattus contradictoirement  sous peine de sanction immédiate !. Aude LANCELIN par exemple, journaliste à l'OBS qui voulut faire entendre sa voix discordante aux volontés de sa nouvelle direction, le paya de sa place ! Il est infiniment plus gratifiant d'assurer la promotion, à l'occasion  de ses incessantes et touffues productions littéraires, d'un membre éminent de la "secte" comme Yann MOIX, de se rouler avec lui dans la fange de son addiction sexuelle pour les très jeunes asiatiques, son dégoût pour les quinquagénaires, sa haine maladive pour ses parents et sa fratrie ; ou mieux encore, promouvoir la pédophilie avec Frédéric MITTERRAND ou Daniel COHN-BENDIT !  Aucun risque alors d'être critiqué et exécuté par la caste politico-médiatique solidaire et unie ; Guy BEART, encore lui, n'avait-il pas chanté dans sa chanson LA VERITE en 1968 :

Le premier qui dit se trouve toujours sacrifié
D'abord on le tue Puis on s'habitue 
On lui coupe la langue on le dit fou à lier
Après sans problèmes Parle le deuxième
Le premier qui dit la vérité
Il doit être exécuté.

Quelle ignominie que de n'être pas marxiste après 68 ; sous les années MITTERRAND, il fut banni et chassé du "trio des trois B" (brel - brassens - béart) qui incarnait si bien la chanson de qualité ! Mais être l'ami de Georges POMPIDOU, ne pas être marxiste quand même, quelle indignité  !!! Et GAINSBOURG incarnait, à son insu, beaucoup mieux les valeurs de la "gauche bobo". Une pensée émue pour ZEMMOUR, OBERTONE, des philosophes pourtant intrinsèquement de gauche comme Alain FINKIELKRAUT ou Michel ONFRAY, ou bien un écrivain tel que Michel HOUELLEBECQ, censurés puis sacrifiés sur le bûcher de la "fachosphère" pour crimes d'indépendance d'esprit et ostracisés de nos médias bien-pensants.

Pour l'audiovisuel, la tâche était beaucoup plus simple, puisque le service public  (France 2, France 3, France 5, France 4, France Ô, Franceinfo, Outre-Mer 1ère, Arte, TV5 Monde et France 24 pour la Télévision ; les stations de Radio France pour la radio : France Info, France Inter, France Bleu, France Culture, France Musique, Mouv', FIP, RFI et en sus l'INA (Institut national de l'audiovisuel) sont financées à 80% par le budget d'état au travers l'énorme et insupportable REDEVANCE  AUDIOVISUELLE (139€ en 2019) à laquelle sont astreints "nolans volens" tous les contribuables français. Malgré l'énormité des moyens financiers mis à sa disposition (au détriment de la santé, l'éducation, l'armée, la police ou la justice !), elle ne brille guère par l'originalité et la qualité des programmes produits et diffusés mais a constitué d'incroyables viviers où tout journaliste professionnel, dans la mesure où il est bien-pensant, de gauche et mieux encore homosexuel, peut trouver une rente à vie jusqu'à se retraite ! Et le rôle de ces rédactions pléthoriques, tellement onéreuses pour le budget public ne cesse de croître, puisque des chaînes comme FR5, initialement dédiées à "l'éducation et le partage des savoirs et des connaissances" sont insensiblement devenues des chaînes de propagande gouvernementale et de rééducation politique où règnent en maître les "amis" de FLANBY comme Ali BADOU (ex-compagnon de la fille de François MITTERRAND et père de ses petits enfants, écarté de CANAL PLUS à la suite de mésaventures judiciaires), ou Karim RISSOULI (auteur du livre à succès "Conversations privées avec le Président"), ou Patrick COHEN bien entendu. Le contrôle est d'autant plus facile que les responsables des groupes audiovisuels publics sont nommés par une entité prétendument autonome, dont le Président relève du choix du Président de la République par lequel il doit être adoubé pour obtenir ce poste prestigieux, et qui en conséquence doit s'engager à le servir au mieux de ses intérêts. Clown BOZZO avait choisi l'ex-directeur de cabinet du Premier Ministre Lionel JOSPIN, le haut-fonctionnaire Olivier SCHRAMECK, qui le servit au mieux de ses intérêts et participa ainsi à la décrédibilisation du service public audiovisuel et à la totale mise sous tutelle de l'information. Est-il réaliste de se demander combien de temps un système aussi "bisounours" et bloqué, interdit à tout  nouveau talent qui ne rentre pas dans le moule obligatoire,  pourra perdurer sans risque d'implosion interne ? Le successeur de FLANBY n'a-t-il pas lui même constaté devant les Députés : "L'AUDIOVISUEL PUBLIC EST UNE HONTE POUR LA REPUBLIQUE" ! Constat de bon sens dans une démocratie où de telles concentrations à finalité politicienne pour fausser le jeu électoral en trompant et manipulant les citoyens ne devrait pas être possible ; mais hommage indirect à son prédécesseur qui, la aussi et à l'encontre des intérêts du pays, a dégradé et corrompu une des structures démocratiques essentielles d'un état de droit !

Dès 1968, le ver est dans le fruit ! Le Syndicat de la Magistrature vient d'être crée ; c'est le premier syndicat professionnel de magistrats. Il est constitué de militants radicaux progressistes se décrivant comme "des prolétaires de la justice", des "juges rouges" qui, hostiles au secret de l'instruction, interviennent et communiquent dans la presse d'extrême-gauche comme "Rouge" du jeune PLENEL (déjà !), "Révolution", où la revue maoïste "La Cause du Peuple".
Ils s'opposent farouchement au principe d'impartialité du juge et militent pour la partialité révolutionnaire qu'Oscar BAUDOT, Substitut à MARSEILLE, immortalisera dans sa fameuse HARANGUE en 1974 :

"Soyez partiaux", tonnait-il. "Pour maintenir la balance entre le fort et le faible, le riche et le pauvre, qui ne pèsent pas d'un même poids, il faut que vous la fassiez un peu pencher d'un côté. (…) Ayez un préjugé favorable pour la femme contre le mari, pour l'enfant contre le père, pour le débiteur contre le créancier, pour l'ouvrier contre le patron, pour l'écrasé contre la compagnie d'assurances de l'écraseur, pour le malade contre la sécurité sociale, pour le voleur contre la police, pour le plaideur contre la justice.»

Une affaire retentissante donne dès 1972 valeur exemplaire à ces principes révolutionnaires : A BRUAY-en-ARTOIS, le Juge Henri PASCAL, membre éminent du nouveau syndicat, que la Presse progressiste admirative surnomme "le petit juge rouge" et dont la "CAUSE du PEUPLE" est le porte-voix, inculpe et place en détention provisoire, au seul motif de sa profession de Notaire et de son statut de notable, Maître Pierre LEROY pour l'assassinat d'une jeune fille de famille modeste, âgée de 15 ans 1/2, dont le corps a été retrouvé dans un terrain vague par des enfants jouant au football. La presse progressiste, au premier rang de laquelle Serge JULY (« J’étais là en tant qu’agitateur, pas là comme journaliste. C’est une ambiguïté qui me poursuit depuis des années. » explique-t-il désormais), futur cofondateur et rédacteur en chef du journal LIBERATION, qui intervient alors pour LA CAUSE DU PEUPLE, s'installe sur place pour couvrir cette tragédie et entretenir la haine ordinaire en manipulant les parents de la pauvre victime.
Dans leur rage (le philosophe André GLUKSMAN notamment !), ils n'hésitent pas à écrire : « Un notable qui mange un steak d’une livre quand les ouvriers meurent de faim ne peut être qu’un assassin d’enfant. »  et réclament sa tête sur l'échafaud (oui, plus tard, ces amis très proches de BADINTER militeront pour l'abolition de la peine de mort)  ! 
Résultat : la vie et la carrière du Notable sont brisées ; le Juge PASCAL doit être dessaisi du dossier par la Cour d'Appel d'Amiens tant son instruction est inique et guidée par des préjugés d'ordre politique !. L'assassinat d'une enfant de quinze ans ne sera donc jamais élucidé bien qu'un de ses compagnons de jeu ait reconnu de manière très circonstanciée les faits et que les lunettes de la victime aient été retrouvées à son domicile. Il ne pouvait payer à la place d'un "bourgeois" désigné par la Presse de gauche comme le seul auteur décent de l'assassinat d'une enfant pauvre.
Serge JULY pérore désormais, malgré son grand âge, sur toutes les chaînes d'information, où il sermonne et donne ses cours de morale maoïste et d'éthique journalistique ; son successeur PLENEL a repris sa croisade d'agitateur professionnel et d'accusateur public ; leurs comparses révolutionnaires - complices et alliés en déstabilisation de la société bourgeoise et exécuteurs des représentants de la droite conservatrice -, regroupés au sein du Syndicat de la Magistrature, ont gagné les Sceaux que leur a offert Christiane TAUBIRA qui a infiltré ses membres les plus radicaux aux postes clés du Ministère et des Juridictions.
Dès 1968, Guy BEART avait bien compris les dérives du duo infernal formé par la Presse et la Justice qui serviront si bien la cause du socialisme à la sauce "hollandaise" :

1968 : Guy Béart, "Rotatives",
album "La Vérité"

 

Bibliographie :

DORMANN Benjamin . "Ils ont acheté la presse : pour comprendre enfin pourquoi elle se tait, étouffe ou encense"Ed Jean Picollec. 2012. 420 pages. ISBN 978-2-86477-271.2

Constatons seulement que le combat contre la concentration monopolistique de toute la presse nationale et de l’audiovisuel public a parfaitement atteint ses objectifs puisque ces médias reposent désormais entre les mains d’une caste de privilégiés issus des milieux représentatifs de la frange très minoritaire de la « socialie-bobo-gay », qui  fait peser sur le pays la « chape de plomb » étouffante  de la  pensée unique, la domination sans partage du « camp du bien ».

Pour la nouvelle génération de journalistes,  formatés à cette idéologie, impossible de trouver un quelconque avenir s’ils ne s’inscrivent dans la lignée des grands journalistes iconiques de gauche et d’ultra-gauche tels Edwy PLENEL, Laurent JOFFRIN, Jean-Michel APATHIE, Nicolas DOMENACH, ces défenseurs inlassables des valeurs de gauche et de l’islamo-gauchisme qui est son compagnon de route.

Exercer le métier de journaliste, c’est :

  • se définir comme progressiste et tolérant (du moins, en paroles !)
  • s’exprimer et écrire selon les principes de la « novlangue » socialiste, en employant « l’écriture inclusive »
  • être  le « Cerbère » implacable de la pensée unique , le héraut de l’antiracisme, l’antisémitisme, l’antifascisme,  du féminisme triomphant, de la cause LGBT, de la dépénalisation de l’usage de cannabis, de l’IVG comme contraception naturelle, de  l’euthanasie aux côtés de Jean-Luc ROMERO et de son association « Mourir dans la Dignité », 
  • au nom du l’intangible et imprescriptible principe sacré suivant lequel « l’immigration est une chance pour la France » , de ses déclinaisons dans le « vivre ensemble », le « bleu, blanc, beur » , et surtout le « pas d’amalgame », ne jamais fournir le moindre élément d’identification – ne serait-ce qu’un prénom – d’un délinquant qui révélerait une origine non autochtone. Lorsque ce même auteur est de nationalité française, le dénoncer à l’envi et en faire des tonnes, car il n’y a pas que des étrangers qui commettent des infractions dans ce pays. De toute manière, lorsque l’auteur n’est pas cité, tout le monde comprend  désormais … Quant un écrivain comme  Laurent OBERTONE tente de faire objectivement une étude sur le sujet, en précisant la proportion et la nationalité des étrangers impliqués dans les crimes et délits, ou bien le nombre d’étrangers écroués dans les prisons françaises, hurler avec les loups aux « fascisme » et  « racisme »,  exiger son exclusion et sa censure du paysage médiatique, voire l’interdiction de parution de ses livres et leur autodafé en place publique ! Car, comme l’avait relevé le grand journaliste, résistant et académicien français André Frossard : « en politique, le meilleur moyen de résoudre un problème est de nier l’énoncé ! »
  • claironner son admiration pour l’oeuvre de Najat VALLAUD-BELKACEM au Ministère de l’Education Nationale et sa propagation de la « Théorie des Genres » dès l’école primaire, l’enseignement de la langue arabe au même titre que l’anglais et le port autorisé du voile islamique par les mamans accompagnatrices lors des voyages scolaires ; 
  • encenser Christiane, notre Madone indépendantiste ultramarine , dresser son panégyrique tant pour son merveilleux bilan au Ministère de la Justice (en sus de l’immortel « Mariage pour Tous » à jamais gravé dans la mémoire collective, son action radicale pour vider les prisons françaises avec les peines de substitution et la non-exécution des peines d’emprisonnement prononcées par les tribunaux pénaux en-deçà d’un certain seuil, la création de juridictions d’exception comme le Parquet National Financier doté d’importants moyens financiers où siègent des magistrats nommés du seul fait de leur appartenance au Syndicat de la Magistrature  t leur hostilité affichée aux adversaires politiques du Parti Socialiste, de l’ineffable « Mur des Cons ») que pour une importante et très touffue oeuvre littéraire où elle n’hésite pas à falsifier et réécrire l’histoire (en matière de « traite des noirs » par exemple où elle exonère les musulmans de leurs écrasantes responsabilités pour ne pas plus encore culpabiliser les jeunes maghrébins de nos banlieues et en faire porter toute la responsabilité aux jeunes français, porteurs du péché originel de leur lieu de naissance ) ; 
  • louer le courage d’Anne HIDALGO , Maire de Paris, son militantisme et son activisme pour la cause LGBT ; mais aussi son génie pour justifier avec le sourire le creusement abyssal du déficit d’un budget que son prédécesseur lui avait légué en équilibre ; son action écologique exemplaire tant par la véritable guerre menée aux automobilistes qu’en faveur de la faune vernaculaire de rongeurs omnivores qui s’est multipliée sous son mandat  ; 
  • c’est pourfendre impitoyablement par principe,  sans même les écouter ou lire leurs oeuvres Eric ZEMMOUR, Laurent OBERTONE ; un journaliste comme Frédéric TADDEI qui défend une éthique intolérable du métier de journaliste : « Toutes les opinions autorisées par la loi sont défendues par la constitution. Tout ce qui n’est pas interdit est autorisé et ce n’est pas à moi, animateur de télévision, qui vais décider de ce qu’on a le droit de dire (…) Vous avez le droit de faire le tri, c’est votre responsabilité (…) Je m’interdis d’être le procureur ou le défenseur des uns et des autres (…)  ; des philosophes pourtant intrinsèquement ancrés sur des valeurs de gauche comme Alain FINKIELKRAUT (le progressisme : un thé dansant à bord du Titanic ; Nier les réalités qui dérangent est la nouvelle trahison des clercs !), Michel ONFRAY ou un écrivain comme Michel HOUELLEBECQ  (naguère tellement célébré : « Nous nous sommes tant aimés »!) et désormais insupportable pour délits d’opinion,  tous associés dans la vague notion de fachosphère, aux côtés d’Alain SORAL ou DIEUDONNE ; 
  • s’extasier des flamboyantes réussites audiovisuelles de producteurs et animateurs comme Yann BARTHES, Laurent RUQUIER, Marc-Olivier FOGIEL, car de gauche et activistes de la cause homosexuelle, du jeunisme d’esprit de Michel DRUCKER (77 ans, protégé du clown BOZZO), tout en soutenant la politique menée par la féministe Delphine ERNOTTE, (Présidente de « France Télévision » grâce à ses manoeuvres clientélistes auprès du Clown), de nettoyage des écuries d’Augias du service public de beaufs notoires tels que Patrick SEBASTIEN (malgré le succès de ses émissions auprès des téléspectateurs) ou bien en réclamant l’élimination de Cyril HANOUNA, trop vulgaire et populaire, du paysage médiatique français ; 
  • et pour terminer ses articles ou reportages sur une note d’humour, ne jamais manquer de déformer pour les rendre grotesques les interventions de Nadine MORANO, qui a le courage de ses opinions face à la meute, et plus encore martyriser Christine BOUTIN, parce qu’elle est de religion catholique et doit être puni pour avoir milité et manifesté – parmi plusieurs centaines de milliers de personnes – contre la MARIAGE POUR TOUS. 

Mais qu’il est pesant à la longue pour de jeunes talents, de travailler selon une éthique strictement balisée idéologiquement, qui s’impose impérieusement à tous ; où les grandes célébrations républicaines s’ordonnent autour des thèmes « commémoration – compassion – repentance » puisque nos ancêtres sont coupables de tous les crimes et que leurs descendants doivent en payer le prix fort en s’humiliant devant tous les communautarismes et activismes entrés par effraction dans ce pays et vivant à ses dépens sans la moindre vergogne en exigeant toujours plus.

Alors, nous avons appris au mois de février 2019 l’existence d’une LIGUE DU LOL,  regroupant au sein d’un groupe FACEBOOK, au nombre d’une trentaine parmi les plus brillants et prometteurs  journalistes, graphistes, informaticiens, communicants… du « Camp du Bien », connus pour être de grandes consciences des titres de presse branchée des Groupes BNP et DRAHI, au nombre desquels certains déjà très connus comme le créateur de la Ligue, Vincent GLAD (de LIBERATION) ou David DOUCET (Les Inrocks) auteurs d’un livre qui a fait l’objet d’une médiatisation et d’une campagne de promotion indécentes sur les chaînes de RADIO FRANCE et FRANCE TELEVISION : « La fachosphère : comment l’extrême droite remporte la bataille du net ».

Pascal PRAUD a résumé ainsi leur action dans l’introduction de son émission sur CNEWS :  » Ces journalistes de Libé, des Inrocks ou du HuffPost s’étaient érigés en procureurs sur Twitter et harcelaient ceux qui ne pensaient pas comme eux  » ;  il s’agissait d’actes lamentables et extrêmement lâches de cyberharcèlement systématique, pratiqué en meute, et visant principalement des femmes ou des hommes jugés par cette « fraternité » insuffisamment virils ! Et certains étaient des personnalités médiatiques de premier plan, comme Daphné BURKI, qui avoue trembler encore des menaces de mort reçues, même pendant sa grossesse !
Pour parler plus directement, le fait avéré est qu’ils dénoncent à longueur de leurs articles la « fachosphère », promeuvent le féminisme et les mouvements LGBT et que sous couvert d’anonymat ils harcèlent sur les réseaux sociaux leurs collègues féminines et les homosexuels qui encombrent les bureaux de leurs journaux financés par l’Etat.
Mais que diable, que d’histoire pour si peu de choses ! N’appartiennent-ils pas à l’hyper-classe branchée des beaux quartiers parisiens, ne sont-ils pas les combattants avancés du « camp du bien ». A ce titre, n’ont-ils pas tous les droits ? C’est le message que leur a fait pourtant passer Clown BOZZO durant son quinquennat en dotant cette profession d’avantages fiscaux dérogatoires au droit commun des simples gens qui pourtant les financent ; et à ce titre aristocratique, ils évoluent dans les limbes du pouvoir et sont donc irresponsables ! On attend toujours la réaction d’Edwy PLENEL : en deuil et affecté par le décès de NUON CHEA, idéologue des Khmers rouges, qui nous a quitté à l’âge de 93 ans alors qu’il purgeait sa peine d’emprisonnement à perpétuité pour crime comme l’humanité suite au génocide du quart de la population cambodgienne !

Mais la LIGUE DU LOL n’est pas le seul membre actif et influent du CAMP DU BIEN a avoir agité les médias ; à force de le clamer à l’envi sur tous les médias, nul ne saurait ignorer que la radio publique FRANCE INTER est la plus écoutée du pays et que sa matinale dans laquelle sévissent des chroniqueurs usant de billets comiques, connus sous le nom de PAR JUPITER, ciblés unilatéralement contre les adversaires supposés du CAMP DU BIEN, et notamment les femmes et hommes politiques de droite présentant le vice originel de ne pas partager leurs idéaux progressistes.
Ils sont connus et ultra-médiatisés ; Charline VANHOENACKER  leur leader par exemple, ainsi que son compatriote belge Alex VIZOREK. En tant que chroniqueuse en clôture d’émission, elle intervient par exemple pendant la dernière campagne présidentielle dans l’EMISSION POLITIQUE sur FR2, dirigée par Léa SALAMA (Mme GLUKSMAN), lors de la réception du candidat LR, François FILLON, en pleine tempête, qu’elle a mission d’exécuter d’une balle dans la tête après l’intervention surprise – à titre de contradicteur en charge de la « curée » – de la « Folle de Chaillot », Christine ANGOT !
Donc, une émission reconnue pour son manque d’objectivité et son activisme en faveur du « camp du bien » et des « donneurs de leçon ».
Or, il s’avère qu’à la mi-juin, voyageant dans un TGV à destination d’ANNECY, la fine équipe de PAR JUPITER, totalement avinée, sema la perturbation de manière bruyante, insupportable aux autres passagers qui s’en plaignirent, buvant du gros rouge à la bouteille et renversant une bouteille sur les sièges sans même prendre soin de nettoyer, hurlant en évoquant  sa vie sexuelle. Ainsi se comporte avec orgueil et suffisance, et un total mépris d’autrui la « crème » de la sphère médiatique socialiste, des célébrités de l’audiovisuel public – payés par le budget public – qui ne discernent aucune limite à leurs pouvoirs et privilèges Un lecteur réagit ainsi à l’article relatant les faits dans VALEURS ACTUELLES  :

Ce qui est choquant, ce n’est pas qu’ils se comportent, dans un train, comme des connards qui se sont torchés ! Non ! Le choquant, c’est que le lendemain, à l’antenne, ces mêmes abrutis donneront des leçons aux auditeurs du haut de leur savoir, de leur sagesse et de leur mépris pour les « petites gens » capables de se torcher, de fumer, de rouler diésel, d’habiter en-dehors de Paris intra-muros, et … etc …

Ainsi vont désormais, pour la plus grande satisfaction d’une secte politique de gauche, la PRESSE et les MEDIAS AUDIOVISUELS tels que les a légué le CLOWN BOZZO après cinq années passées à les modeler et cajoler ; car c’est avec leur soutien permanent que son retour de mai 2022 est programmé !


Le journalisme rapproché de combat !

Suivant la définition spirituelle et fleurie qu’en fournit le plus compromis d’entre tous, le socialo-trotskiste  Nicolas DOMENACH, pour justifier les prébendes attachées à sa qualité de domestique servile du Parti Socialiste, 

Ces « journalistes politiques » sont la quintessence de l’engagement médiatique au service d’une cause, d’un parti politique, d’une religion, d’une secte plus ou moins discrète, de lobbies généreux, de minorités sexuelles déviantes, et surtout de leur intérêt matériel personnel par détournement de l’information et manipulation de l’opinion publique bien-pensante,  sous couvert du plus incontestable des alibis : un statut de « journaliste », passeport pour toutes les dérives totalitaires.

Pouvoir tout dire, tout écrire, tout salir, tout déformer, tout diffamer, tout détruire, sans jamais craindre la moindre poursuite ni la moindre contradiction ou rétorsion, quelle réussite !.
Car, dans les faits, à l’instar des magistrats, irresponsables dans leurs procédures et décisions, ou plus encore des diplomates,  ils sont drapés dans la « toge » d’immunité, qui leur assure l’inviolabilité au motif de la préservation de  la très sainte liberté de la presse, toujours flanquée de sa complice,  l’incontournable et virginale « protection des sources » !
Ils illustrent parfaitement le discours prononcé par François MITTERRAND à l’occasion des obsèques de son ancien Premier Ministre, Pierre BEREGOVOY, moralement détruit et réduit au suicide à la suite de la campagne assassine menée contre lui déjà par Edwin PLENEL : 

« Toutes les explications du monde ne justifieront pas qu’on ait pu livrer aux chiens l’honneur d’un homme et finalement sa vie au prix d’un double manquement de ces accusateurs aux lois fondamentales de notre République. Celles qui protègent la dignité et la liberté de chacun d’entre nous »

Mais l’honneur d’un homme, ils en ignorent jusqu’à l’existence, eux qui n’en ont aucun !

Souvent compagnons d’enfance des « leaders » socialistes et comme eux militants trotskistes aguerris, conformément aux principes d’entrisme et de noyautage de l’appareil d’état définis par les lénino-trotskistes, ils accomplissent une mission essentielle de commissaires politiques dans la presse et les médias audiovisuels qu’ils doivent contrôler pour manipuler l’opinion et assurer la victoire et la perennité de l’idéologie dont ils constituent les troupes d’élite.

Edwy Vincent PLENEL, alias "Joseph KRASNY"

Venir de la droite […], c’est insupportable à Edwy Plenel. Avoir été gaulliste à 20 ans plutôt que maoïste, soutien du terrorisme palestinien et des Khmers rouges, c’est insupportable à Edwy Plenel.
— Nathalie Loiseau Tête de liste LREM Elections européennes, 2019.

Malgré son visage chafouin, son regard fuyant de fouine et de fourbe, sa moustache stalinienne, il est le plus charismatique et le plus adulé d'entre-eux.
L'engagement de son père aux côtés des indépendantistes (contre sa Patrie et au prix du sang versé de soldats du contingent qui lui valut son exclusion de l'Education Nationale par le Général de Gaulle), a marqué sa jeunesse et son militantisme révolutionnaire  ultérieur : son parcours initiatique trotskiste, sa formation universitaire délibérément choisie et assumée en Algérie où son père avait trouvé asile auprès du FLN, démontrent s'il en était besoin que son histoire personnelle et son éducation le préparaient au rôle d'agent de nuisance actif d'une puissance étrangère hostile à notre pays.
Il est l'archétype de cette génération de socialo-trotkystes qui a pleuré la disparition de MARX ; la plupart, membres dirigeants du Parti Socialiste, ont accédé au pouvoir (tels les Julien DRAY, Jean-Marie LE GUEN, Harlem DESIR, Jean-Christophe CAMBADELIS, Manuel VALLS, etc ...) mais, face aux difficultés de la tâche et à la confrontation avec le principe de réalité,  ont perdu tout la fois leurs idéaux et leurs illusions pour se recycler dans l'enrichissement personnel et quelquefois sombrer dans de lamentables affaires crapuleuses. 
Pas PLENEL, dont les convictions bien plus profondément ancrées plongent leurs racines dans la haine "primale" ressentie à la suite du traumatisme familial vécu comme injuste, qui s'est donné mission de recouvrer l'honneur perdu d'un Père adulé ! Mais la haine de PLENEL, la détestation de son pays sont d'une nature bien plus profonde et affirmée !

Pour justifier idéologiquement la guerre qu'il mène en soldat d'élite contre son pays, Il a simplement remplacé MARX par une autre idole, MAHOMET, et comme le définit le philosophe Pascal BRUCKNER (lire article dans ATLANTICO), s'est mué en "capo dei capi" de l'islamogauchisme, cette «l’islamosphère», mouvance qui, depuis mai 1968, saperait méthodiquement les fondements de la France et de l’Occident en imposant une inversion permanente des valeurs, une immigration sans limites et un changement de civilisation.
Ses sympathies pro-musulmanes et islamistes tellement affirmées qu'il en a rédigé des livres promus par les médias nationaux admiratifs, son soutien aveugle et inconditionnel au prédicateur Tarik RAMADAN, et aux FRERES MUSULMANS marquent, si nécessaire, ses sympathies intimes et son obsession délirante à châtier et punir son pays ; dans son ouvrage publié le 21 mars 2018 aux Editions L'ARTILLEUR, sous le titre "La stratégie de l'intimidation : Du terrorisme jihadiste à l'islamiquement correct" , Alexandre DEL VALLE, Chercheur - Docteur en Histoire et Essayiste, en dissèque tous les rouages.

Intime et plume de BOZZO-le-CLOWN qu'il tutoie (au début des années 1980, il fut son informateur, dit "Gorge Profonde", dans l'affaire des "irlandais de Vincennes" qui lança sa carrière !), pour lequel il rédigea pour sa campagne électorale 2011 un livre d'entretien, il déshonore par sa pratique le journalisme, mais sa puissance médiatique est telle qu'il baissa d'autorité le taux de TVA que devait payer MEDIAPART, fit voter une loi pour que la décision de PLENEL prenne force de loi, tenta même d'imposer à ses députés - certains rétifs firent échouer son projet - une loi d'amnistie pour éviter à son acolyte la condamnation prononcée à son encontre pour avoir violé la loi commune au "vulgum pecus" à laquelle il n'est pas soumis. 

Enfin, constatons que si Mr PLENEL est un parangon de vertu, un censeur impitoyable pour l'intégrité et la pureté républicaines des comportements et conduites publiques et privées des responsables politiques opposés à sa ligne idéologique révolutionnaire, il n'a guère de temps à perdre pour s'intéresser à ceux qui le touchent de près ! Que sa fille Ève soit employée par sa grande amie Anne HIDALGO et payée sur le budget de la ville de Paris (bien plus que la salaire d'un assistant parlementaire),  avec le titre ronflant de responsable du service "Paris sans SIDA !" alors qu'elle vit et élève ses enfants à BERLIN, ne le dérange nullement puisqu'elle règle ses billets de train lorsqu'elle se déplace ; que Mme HIDALGO mette à sa disposition personnelle des locaux de la ville pour organiser ses campagnes idéologiques révolutionnaires et abrite ses locaux professionnels dans un "Hôtel d'Entreprises" de la ville, quoi de plus normal et naturel de la part d'une "amie" dont il soutient fermement la réélection bien qu'elle ait réussi à ruiner la ville en un seul mandat (comme le dénonce régulièrement la Chambre Régionale des Comptes : +40% d'imposition pour les parisiens, +400% pour le déficit municipal) et transformer en "Ville poubelle", paradis des rats, la prestigieuse "Ville lumière" ! De telles assertions ne peuvent venir que de la "fachosphère" ou de "beaufs misogynes, homophobes et racistes", comme le "roi des forains" par exemple ; ignorons-les avec mépris, car "charité bien ordonnée commence par soi-même !" ; alors, avec Edwy PLENEL, soutenons Mme HIDALGO, tellement utile au "camp du bien" !

Après tout, on peut soutenir les "FRERES MUSULMANS", admirer Tarik RAMADAN et reconnaître le dévouement de la Maire de Paris pour "la cause" ; l'expression "PARIS VAUT BIEN UNE MESSE" n'est pas récente que je sache ! ; pas de sectarisme étroit ou de fausse pudeur dans le "camp du bien".

Et que penser alors de ses relations avec l'ancien Président de la République ?

Comme le « clown blanc » sublime l’ « Auguste », comme Laurel s’étiole puis se dissout sans Hardy, comme le Dr Jekill ne peut exister en l'absence de Mr Hyde, PLENEL et FLANBY - par une réaction chimique déroutante - potentialisent leurs effets négatifs  destructeurs : PLENEL est le complice indispensable et l’associé de tous les « coups tordus » de BOZZO, son "partenaire privilégié", son mauvais génie aux « mains sales » et à l'âme noire perverse.

Politiquement lié au Syndicat trotskiste de la Magistrature, les dossiers d'instruction contre les hommes politiques de droite se retrouvent par on ne sait quel hasard dans sa boîte aux lettres, et il en publie librement les procès-verbaux dans ses revues, comme des extraits des écoutes judiciaires, au mépris des règles légales élémentaires s'appliquant dans notre pays Bien que MITTERRAND l'ait désigné comme "agent d'une puissance étrangère !",  que MACRON ne l'apprécie guère,

 

Jusqu'à quand le pays se déshonorera-t-il à accepter sans réagir les méfaits de cet internationaliste trotsko-islamiste (utiliser les méthodes trotskistes pour faire triompher l'islamisme !), entré en journalisme pour mieux détruire l'Etat et la Nation, cet "intouchable" tout-puissant, qui injurie la République, salit et piétine les principes juridiques et moraux de la démocratie française et souille nos valeurs, notre histoire, tout ce qui participe à la singularité de notre culture ?.
Un reportage édifiant décrit ce personnage :

Edwy Plenel, du trotskisme à l'antiracisme from OJIM France on Vimeo.

Laurent JOFFRIN
Jean-Michel APATHIE, le basque complaisant

Membre et permanent appointé du PARTI SOCIALISTE de 1982 à 1986, c'est là qu'il fit ses "classes" et reçut sa "formation" idéologique journalistique ; puis il participa à l'opération d'entrisme (suivant le modèle lénino-trotkiste) que mena victorieusement le parti socialiste pour conquérir et subvertir la presse et les médias  audiovisuels pour le compte d'un parti politique, à l'unique fin de manipuler l'opinion publique sous couvert de principes, dévoyés de leur pureté originelle,  que sont la "liberté de la presse", la "protection des sources", "l'antiracisme", "l'égalité des sexes", "les droits LGBT" !.

Il est célèbre pour son extrême volatilité et instabilité professionnelle (sa collaboration à une station de radio ou un média télévisuel n'excédant jamais un an !), ses choix étant simplement dictés par son intérêt personnel,  et surtout l'admiration extrême qu'il attache à sa personne et son exercice du métier de "journaliste" militant.

Il définit d'ailleurs ainsi sa neutralité éditoriale :

« J'ai été de gauche et je n'ai jamais été de droite »

Nul ne saurait le contester ! Et puisqu'il l'affirme en sus !

Constatons que ce censeur impitoyable de la déontologie professionnelle, est infiniment plus libéral et laxiste pour ses propres dérives et pratiques  professionnelles.

Impliqué par intérêt dans les somptueux dîners clientélistes offerts à ses amis et obligés par François SOUFFLET DE RUGY, lorsqu'il était Président de l'Assemblée Nationale, la réaction d'APATHIE a été remarquablement analysée et résumée par son confrère en expression médiatique, Gilles William GOLDNADEL !

APATHIE Jean-Michel, journaliste courtisan, spécialiste des fellations intellectuelles aux puissants. Invité des dîners de de Rugy gentils, se sentit obligé de  cracher dans la bisque de homard au menu quand la bise fut venue. Gilles William GOLDNADEL, Avocat, Essayiste, Militant associatif et politique, 2019.

Jean-Michel Aphatie, le gardien de castes from OJIM France on Vimeo.

Patrick COHEN

Mais ces débordements militants hystériques, cette volonté de dénoncer, condamner, exécuter tout contradicteur ; troubler, perturber, pourrir, salir la vie démocratique d’un pays, lassent ; Edwy PLENEL, (son nom de plume « Joseph » (par admiration pour STALINE) KRASNY (Rouge en russe par référence à la couleur révolutionnaire et au sang versé qu’il appelle de ses vœux depuis les années 1960), n’a cessé de se tromper et mentir durant toute sa carrière journalistique, des soutiens jamais démentis aux assassinats palestiniens de « Septembre Noir » aux JO de Munich, à la Révolution culturelle maoïste et ses 150 millions de victimes, au génocide du peuple khmer par ses amis, et bien sûr plus récemment sa compréhension et sa justification des assassinats djihadistes et son conflit avec la rédaction de CHARLIE HEBDO, son soutien pour Tarik RAMADAN et les FRERES MUSULMANS, au prix d’un conflit avec les « féministes » de gauche, etc … lassent et révoltent désormais de nombreuses personnes dans ce pays !

Mais c’est là son rôle préféré ! Souffler sur les brasiers pour attiser haines et conflits, mentir  voire réécrire l’histoire pour la mettre en adéquation avec une idéologie dévastatrice : tout est occasion pour faire parler de lui et accroître le nombre des abonnés à MEDIAPART ; et combien se complaît-il à jouer le martyr persécuté par les « pouvoirs » dominants,  parce qu’il est par nature détenteur de « toute vérité » et mène un combat héroïque pour défendre les « damnés de la terre » , ces minorités exploitées, qu’elles soient sexuelles, religieuses ou raciales,  !

Causeur

Lire dans CAUSEUR l'article accordé par Maître DUPOND-MORETTI à Elisabeth LEVY dans lequel il donne son opinion sur les méthodes "barbouzardes" délibérément et systématiquement utilisées par Edwy PLENEL et les Juges d'Instruction trotskistes politiquement affiliés pour saper les fondements démocratiques de notre pays, conformément aux plans établis par une puissance  totalitaire étrangère hostile dont ils sont les agents actifs.

Ces méthodes sont indignes, dégueulasses, staliniennes, toute la presse devrait être vent debout contre elles !.

Mais CAUSEUR, dont certains rédacteurs ont pourtant un passé de "gauche", a cette particularité, si rare à l'heure actuelle, de garantir l'indépendance de ses rédacteurs et de leur permettre de s'exprimer librement ! Parce qu'il est formellement interdit d'émettre des opinions divergentes de la doxa socialiste dominante, d'effaroucher les "bisounours" du "camp du bien", d'inviter les lecteurs à penser par eux-mêmes sans réciter les "mantras" des tables de la loi de MEDIAPART, ce journal est évidemment classé dans la FACHOSPHERE (notion si chère aux amis de Mr HOLLANDE puisqu'elle n'admet pas le débat et censure toute écho ou commentaire à son sujet dans la Presse et les médias audiovisuels bien en-cours, généreusement récompensés et  financés par l'impôt public au travers les aides versées par le Ministère de la Culture à la Presse !

Et pourtant, ce titre ne ménage pas sa peine et nous informe régulièrement des "croisades" de Monsieur PLENEL pour exalter le souvenir glorieux des terroristes palestiniens ayant assassiné les athlètes israéliens aux Jeux Olympiques de MUNICH, célébrer la supériorité des musulmans en France, glorifier la grandeur de la pensée et des actes de Tarik RAMADAN et des FRERES MUSULMANS, soutenir le port du burkini dans les piscines municipales et sur les plage publiques, s'enthousiasmer pour les célébrations des supporters algériens dans nos villes lors de la victoire de l'Algérie en Coupe d'Afrique des Nations (deux morts, de multiples dégradations et vols, les habituelles agressions des forces de l'ordre, jusqu'à la statue du Général-de-Gaulle abattue devant la Mairie d'Evreux !), et bien sûr soutenir  le juste combat des GILETS JAUNES les plus extrémistes puisqu'ils contestent l'état de droit et l'autorité publique !  Rien de très original en fait puisque MEDIAPART est l'organe de propagande quasi-officiel des FRERES MUSULMANS et de la fraction ultra des GILETS JAUNES, de tous ces mouvements de gauche qui n'ont d'autre finalité que d'affaiblir l'Etat et terroriser la population pour imposer par la force leur domination.

Valeurs Actuelles

valeurs actuelles Prendre le risque d'évoquer ce titre de presse, c'est invoquer Satan, dîner avec lui sans cuillère à long manche ! C'est violer le dernier des tabous, participer à une messe noire de célébration de la "fachosphère", ou, comme le Docteur Faust vendre son âme pour quelques lectures interdites ! Rien que prononcer son nom fait frémir, hérisser les poils, provoque des sueurs froides !

Malédiction absolue : ce journal est de DROITE et le revendique ! Dans cette société totalitaire, il doit donc disparaître ! BOZZO-le-CLOWN  a tenté de l'assassinier en demandant à sa Ministre de la Culture de lui couper les subventions gouvernementales sur le budget 2014, seul titre de presse à subir ce traitement en raison de son orientation politique. Mais la manoeuvre a échoué !

Alors, VALEURS ACTUELLES continue à nous enchanter : cette semaine, il traite de  La tyrannie Mediapart : Plenel, prophète insatisfait, titrant : Des scoops, des infos bidons, le fondateur de Mediapart pratique volontiers un journalisme hystérique. Portrait d'un soldat de l'information devenu le nouveau grand prêtre de la morale.

Ce titre est indiscutablement courageux de dénoncer le complotisme des tenants de l'islamo-gauchisme contre la Nation et traite régulièrement du sujet et de PLENEL ! Malgré les coups bas qu'il subit pour le faire taire, souhaitons lui de résister et de nous enchanter longtemps.

 

 

C à Vous

 C à VousMême dans une émission quotidienne aussi orientée "gauche bobo" que "C à vous" sur  FR5, Cantine où PLENEL a pour habitude de faire la promotion de MEDIAPART, prononcer ses plaidoiries enflammées pro-islamistes, vendre ses livres et sa salade anti-colonialiste, présenter ses contre-vérités unilatérales orientées versus pureté révolutionnaire de SAINT-JUST ou purge sociale façon FOUQUIER-TINVILLE, Patrick COHEN - pourtant peu suspect de sympathies droitières - s'est permis de lui faire remarquer que ses méthodes étaient anti-déontologiques et anti-journalistiques ! Il a bien entendu déclenché l'ire haineuse du trotskiste qui, comme à son habitude, a hurlé et insulté pour interdire toute expression de contradiction de ses thèses, tout dialogue intelligible ! Ainsi vont les grands défenseurs du journalisme politique totalitaire, les hérauts des procès staliniens de Moscou ou de Prague, qui visent à faire de la France une république populaire et musulmane et la purger de tous les éléments de sang impur hostiles à la vérité totalitaire telle qu'elle nous est révélée par les "Tables de la Loi" de MEDIAPART  !

Le Point

Dans les colonnes du Point, Franz-Olivier Giesbert ne cache pas sa rancœur à l’égard de Mediapart, à l’origine de "la grotesque vraie-fausse affaire de Rugy".

"Quand la machine à détruire est lancée, rien ne l’arrête. On appelle ça de l’'investigation'. Elle a écrabouillé sans pitié M. de Rugy alors que, selon les rapports effectués sur ces présumées exactions, il est [...] innocent. [...] RAS. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, il a pourtant été éliminé du paysage. Tels sont les effets de la 'justice' à la Mediapart, héritière de celle des Robespierre et Fouquier-Tinville : le prévenu n’a pas le droit de se défendre, il est emmené sur-le-champ à l’échafaud."

Et de dresser un parallèle avec la proposition de loi contre la cyberhaine de la députée macroniste Laetitia Avia, interdisant le blasphème "à l’encontre de l’islam exclusivement [...], une revendication traditionnelle des Frères musulmans." "A l’heure où les 'rires' affreux des hyènes couvrent de plus en plus souvent les appels à la raison, que sommes-nous en train de faire de notre démocratie ?", s’inquiète l’éditorialiste.

Faits et Documents

Lire l'étude exhaustive consacrée au mois de novembre 2014 par la revue FAITS ET DOCUMENTS à l'activiste trotskiste.


Schizophrénie et politique

Fin novembre, nous l’avions laissé parmi  les factieux,  les séditieux, les agitateurs en « gilets jaunes »  dont il prétendait être la tête pensante pour renverser le régime et la république et les remplacer par un état autocratique dont il serait le Guide, comme avait pu l’être son modèle Jean-Bedel BOKASSA Ier, Président de CENTRAFRIQUE de 1966 à 1976 et Empereur de cet état de 1976 à 1979.

Mais faute de diamants pour financer les opérations, comme d’habitude cet éternel bateleur de foire avait rapidement été débordé par des « sans dents » révolutionnaires aussi radicaux qu’Eric DROUET, Chauffeur-routier qui voulait s’emparer par la force des boules de pétanque du Palais de l’Elysée et appelait au soulèvement général du pays contre les élus désignés par voie démocratique, ou Maxime NICOLLE, dit « Fly Rider », intérimaire partisan des thèses complotistes désignant par exemple le gouvernement comme organisateur de l’attentat islamiste du marché de Noël de STRASBOURG qui fit cinq victimes parmi la population innocente !

Ces intervenants jeunes, promus et portés par les chaînes d’information continue dont ils occupaient en permanence les plateaux et saturaient les antennes, l’avaient rapidement dépassé dans le domaine de l’outrance et de la virulence révolutionnaire, terrain sur lequel il brûlait évidemment de les suivre mais où son statut d’ancien chef de l’état ne lui permettait pas de figurer honorablement.

Avec ses pensions cumulées de 37600 €/mois, les sommes astronomiques tirées de la vente du livre LES LECONS DU POUVOIR  écrit pour lui par son « nègre » Laurent JOFFRIN, et les avantages liés à son statut d’ancien président de la république (grand appartement meublé dans le centre historique de Paris, deux voitures de fonction, chauffeurs, secrétariat pléthorique, services de sécurité), aurait-il été crédible en exigeant l’indexation des pensions de retraite sur l’indice du coût de la vie et la baisse de la CSG sur les pensions de retraite ?

Alors, il revint aux fondamentaux qui avaient fait sa gloire et l’avaient porté à la tête de l’Etat, l’anti-sarkozysme primaire et animal qui était le seul programme qu’il eut jamais conçu et exécuté pour manipuler les « sans dents » et autres « punks à chiens » qui constituaient le socle de son électorat.

Entre deux repas mondains en ville avec des gens du spectacle, des intermittents et représentants la sphère médiatique – qu’il avait si richement dotés et gavés de prébendes pour qu’ils se rallient à son plumet élimé – organisés par sa favorite où tous deux raillaient la différence d’âge entre son successeur et sa légitime épouse, qualifiée avec mépris du surnom de « la Vieille », il faisait donc la Révolution en « escarpins glacés » (par Maître Cireur labellisé Aquilino Morelle) dans les salons parisiens du Marais.

  • Mais dans cette société aristocratique où le mensonge permanent est la forme suprême de l’habileté et de l’intelligence politique,
  • où l’on ridiculise et humilie sa maîtresse officielle aux yeux du monde entier en la répudiant par simple message à un agence de presse sans provoquer la moindre réaction des féministes ultras de son gouvernement,
  • où l’on traite de « sans dents » et « chiens galeux » sans collier les électeurs qui l’ont porté au pouvoir en faisant le contraire de ses engagements électoraux,
  • où l’on dilapide l’argent public pour le plus grand profit des protégés de sa nouvelle favorite dans le monde du spectacle ,
  • où l’on creuse sans compter le déficit public en accordant des avantages prohibitifs injustifiables à la cohorte innombrable des intermittents du spectacle et des « punks à chiens » et autres « black blocks » prétendument de gauche et activistes à son service,
  • où l’on finance avec l’argent public les riches propriétaires des titres de presse et des médias audiovisuels qui mettent à son service leurs titres en échange d’avantages juteux et compromissions accordés par le pouvoir pour leurs affaires personnelles, bien que contraires à toutes les règles commerciales,
  • où l’on accorde à la caste journalistique des niches fiscales attentatoires au principe d’égalité devant la loi pour s’assurer de leur soutien,
  • où une partie des commissions versées par l’avionneur DASSAULT à son intermédiaire indien lors de la vente de 36 avions de combat à ce pays se retrouve sur les comptes d’une société de production cinématographique de La Pompadour sans qu’aucun média français ne s’intéresse à une affaire dénoncée comme un scandale politique en INDE

comment s’étonner d’un tel comportement ?

Et parce que la schizophrénie est un trouble qui affecte jusqu’à l’élite franc-maçonne corrézienne, le CLOWN, dans son rôle préféré du bon Docteur JEKYLL – parangon paré de toutes les vertus républicaines – tint à nous rappeler au mois de mars 2017, en pleine débâcle pré-électorale qui marqua la fin de son règne calamiteux, combien il était intègre et différent de son prédécesseur, assoiffé d’argent sale qu’il accumulait par tout moyen, même les plus indignes :

« Les activités privées, je n’en avais pas avant, je n’en ai pas eu pendant [ma présidence] et je n’en aurai pas après »

Mais parce que la réalité est tenace, même en dépit des pires manipulations médiatiques, c’est  Mister HYDE qui triomphe toujours et reflète au mieux la réalité du personnage ; c’est sans surprise donc que nous apprenons par LA LETTRE DE L’EXPANSION, relayée par LE POINT, que ce triste sire a effectué un discret virage idéologique pour déposer les statuts d’une « sarl » dont il est le seul actionnaire, sous la dénomination sociale de « R.D.P.A pour Réflexions, Débats, Perspectives et Analyses », dont l’objet social est « participer à des colloques, des conférences, des séminaires ou des réunions internationales » , dont la plupart sont souvent très bien rémunérées par des mécènes de la finance bien entendu, qui sont ses « seuls adversaires » comme chacun l’a désormais compris !


Se servir plutôt que servir : une certaine idée des privilèges de la caste énarchique !

A la fois archétype et incarnation caricaturale de cette « caste de hauts fonctionnaires minée par l’entre-soi et les conflits d’intérêts », BOZZO a persisté sans décence ni remords à cotiser (entre sa sortie de l’ENA en 1980 et sa retraite le 15 mai 2017), avec le statut de « fonctionnaire détaché de la Cour des Comptes assurant les fonctions de Président de la République », à la caisse de retraite de cette Institution où il n’a servi effectivement que trois ans, pour empiler les pensions de Premier Secrétaire du PS, Député-Maire de Tulle, Président du Conseil Général de Corrèze, conseiller régional, député européen, ancien Président de la République (il a droit en sus à un logement meublé, une voiture avec deux chauffeurs, une protection policière assurée par deux agents ainsi qu’à la mise à disposition de sept collaborateurs chargés de l’épauler au quotidien), plus ses revenus de membre de droit du Conseil Constitutionnel, soit 35700 € de pensions mensuelles.
Ainsi que le relate l’hebdomadaire MARIANNE, ou VALEURS ACTUELLES, les membres de son gouvernement hauts-fonctionnaires avaient du démissionner ou se mettre en disponibilité de la haute administration, comme leur en faisait obligation la loi de moralisation votée après l’affaire CAHUZAC.
Mais pas lui évidemment, puisque ce donneur de leçon – méprisant et infatué de sa personne – flotte trop au-dessus des lois et des règles communes pour se les appliquer, à titre de membre d’une caste catégorielle privilégiée de technocrates de droit divin dont il dénonçait les abus en 1989 !.


La Madone et le Culbuto : la comédie continue …

Le 5 avril 2006, à l’aube du majestueux envol de ce couple mythique vers les limbes de la petite histoire, les journalistes Marie-Eve MALOUINE et Carl MEEUS, publiaient chez FAYARD le premier opus de l’histoire consacré à Ségolène ROYAL et son compagnon BOZZO-le-CLOWN, sous un  titre prophétique : LA MADONE ET LE CULBUTO ou l’inlassable ambition de Ségolène ROYAL et François HOLLANDE

Un an plus tard, Ségolène triomphait de son compagnon en devenant la candidate de « gauche » qui affrontait Nicolas SARKOZY au second tour de l’élection présidentielle ; bien que battue, son score était honorable et porteur d’espoir pour l’avenir ! On apprenait officiellement après l’élection que BOZZO-le-CLOWN, qui avait interprété le rôle de « première Dame » sans enthousiasme sur les estrades publiques, avait comploté en sous-main pour provoquer la perte de sa compagne, et que le couple, malgré ses quatre enfants, était séparé puisque le CLOWN était « bigame » désormais, vivant maritalement avec une journaliste de l’Hebdomadaire PARIS-MATCH, Valérie TRIERWEILER.

Après sa démission du poste de Premier Secrétaire du Parti Socialiste

(mais il avait conservé ses mandats de Maire de Tulle, Président du Conseil Général de Corrèze, député de la circonscription, tout en gardant bien au chaud son poste de Conseiller référendaire à la Cour des Comptes dont il avait obtenu un détachement pour bénéficier à plein de ses droits à la retraite, alors que par décence il aurait du solliciter sa mise en disponibilité puisque tous ses mandats électoraux lui rapportaient par ailleurs de fortes indemnités pour sa pension de retraite. Même élu Président de la République, et après l’affaire CAHUZAC, il continuera à cotiser au Conseil d’Etat pour arrondir ses pensions de retraite : 37.600 € de pensions mensuelles qui l’autorisent à l’incroyable arrogance d’insulter de « sans dents » la foule des gens modestes qui les paient avec leurs impôts  Les Intouchables d’état Vincent JAUVERT )

C’est sa maîtresse journaliste qui le reformata physiquement pour le préparer aux primaires socialistes de l’élection présidentielle de 2012 : perte de poids (régime DUKAN), nouvelles lunettes, soins quotidiens de bronzage aux rayons UV, teinture capillaire brune pour effacer les cheveux blancs, cours de théâtre et d’expression corporelle pour mimer dans ses discours la gestuelle et le débit de son modèle François MITTERRAND, nouvelle panoplie de costumes haute-couture, chaussures glacées avec l’intervention de cireurs professionnels (suivant les conseils du bon Docteur Aquilino MORELLE, plume de l’immortel discours du Bourget : « Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, et pourtant il gouverne (…), c’est le monde de la finance !« )

  • La miraculeuse élimination du candidat favori de la gauche « bobo » pour des raisons d’agression sexuelle,
  • Cette transformation physique,
  • doublée d’un programme insensé et irréalisable de promesse d’abrogation de toutes les mesures prises par le Président en fonction, de donner satisfaction à toutes les demandes,  notamment à s’engager sur les mesures les plus démagogiques et populistes si elles émanaient de minorités sectaires – communautaires – religieuses – agissantes et violentes ;
  • plus l’incroyable campagne de haine, de tombereaux d’insultes et de dénigrement déversés sur le candidat de droite par l’intermédiaire de la caste médiatique, du monde interlope du « show-biz », des intermittents du spectacle et des magistrats du syndicat de la magistrature refusant d’appliquer les lois votées par la représentation nationale mais scénarisant avec certains « journalistes activistes d’extrême gauche, connus pour être des agents de puissances étrangères hostiles » des « affaires » pour éliminer leur adversaire, 

Aboutirent à l’élection au poste présidentiel du plus méprisable des candidats, qui plongea pendant cinq ans le pays dans le ridicule international, l’abaissement de sa position internationale, la gabegie et la mise en coupe réglée par des « rastignac » de bas-étage de l’économie nationale et l’appauvrissement des classes laborieuses et moyennes dupées par tant de promesses illusoires.

Le désastre fut tel, rendant inéluctable un échec humiliant,  qu’il ne put se présenter à sa propre succession en 2017 !

Mais CULBUTO avait déjà rebondi sur la reconquête du pouvoir en 2022 : il s’appuierait cette fois

  • sur une comédienne professionnelle pour jouer l’image d’un couple uni et stable qui lui avait tant fait défaut après la répudiation de la journaliste qui avait participé à sa prise de pouvoir de 2012,
  • la répétition systématique sur tous les médias d’une « mantra » scandée lors de toutes ses prises de parole pour vanter le bilan de son quinquennat dont « l’histoire reconnaîtrait la grandeur et le courage ! »,
  • et bien entendu la critique de toutes les actions de son successeur, encourageant voire même suscitant par ses associations d’agitation-provocation, des crises sociales et des actions violentes contre le pouvoir en place.

 Le monde du spectacle privilégié détenteur de toutes vérités et dispensateur de bons sentiments, la caste journalistique gavée des prébendes accordés lors de son quinquennat, et la justice révolutionnaire rouge dont il avait promu les membres aux postes stratégiques  lui étant demeuré fidèle par intérêt catégoriel, tout semblait en place en cette fin 2018 pour une glorieuse et prochaine prise de pouvoir.

Mais tel n’est pas l’avis de son ancienne compagne, Ségolène ROYAL ; dans un livre paru en octobre 2018, elle a su décrire la petitesse, l’hypocrisie et la lâcheté de celui qui fut son compagnon pendant tant d’années ; cumulé à l’ouvrage écrit par Valérie TRIERWEILER, cela nuit à l’espoir de donner vie au personnage vierge et pur qu’il veut incarner : l’on voit ainsi se mettre en place les pièces de la comédie de boulevard qui va nous occuper jusqu’en 2022 : Julie GAYET (payée en retour par les largesses du CNC ou le financement de ses sociétés de production cinématographiques par des marchands d’armes) fait face à Ségolène ROYAL, future candidate en 2022 et à Valérie TRIEIWEILLER, les deux ex !

Un extrait de « C’EST A VOUS », l’émission de FR5 tellement dévouée au CLOWN, au même titre que les émissions de service public des présentateurs LGBT vedettes FOGIEL ou RUQUIER, et évidemment Yann BARTHES (correspondant média officiel de Christine TAUBIRA et Naja VALAUD-BELKACEM !) sur RMC,  nous donnait le 26 décembre un avant-goût du spectacle désopilant qui nous attend ces prochains mois ! Au point que le journaliste vedette de RMC, Jean-Jacques BOURDIN, pourtant peu suspect de sympathies droitières, ne pouvait qu’exprimer sa lassitude et son doute face à l’éternel retour de LA MADONE et du CULBUTO !


 

 


Miraculeuse transmutation de l’homme de la synthèse en apôtre de la photosynthèse !

En cette période où :

  • permanents syndicaux (dont le désordre social institutionnalisé est le fond de commerce et la raison d’être pour justifier leurs privilèges et leurs abus financiers), 
  • activistes-agitateurs professionnels, de tous bords, rêvant du « grand soir » et appelant de leurs vœux une VIe République dont ils seraient les maîtres,   

s’agitent pour prendre en main un mouvement populaire respectable et satisfaire leurs ambitions personnelles et leurs privilèges claniques au mépris  de l’intérêt général, exigeant la démission du Président de la République et du Gouvernement, la dissolution de l’Assemblée Nationale régulièrement élue, la disparition du Sénat, la fin de la Démocratie voire une atteinte sévère aux principes même de la République dont les dictateurs vénézuéliens CHAVEZ et son successeur sanglant MADURO sont cités comme les archétypes exemplaires,

Le plus virulent d’entre-tous est bien évidemment le Clown BOZZO, que l’on voit s’activer inlassablement, se multipliant comme d’habitude tant sur les plateaux des médias audiovisuels publics, que sur les barrages des Gilets Jaunes, jetant de manière irresponsable par ses canaux habituels (les syndicats manipulés par les éléphants trotkystes-socialistes – cf Julien Dray qui s’en vante ) lycéens et étudiants dans les rues sans aucun égard pour leur sécurité voire leur vie.

Pourtant, le fait déclencheur de ce mouvement populaire, en langage « novlangue » socialiste, est la fameuse « transition écologique » pour s’opposer au « réchauffement climatique », instituée par le gouvernement socialiste de Clown Bozzo lui-même lorsqu’il était encore aux affaires.

cop21Elle faisait suite à la fameuse COP 21, ce moment miraculeux de gloire universelle où il avait acquis le statut de HEROS de l’HUMANITE et le surnom de BOUGIE VERTE en mémoire du film GREEN LANTERN.
La dernière manifestation de cette politique est la fameuse  « taxe carbone« , pour réduire de manière drastique la consommation de gas-oil et favoriser l’usage des véhicules  prétendument « propres » !

BOZZO l’écolo s’était heurté dès le départ à l’hostilité des « Bonnets rouges » en Bretagne, lorsqu’il avait fait face aux manifestations violentes contre l’institution d’une « écotaxe » contre les véhicules de transport de marchandises, mesures fiscales destinées à faire payer les pollueurs.
Conformément à la doctrine CHIRAC-BAYROU, BOZZO avait reculé dés les premières difficultés et la loi légalement votée par le Parlement avait été abandonnée, malgré la démesure de la dépense imposée au budget public.
Cette jurisprudence institue en FRANCE le principe que n’importe quelle minorité ou communauté violente peut s’opposer et bloquer l’application d’un programme de gouvernement  sur lequel des élus ont été démocratiquement désignés par le suffrage universel et les lois régulièrement votées et promulguées !
Ce principe ne s’applique évidemment pas aux manifestations non-violentes, légalement déclarées et pacifiques, même si elles rassemblent plusieurs centaines de milliers de personnes : car mieux vaut pour arriver à ses fins une manifestation de quelques centaines de personnes décidées et violentes (dans la mesure où tout le monde connaît la doctrine du maintien de l’ordre dans ce pays qui vise à protéger les manifestants et leur laisser tout casser en toute impunité pour ne pas faire de victimes directes ou collatérales !) qu’une manifestation pacifique rassemblant plusieurs millions de personnes !

bougie verte

D’ailleurs FLANBY en administra la preuve lors de l’affaire dite de l’aéroport Notre-Dame des Landes, avec l’occupation par des « Zadistes », punks à chiens extrêmement violents (les fameux BLACK BLOCKS organisés et armés pour la guérilla urbaine, qu’il avait soutenus – encouragés et utilisés à NANTES pour interdire à un comique de se produire dans un théâtre privé) des terrains acquis pour sa construction.
Après avoir soumis à référendum la poursuite de l’opération, et reçu une réponse positive du peuple, il tergiversa comme à son habitude, ne prit aucune décision et laissa le cadeau empoisonné à son successeur.  

Mais c’était fin 2015, et les implants de sa mémoire artificielle (offerts par la société NEURALINK d’Elon Musk pour l’aider à accélérer ses prises de décision !) ont miraculeusement effacé tout souvenir de la genèse de cette affaire en reformatant sa cervelle pour lui rendre sa virginité et candeur originelle !
Dans son mépris du fait démocratique et son aversion profonde et atavique contre « sans dents » et autres « chiens perdus sans collier » (principes hérités de son histoire de fils de milliardaire grandi dans le velours et le strass douillet d’un hôtel particulier de Neuilly-sur-Seine), aucun principe moral, aucune conviction religieuse – politique ou philosophique, ne saurait le distraire de la route qu’il s’est fixée : s’il dessert ses adversaires et peut lui être utile, aucun souvenir du passé ou rappel d’un parcours contradictoire et  sinusoïdal, ne saurait influer sur son présent et son avenir !
Ce genre de politicien méprisable, véreux et amoral de la pire engeance, toujours élu sur des promesses démagogiques et populistes totalement irréalistes, est désormais la règle dans notre pays ; puisque comme l’affirme François BAYROU, le fait de reculer devant toute minorité violente, de céder devant toute difficulté, est devenu la marque d’un homme d’état !

Pourtant, son goût de l’écologie ne saurait être mis en doute, mais sous l’angle qui lui est si particulier, celui de la manipulation d’autrui et du cynisme politique le plus abject !

Cécile réalise son rêve : elle est ministre !

Dès 2011, avec le concours de Cécile DUFLOT – secrétaire générale du mouvement « Europe Ecologie Les Verts »,  à laquelle il avait fait l’aumône d’un « emploi  » ministériel subalterne s’il était élu, ils avaient par des canaux souterrains torpillé la candidature de Nicolas HULOT à la Primaire  Ecologiste, car il présentait le risque de siphonner beaucoup trop de voix d’électeurs de gauche qui lui manqueraient ; ils avaient donc propulsé Eva JOLY, troisième du concours de beauté Miss Norvège 1962, ancienne magistrate tombeuse de Bernard TAPIE et de Loïc LE FLOCH-PRIGENT dans l’affaire ELF, à cette candidature, qu’elle sabordait aussitôt par sa proposition de suppression du défilé du 14 juillet et en présentant le modèle sécuritaire norvégien comme parangon absolu d’efficacité démocratique, quelques jours avant que le terroriste Anders Behring Breivik n’assassine à OSLO 77 personnes, dont 69 adolescents !
Cécile DUFLOT obtint donc le poste ministériel tant convoité pour lequel elle s’était vendue à BOZZO et avait compromis son mouvement, avant que sa fameuse et mortifère loi ALUR ne soit vidée de son contenu par le Premier Ministre Manuel Valls et ne provoque son départ fracassant du Gouvernement !

Mais comme le mouvement écologiste avait perdu tout honneur, toute fierté, tout respect de lui-même et toute conviction pour quelques miettes de pain, BOZZO enrégimenta dans son gouvernement les plus méprisables représentants de ce parti désormais fantôme, dont l’inénarrable et caricatural  Jean-Vincent PLACE, la secrétaire générale du mouvement Emmanuelle COSSE (ancienne punk à chiens secrétaire générale d’ACT-UP, surtout connue pour être l’épouse du prodigieux Denis BEAUPIN dit « Me Too »), et la très belle Barbara POMPILI, plus connue pour son corps de rêve que pour la fermeté de ses convictions écologistes !
Avec eux dans son gouvernement, le Parti écologiste trotskiste EELV était définitivement rayé de la carte politique et ne présentait plus aucun danger pour les Présidentielles de 2017.

BOZZO surpris en pleine séance de photosynthèse

Mais le grand triomphe de son quinquennat et la preuve de son engagement écologiste reste devant l’histoire le grand barnum médiatique que fut l’organisation au Bourget de la fameuse COP 21 (Conférence des Nations-Unies sur le Climat) qui rassembla du 30 novembre au 12 décembre 2015, quelques jours après les attentats de Paris, 195 délégations européennes (plus l’UE), afin que chacun s’engage à réduire ses rejets de gaz à effet de serre ; c’est Laurent FABIUS, le ministre des affaires étrangères, qui présidait cette conférence, avec l’assistance de Ségolène ROYAL, la ministre de l’écologie et ancienne compagne présidentielle.
BOZZO ne fut guère actif, mais s’attribua bien entendu le mérite de ce succès planétaire, dont les ambitions dépassaient malheureusement les possibilités de beaucoup d’Etats signataires.
Il sut utiliser l’entregent de Nicolas HULOT pour glorifier sa stature internationale, notamment en réunissant autour de lui pour les manipuler à son usage électoral le Cacique RAONI et ses partenaires de l’Alliance des Gardiens de Mère Nature.
A part des photos à vocation électoraliste, que reste-t-il aujourd’hui des engagements pris : trois ans après la signature : les rejets de gaz à effet de serre n’ont jamais été aussi massifs, le plus grand pollueur de la planète, les Etats-Unis, l’ont dénoncé et ne respecteront aucun des engagements souscrits.
Même en FRANCE, les engagements de BOZZO ont précipité le pays dans la tourmente, dite « écologie punitive », et les incroyables augmentations de taxe sur les produits pétroliers crée l’un des plus grands désordres sociaux de ces dernières décades. Mais BOZZO soutient désormais les manifestants, tance son successeur, et censure l’évidence qu’il est le seul et unique responsable de ces augmentations !

D’ailleurs, à l’occasion de l’un de ses passages quotidiens sur les chaînes audiovisuelles de service public, il a bien voulu faire un profond effort de réflexion pour témoigner de sa conception de l’écologie de gouvernement : si tous les français se comportaient en effet comme lui lorsqu’il était le concierge de l’Elysée, et prenaient soin de vérifier que toutes les lumière des bureaux des fonctionnaires étaient bien éteintes à leur départ, les problèmes des rejets de gaz à effet de serre seraient définitivement réglés dans notre pays !


Les « gilets jaunes » ont enfin un représentant unique et tout-puissant !

Ça y est : prenant de vitesse Ségolène ROYAL, sa rivale pour les élections de 2022,  il s’est autoproclamé représentant unique et officiel des »gilets jaunes », sans même demander leur avis !

Après avoir soutenu les exactions des casseurs et les avoir invités à poursuivre et accentuer leurs actions pour bloquer l’activité économique nationale et terroriser les citoyens, après avoir rencontré lors de tous ses déplacements en province les gilets jaunes dans les locaux de feu le parti socialiste (en fait, des permanents et des sympathisants ayant enfilé à la va-vite le fameux gilet!), il s’est rangé au nombre des séditieux et factieux qui veulent renverser la République et la Démocratie, ensanglanter le pays afin de prendre le pouvoir dans les soubresauts d’une révolution sanglante.

Pour gage de sa sincérité, il a saccagé hier l’Arc-de-Triomphe avec les Black-Blocks dont il est le principal protecteur, profané la Tombe du Soldat Inconnu en urinant sur la flamme pour l’éteindre, craché sur les CRS et les Gendarmes Mobiles missionnés de ne pas réagir afin d’éviter toute bavure ou blessure du côté des manifestants !

Cette lopette, déjà représentante officielle des activistes LGBT (Fogiel – Barthes – Ruquier -Act’Up-Aides), des féministes ultras (il a importé les « fémens » en France !) -, des Jacobins du « Grand Orient de France », des escrocs contrôlant la presse du pays : Groupe BNP (Bergé-Niel-Pigasse : Le Monde, L’Obs, La Vie, Courrier International, Telerama, les Inrocks, le Monde Diplomatique, Huffington Post) et du Groupe ALTICE de Patrick DRAHI (Libération-L’Express, BFM TV, RMC), de l’audiovisuel du service public qu’il utilise comme porte-voix, du Syndicat de la Magistrature dont il a installé des représentants à tous les postes-clés de la Justice civile, pénale et administrative, de Michel DRUCKER, des « Intermittents du spectacle » et des « Punks à chien » protégés de sa favorite, a decrété que :

  • Malgré ses 36.000€ de revenus mensuels versés par l’Etat sur le budget public, les bureaux mis à sa disposition dans le centre de Paris avec fourniture d’une voiture de fonction, d’un chauffeur et d’agents de sécurité avec prise en charge de tous ses frais de déplacement ;
  • Malgré sa villa de Mougins 06, ses deux appartements de Cannes, sa luxueuse villa de Tulle et ses trois propriétés immobilières parisiennes,

Il compte au nombre des lésés et des victimes de la politique macronienne, et ce malgré la suppression de l’ISF qu’il n’aura donc jamais payé !

Il fera donc tout et n’importe quoi pour récupérer ses privilèges de caste !

Une politique responsable eut été de le poursuivre et le sanctionner pour toutes les malversations et sordides manipulations accumulées entre 2012 et 2017, car dans une démocratie, les « branches pourries » doivent être coupées avant que l’édifice démocratique ne se lézarde ! (quid des fonds indiens versés aux sociétés de production cinématographiques de la Favorite par ce pays après la vente des « Rafale » ?)

Ne pas le faire a constitué une lourde erreur qui expose le pays aux affres dont nous sommes aujourd’hui les témoins !


L’insupportable arrogance du révisionnisme historique !

Digne émule de Winston CHURCHILL lorsqu’il affirmait en souriant :

L’ Histoire me sera indulgente, car j’ai l’intention de l’écrire.

BOZZO-le-CLOWN n’a cessé tout au long de son règne de vouloir faire écrire par ses dévoués féaux et commensaux, ses serviles « clients » journalistes (auxquels il consacrait plus de temps qu’à ses ministres et pour lesquels étaient grandes ouvertes les portes de l’Elysée et de ses appartements privés), l’hagiographie de son grand règne pour en témoigner devant l’histoire.

Jean d’ORMESSON, dans sa clairvoyance bonhomme, pleine d’esprit de malice et d’humour, avait parfaitement cerné ce bizarre personnage, en affirmant lors d’un passage au CLUB de la PRESSE :

C’est quand même un phénomène étonnant, Hollande. […] C’est un homme qui est double : il se regarde sans cesse faire. Et qu’est-ce qu’il fait ? Pas grand-chose. Il passe son temps à commenter ce qu’il a fait ou ce qu’il n’a pas fait.

Pour ne rien faire, il n’a effectivement rien accompli de tangible, sinon servir les intérêts communautaires exclusifs de ses clientèles LGBT, maçonnes et les incontournables « intermittents du spectacle » et « punks à chiens » protégés de la Favorite, tout en marquant son total mépris pour les « sans dents » et les classes moyennes pour lesquelles il apportait la preuve du bien-fondé de l’analyse de CHURCHILL dans son appréciation des deux grands systèmes économiques qui s’opposent depuis la fin du XIXe siècle :

Le vice inhérent au capitalisme consiste en une répartition inégale des richesses. La vertu inhérente au socialisme consiste en une égale répartition de la misère.

Dans la répartition de la misère, Clown BOZZO fut effectivement, et dans ce seul domaine, un excellent socialiste.

Mais son grand succès restera la foisonnante production littéraire consacrée à sa personne et à son règne ; l’histoire sans nul doute réévaluera son inaction à l’aune de sa légendaire couardise et ses lamentables échecs qui l’empêchèrent de briguer un second mandat. Mais qui peut, sur une période de cinq ans, se targuer d’une production littéraire aussi inflationniste et flamboyante ? 

Car s’exhiber dans tout le pays, labourer le moindre village,  comme il le faisait autrefois lors des fêtes de la Rose de feu le Parti Socialiste, sous couvert de dédicace du livre écrit par son ami Laurent Joffrin, voila sa nouvelle obsession littéraire pour le ramener à la tête du pays en 2022, comme il le claironne à chacune de ses apparitions quasi-quotidiennes sur les chaînes audiovisuelles publiques ou d’information continue !
Il méprisait ainsi la célébration nationale du centième anniversaire de l’armistice du 11 novembre,  pour monopoliser l’attention des visiteurs et recevoir la lumière des projecteurs braqués sur la Foire du Livre de Tulle, sans favorite ni chien cette fois.
Mais il ne fit pas mystère qu’il profitait de l’occasion pour acquérir une villa de luxe à TULLE, (en sus de ses biens immobiliers parisiens, de ses deux appartements dans le Var, de sa villa à Mougins) dans le seul but de continuer à voter dans la ville, dont il apprécie tant les habitants ! A ce sujet, les propos qu’il a tenus lors de l’émission QUOTIDIEN de son ami Yann BARTHES lors de son passage sur TMC le 25.4.2018 : « Non, MACRON n’est pas le Président des riches …. c’est le Président des très riches ! » ne revêtaient pas, vu son état de fortune, un caractère péjoratif, bien au contraire.
Et puis, MACRON n’est-il pas sa créature, la « GALATEE » qu’il a sculptée dans le marbre puis animée avec ses amis LGBT – maçons – escrocs patrons de groupes de presse et audiovisuels, dont il devait tirer toutes les ficelles puisqu’il ne pouvait décemment pas se représenter en 2017, lui le clown BOZZO devenu PYGMALION ? Entre autres blagounettes pour faire genre, n’avait-il pas affirmé lors de sa campagne victorieuse de 2012 à l’intention de « sans dents », « chiens galeux » et autres imbéciles qui s’apprêtaient à voter pour lui : « Je n’aime pas les riches ! », et un peu plus tard dans un discours devenu légendaire : « Mon seul adversaire, c’est le monde de la finance ! ». Après cinq ans de pouvoir suprême, chacun sait que l’homme a un grand sens de l’humour, et  beaucoup plus encore de mépris pour les électeurs qui croyaient en lui.

En effet, BOZZO-le-CLOWN n’a jamais possédé de bien immobilier dans la ville, dont il fut pourtant le Maire, le député de circonscription et le Président du Conseil Général. Par mesure d’économie, il trouvait asile dans une chambre de passage sise dans les locaux du Parti Socialiste ; élu à la Présidence de la République, il continua à voter à TULLE, utilisant pour s’y rendre d’abord le transport aérien gouvernemental, puis une voiture de fonction avec chauffeurs de la Présidence. N’importe quel autre citoyen « normal » dans sa situation aurait été, conformément aux dispositions du Code Électoral, radié des listes électorales de la Ville ! Pas lui évidemment, car la loi commune ne pouvait s’appliquer à un tel personnage, au-dessus de toutes les contingences légales et bien calé sur ses privilèges de caste.

La semaine suivante, c’est à PEKIN qu’il triomphait ! Lors de la Foire Internationale du Livre, il remportait un prestigieux prix international : celui du BOUDDHA BOUFFON RIEUR, qui célèbre l’oeuvre la plus grotesque. Ce ne sont pas les livres écrits par « ses nègres » qui étaient couronnés, mais l’exploit d’avoir réussi à exposer deux livres sur les détails croustillants de sa vie privée : celui de sa concubine officielle au moment de son élection, Valérie TRIERWEILLER, dont l’humiliante répudiation de l’Elysée par communiqué de presse avait ridiculisé le pays dans le monde entier et s’étrangler de rage les féministes : « MERCI POUR CE MOMENT » ; enrichi depuis le mois d’octobre 2018 par « CE QUE JE PUIS ENFIN VOUS DIRE », où celle qui fut sa compagne de 1978 à 2017, Ségolène ROYAL,  Mère de leurs quatre enfants et grande rivale pour les élections présidentielles de 2022, dit tout le mal qu’elle pense de l’hypocrisie et de la lâcheté du CLOWN ! Un point d’accord indiscutable entre les deux anciennes rivales, que partageront peut-être Anne HIDALGO et Julie GAYET lorsque leur heure viendra ?

bouddha rieur2